Loading…
Vous êtes ici :  Accueil  >  En primeur  >  Les coulis de sagesse...  >  Article le plus récent

Ma voie, ta voie ou LA voie…

par   /   18 septembre 2013  /   Aucun commentaire

Ma voie, ta voie... ou LA voie?

Ma voie, ta voie… ou LA voie?

« L’on perd bientôt sa route à chercher trop de voies. » – Constantÿn Huygens

« L’inventeur du GPS devait être un homme marié… » – Michel A. Di Iorio

CHRONIQUE – LES COULIS de SAGESSES 

J’admets en toute humilité que ce billet découle de ma frustration devant la multitude de choix qui se dressent devant moi, comme devant vous tous, surtout en voiture, et davantage lorsqu’un tiers nous indique la direction à prendre. Je ne sais pas si vous êtes comme moi, mais en voiture, j’ai horreur qu’on m’offre des choix… des choix de direction, de voie de gauche ou de droite, sans négliger mes points morts ni l’auto-patrouille cachée sous le viaduc qui m’attend pour engraisser son quota de constats d’infraction à mes dépens. Mon petit cerveau d’homme ne peut, à lui seul et en si peu de temps, digérer, décortiquer et se décider sur la voie à suivre, car je ne suis qu’un homme, et ma bagnole ne tourne qu’à gauche ou à droite…

Mes observations me portent à croire que les femmes ont moins de difficulté à négocier les choix qui se présentent à elles qu’ont les hommes, et je ne m’en cache pas, car pour moi, c’est la simplicité qui l’emporte. « Tourne à gauche à la prochaine lumière, » ou « reste dans la voie du centre. Il reste encore quelques kilomètres à franchir avant de tourner à droite sur la rue Une telle! » ÇA, c’est ce que j’appelle SIMPLE! C’est le langage des hommes; celui qui gouverne l’humeur qu’ils auront en arrivant à destination.

Mais tout n’est pas aussi simple pour le pauvre descendant du Cro-Magnon. L’homo sapien, son cousin de l’ère moderne, reçoit de multiples messages conflictuels; « Tourne à gauche… À GAUCHE! Non, pas ici; là bas… à la lumière — celle qu’on vient de passer! BEN, T’AVAIS JUSTE À M’ÉCOUTER! »

Grrr…

Sérieusement, saviez-vous que l’homme (s’applique aux femmes également) contemporain se fait assaillir par une succession de plus de 2000 réclames publicitaires à chaque jour, dont la plupart visent le contenu de son portefeuille quand ce n’est pas d’hypothéquer son avenir, et le pauvre n’est même pas encore rentré à la maison! Oh non! Et en franchissant le seuil de son propre château, ce havre de paix et d’intimité, ses besoins familiaux et personnels réclameront le peu qui lui reste… et davantage. Mais, ce n’est pas la famille qui est en cause ici, c’est le nombre de choix que doit assumer l’adulte moyen en si peu de temps; c’est franchement mirobolant!

Il est de plus en plus difficile de faire des choix réfléchis, en dépit de l’accessibilité de l’Internet, de Wikipédia et même de Google. L’homme n’a pas changé à ce point, malgré l’avènement de la technologie. Ses choix, cependant, se sont grandement multipliés. La même situation prévaut au niveau de ses options d’études et de carrière, qui ne sont plus aussi simples (limités) que par le passé. Les variables dépassent largement le seuil des trois repas par jour, de faire le train (traire la vache, cueillir les œufs et nettoyer l’étable), de ne pas oublier de rentrer quelques buches pour réchauffer le café, et s’il reste encore quelque chose, de contribuer quelques sous au bas de laine pour les imprévus ou les besoins hivernaux. Hmm… ce n’était pas ça qu’ils appelaient le bon vieux temps? Disons que les choses ont changé un peu… et c’est ce qui nous emmène au cœur du sujet qui nous préoccupe.

Rester à l’emploi d’un tiers ou partir à son compte; voilà un choix et un dilemme qui confrontent souvent les plus téméraires, et quoiqu’il n’y a que deux variables à ce dilemme, le choix s’avère souvent plus difficile à faire que jamais, car les conséquences peuvent changer le topo d’une vie familiale, comme d’une carrière. Ça fait un peu peur de se retrouver sur la sellette devant un choix aussi important, à moins… à moins d’être en mesure d’assumer les deux à la fois… surtout au début. Est-ce une piste de solution? Il y en a qui prétendent qu’une telle mesure temporaire est viable à court terme, se croyant assez habiles pour plaire à deux maîtres à la fois, mais le seront-ils vraiment, et pour combien de temps?

Malgré la meilleure des volontés, rien ne garantit les résultats, à moyen et à plus long terme, d’une plongée téméraire dans la houle de l’entrepreneuriat, quoique vous pouvez mettre plus de chances de votre bord avec une bonne préparation préalable, il faut donc faire ses devoirs et bien de renseigner avant de faire le saut. Si on peut bonifier cela en conservant son emploi un peu plus longtemps, il y a de quoi à parier que la décision sera d’autant plus facile à prendre, le moment venu, et moins risquée.

Certes qu’il ne manque pas d’astuces pour vous guider dans vos choix et vos priorités, mais on dit qu’une bonne préparation vaut son pesant d’excuses après le fait (pensez à votre dernier constat d’infraction). Un bon point de départ, selon moi, est d’en parler avec son partenaire de vie… oui, oui, la même qui se croit au volant en repérant de son oeil de faucon les noms de rues aux feux de signalisation que vous venez à peine d’apercevoir… dans le rétroviseur. Elle est probablement votre meilleure conseillère. C’est elle qui vous connaît le mieux, non? De plus, il est fort à parier qu’elle sera la seule sur qui vous pourrez compter pour vous écouter, vous comprendre, vous conseiller et vous consoler dans les moments plus difficiles.

Il s’agit donc, selon moi, d’un point de départ judicieux franchement incontournable.

Pour le reste, LA COULISSE vous offrira des liens vers une multitude de références, d’astuces et d’outils pour vous aider à bien vous préparer pour l’aventure qui vous attend. Allez… qu’en dites-vous?

Ma voie, ta voie ou LA voie?  

N’hésitez pas à commenter la présente réflexion, et à partager ce lien avec vos amis et collègues.

Michel A. Di Iorio
Rédacteur en chef et fondateur de LA COULISSE
Rédaction et publicité : 514.994.0967
info@lacoulisse.ca

PS — Pour faire partie de ma nouvelle liste de distribution, veuillez m’envoyer un courriel à : info@lacoulisse.ca avec la mention « abonnez-moi ». C’est gratuit.

Références et lectures suggérées

Sources et guides

Médias écrits

Publicité dans LA COULISSE

pr-sample2

Pour jouir d’une visibilité privilégiée dans une revue spécialisée, lue par des collègues, partenaires, fournisseurs, compétiteurs et T/A (anciens, en devenir et actuels)… annoncez-vous dans « LA COULISSE ».  

La simplicité vaut son pesant d’or! Avec l’aide de « LA COULISSE », votre site Web peut être en ligne en moins de temps et à peu de frais pour véhiculer votre message! Communiquez avec nous au (514) 994-0967 pour connaitre nos forfaits Webs et/ou publicitaires. Nous offrons des forfaits pour tous les besoins/budgets, incluant une option Web gérée sur plateforme WordPress, accessible aux travailleurs autonomes et aux petits entrepreneurs.

« LA COULISSE » offre un topo sur le monde insolite du Québec entrepreneurial. Suivez-nous dans « LA COULISSE » à la recherche de novateurs québécois méconnus, et accédez à une multitude d’outils pour vous aider à lancer votre propre entreprise!

Nous connaissons tous la valeur d’une publicité efficace, mais peu de travailleurs autonomes disposent d’un budget publicitaire assez bien garni pour lancer leur nouvelle entreprise avec assurance.

La publicité, c’est souvent une affaire de gros sous, mais « LA COULISSE » ne voit pas les choses ainsi. Ses promoteurs savent combien il est difficile de se démarquer, faute de liquidités.

« LA COULISSE » lève le voile sur l’entrepreneur fantôme qui travaille de son garage, ou tout bêtement du coin de sa table de cuisine pour vous offrir une marchandise ou un service de qualité, à prix et à conditions avantageuses!

« LA COULISSE » vous propose des histoires insolites et cocasses, ainsi qu’un coup d’oeil privilégié sur les dessous du Québec entrepreneurial en vous présentant les novateurs méconnus du Québec.

Joignez-vous à « LA COULISSE » pour un bref survol du Québec de demain, grâce aux efforts conjugués des travailleurs autonomes et des entrepreneurs québécois d’aujourd’hui!

lacoulisse.ca (514) 994-0967

writers29

Vous avez une bonne plume?

Vous avez vécu une situation cocasse ou insolite, cueillie, murie, vieillie ou même pourrie dans l’univers du travail autonome? Si vous croyez que d’autres apprécieraient votre anecdote, rendez-vous ICI pour connaître les critères de soumission d’articles à « LA COULISSE ».

Faites connaître LA COULISSE à vos amis et collègues entrepreneurs / travailleurs autonomes… 

Vous avez apprécié ce billet? Aidez-moi à faire connaître LA COULISSE en partageant ce billet sur vos réseaux sociaux. Pour ce faire, vous n’avez qu’à cliquer sur les icônes des réseaux sociaux que vous utilisez.

Merci.

N.B. L’utilisation du genre masculin a été adoptée afin de faciliter la lecture et n’a aucune intention discriminatoire.

À propos de l'auteur...

Fondateur et rédacteur en chef de LA COULISSE

MICHEL A. DI IORIO, fondateur et rédacteur en chef de « LA COULISSE » a troqué, au tournant du siècle dernier, la vie publique et la notoriété pour exercer une carrière moins flamboyante, bien qu'aussi satisfaisante. À ces fins, et comme véhicule, il a fondé « LES MOTS JUSTES », d’où il exerce depuis lors la profession d'artisan des mots et traducteur. Il répond (par télétravail) aux besoins de sa clientèle; petits et plus gros... riches et moins riches... publics et privés. Il écrit et traduit pour ceux qui ne savent pas comment, qui ne peuvent pas, qui n’ont pas le temps ou qui ne sont tout simplement pas de très bons rédacteurs, laissant ses clients libres de poursuivre leurs activités principales.

 

Plus de 30 années à œuvrer dans les arènes politiques, commerciales et privées ont contribué au perfectionnement de ses compétences, faisant de lui un communicateur respecté, dont les avis et les conseils sont recherchés. Dix-sept de ces années furent consacrées aux services d’urgence, toutes branches confondues. Une plume fertile et le désir de redonner lui ont valu un siège au sein d’un nombre de comités de sélection de projets et de conseils d’administration d’associations régionales et de chambres de commerce. Ces opportunités, combinées à la notoriété acquise comme spécialiste de la communication en politique provinciale, ont contribué à paver le parcours menant à sa vocation d’écrivain public et traducteur. Ses compétences continuent de commander l’admiration et le respect de ses pairs.

 

Un visionnaire de la communication, Michel s’est adapté au marché évolutif à l'aube du nouveau millénaire en offrant un ensemble de services en communication, conçu pour les petites et moyennes entreprises, en misant sur une approche personnalisée, et le respect absolu des dates de tombée.

 

Il greffa à son offre un service d’hébergement Web géré, ainsi que les services connexes afin de mieux servir une clientèle évolutive, à la recherche de solutions clé en main facilement accessibles.

 

Depuis 2013, il rédige et publie le magazine « LA COULISSE » (lacoulisse.ca), qui offre un topo sur l'entrepreneur québécois du nouveau millénaire, ainsi qu'une vitrine sur les entrepreneurs obscurs qui n'ont pas pignon sur rue.

 

Il comprend parfaitement les enjeux politiques et les défis linguistiques associés aux affaires dans sa province natale, ainsi que dans le reste du Canada.

 

Pour « LES MOTS JUSTES », il n’y a tout simplement pas de meilleur choix!

 

Services : Conception-rédaction / traduction / révision de texte / réécriture (français / anglais / français), Services Web.

 

Michel possède une solide expérience de la communication commerciale, des services d’urgence et de la politique. Originaire du Québec, il maitrise les deux langues officielles du Canada avec autant de flair.

 

Que ce soit au Québec, en Amérique du Nord, ou ailleurs dans le monde, « LES MOTS JUSTES » de Michel A. Di Iorio seront à votre service pour véhiculer votre message...

 

LES MOTS JUSTES - Nous changeons le monde... un mot à la fois!

Laisser un commentaire

RECOMMANDATION DE LECTURE…

Que reste-t-il du parc Belmont?

Le making of « Cartierville et son parc Belmont © » épisode 7

Suite… →