Loading…
Vous êtes ici :  Accueil  >  En primeur  >  Article le plus récent

Et si l’on choisissait de vivre…

par   /   22 octobre 2014  /   Commentaires fermés sur Et si l’on choisissait de vivre…

« Je me doute que la vie ne sera pas simple. Je sais qu’il y aura toujours des abrutis, des cyniques, des épreuves et des injustices. Je sais que les choses sont rarement comme elles devraient l’être, mais je crois du plus profond de mon âme qu’on doit pouvoir survivre à cette chienne de vie. Portez-vous bien. Aimez. Risquez. Ne renoncez jamais. »    Gilles Legardinier

CHRONIQUE « LES COULIS DE SAGESSE »

Et si l’on choisissait de vivre…

Ah ouais… facile à dire, ça, mais la définition du mot « vivre » peut varier du tout au tout selon votre situation et selon votre vision…

Pour les uns; l’entrepreneur dans l’âme, le convaincu, l’habitué, l’illuminé et le téméraire le choix est clair; c’est la vie… tous périls inclus. C’est leur oxygène. Ces fonceurs sont les seuls maîtres à bord de la barque de leurs destins respectifs. Ils sont affranchis et déterminés à naviguer la houle de l’entrepreneuriat pour changer le monde sur leur passage, confiants en leur succès.

Les autres préfèrent le statu quo, hésitant devant une piste brouillée par la crainte d’un échec, car ils doivent s’autodéfinir pour répondre à la question…

En cherchant un titre descriptif pour ma réflexion, ma concentration se fixait obstinément sur les messages tempérés et mixtes véhiculés aux travailleurs autonomes en devenir, alors j’ai voulu y mettre un peu d’ordre. Le double sens de ces messages peut étourdir n’importe qui, alors j’aimerais résumer l’essentiel en bouchées plus facilement digestibles…

Plusieurs travailleurs se lancent en affaires au terme d’une période d’apprentissage et d’expérience dans leurs métiers respectifs, et après avoir acquis un minimum de compétences en commerce. Certains préfèrent se taper une formation professionnelle pour gravir les échelons d’une carrière comme exécutif dans une grande entreprise, tandis que d’autres en ont marre. Pour les exemples cités ci-dessus, la question a été longuement murie, mais qu’en est-il pour les travailleurs autonomes en devenir? Comment se voient-ils là-dedans? La vie nous réserve un plat d’imprévus et d’opportunités, mais c’est à nous de saisir la chance qui passe.

À prime abord, les messages véhiculés à cette clientèle se confondent et se heurtent en sous entendus diamétralement opposés l’un à l’autre, car d’un côté on encourage les gens à se lancer en affaires, et de l’autre on les dissuade en leur racontant des histoires de peur; et c’est ça le problème. C’est la nature de l’être humain de commettre des erreurs et d’apprendre de celles-ci (nous en commettons tous, d’ailleurs).

L’essentiel du message à véhiculer aux travailleurs autonomes en devenir devrait se lire ainsi : vous n’avez qu’une vie à vivre. Comme sa qualité et sa durée sont incertaines, faites-en quelque chose… quitte à vous relever au besoin pour vous dépoussiérer ou pour vous mettre à jour!

Les uns préfèrent l’ombrelle de sécurité qu’offre un chèque toutes les semaines, tandis que les autres se nourrissent de l’incertitude et les défis qui en découlent. Malgré cette divergence, la question fatidique se partage par l’ensemble des T/A en devenir.

Et à la question? Devrais-je ou non me lancer en affaires?

La réponse courte = Si vous avez fait vos devoirs de préparation (études, plans, financement, mentorat et suivi, plan « b », et que vous vous sentez prêt à affronter des scénarios imprévus, vous avez une bonne longueur d’avance sur les indécis.

La réponse pondérée = C’est une décision qui doit se fonder sur des bases concrètes, secondée d’une préparation adéquate. De plus, vous devez posséder les moyens de le réaliser.

Un bon exercice pour aider à clarifier sa réponse est de se poser les questions de base suivantes dans le contexte d’un projet d’affaires¹ :

  • Suis-je prêt [e] à m’investir personnellement et financièrement sans compter mes heures?
  • Qui suis-je?
  • Quels sont les besoins dans ce domaine dans le quartier ou la région où je désire installer mon entreprise?
  • Comment obtenir du financement?
  • Quelles sont les obligations légales et fiscales d’une entreprise?
  • Comment dénicher les perles rares comme employées?
  • Quelles sont les exigences financières et comptables d’une entreprise?
  • Une grille détaillée est offerte ICI pour vous guider.

Le travailleur autonome ne saurait se plaire à moyen ou à plus long terme sous l’ombrelle d’une grande société, ou tout autre employeur, car il trouverait sa situation limitative, ses responsabilités étouffantes, et il se lasserait inévitablement de devoir travailler avec du monde peu motivé. Par définition, un entrepreneur est un visionnaire, une personne d’action, et c’est lui qui décide… un point, c’est tout!

Si vous êtes de type autonome, il y a fort à parier que vous le savez depuis longtemps. Dès qu’une occasion suffisamment intéressante se présentera, vous ne pourrez vous empêcher de vous y intéresser, car il s’agit d’une véritable passion pour vous.

Si vous êtes plutôt de type indécis, je vous encourage à consulter un spécialiste de la question pour vous situer par rapport à l’entrepreneuriat, à ses inconvénients et à vos obligations. Le gouvernement et ses partenaires mettent une gamme de ressources à votre disposition pour vous aider à vous y situer, dont une liste a été mise à votre disposition ICI, ICI et ICI.

Qu’en dites-vous? (Vous êtes invités à répondre via le formulaire au bas du texte.)

Michel A. Di Iorio, fondateur de LA COULISSE

Sources et références

« LA COULISSE » peut vous aider…

La simplicité vaut son pesant d’or! Avec « LA COULISSE », votre site Web peut être en ligne en moins de temps et à peu de frais pour véhiculer votre message! Communiquez avec nous au (514) 994-0967 pour connaitre nos forfaits publicitaires. Nous offrons des forfaits pour tous les budgets, incluant une option Web sur plateforme WordPress, accessible aux travailleurs autonomes et aux petits entrepreneurs.

« LA COULISSE » vous offre un topo hebdomadaire sur le monde insolite du Québec entrepreneurial. Suivez-nous dans la coulisse à la recherche de novateurs québécois méconnus du nouveau millénaire, et découvrez une multitude d’outils pour vous aider à réaliser votre rêve de lancer votre propre entreprise!

Nous connaissons tous la valeur d’une publicité efficace, mais peu de travailleurs autonomes disposent d’un budget publicitaire bien garni pour lancer leur nouvelle entreprise avec assurance.

La publicité, c’est souvent une affaire de gros sous, mais « LA COULISSE » ne voit pas les choses ainsi. Ses promoteurs savent combien il est difficile de se démarquer, faute de liquidités.

« LA COULISSE » lève le voile sur l’entrepreneur fantôme qui travaille de son garage, ou tout bêtement du coin de sa table de cuisine pour vous offrir une marchandise ou un service de qualité, à prix et à conditions avantageuses!

« LA COULISSE » vous propose des histoires insolites et cocasses, ainsi qu’un coup d’oeil privilégié sur les dessous du Québec entrepreneurial en vous présentant les novateurs méconnus du Québec.

Joignez-vous à « LA COULISSE » pour un bref survol du Québec de demain, grâce aux efforts conjugués des travailleurs autonomes et des entrepreneurs québécois d’aujourd’hui!

lacoulisse.ca (514) 994-0967

Vous avez une bonne plume?

Vous avez vécu une situation cocasse ou insolite, cueillie, murie, vieillie ou même pourrie dans l’univers du travail autonome? Si vous croyez que d’autres apprécieraient votre anecdote, rendez-vous ICI pour connaître les critères de soumission d’articles à « LA COULISSE ».

Faites connaître LA COULISSE à vos amis et collègues entrepreneurs / travailleurs autonomes… 

Vous avez apprécié ce billet? Aidez-moi à faire connaître LA COULISSE en partageant ce billet sur vos réseaux sociaux. Pour ce faire, vous n’avez qu’à cliquer sur les icônes des réseaux sociaux que vous utilisez.

Merci.

À propos de l'auteur...

Fondateur et rédacteur en chef de LA COULISSE

MICHEL A. DI IORIO, fondateur et rédacteur en chef de « LA COULISSE » a troqué, au tournant du siècle dernier, la vie publique et la notoriété pour exercer une carrière moins flamboyante, bien qu’aussi satisfaisante. À ces fins, et comme véhicule, il a fondé « LES MOTS JUSTES », d’où il exerce depuis lors la profession d’artisan des mots et traducteur. Il répond (par télétravail) aux besoins de sa clientèle; petits et plus gros… riches et moins riches… publics et privés. Il écrit et traduit pour ceux qui ne savent pas comment, qui ne peuvent pas, qui n’ont pas le temps ou qui ne sont tout simplement pas de très bons rédacteurs, laissant ses clients libres de poursuivre leurs activités principales.

 

Plus de 30 années à œuvrer dans les arènes politiques, commerciales et privées ont contribué au perfectionnement de ses compétences, faisant de lui un communicateur respecté, dont les avis et les conseils sont recherchés. Dix-sept de ces années furent consacrées aux services d’urgence, toutes branches confondues. Une plume fertile et le désir de redonner lui ont valu un siège au sein d’un nombre de comités de sélection de projets et de conseils d’administration d’associations régionales et de chambres de commerce. Ces opportunités, combinées à la notoriété acquise comme spécialiste de la communication en politique provinciale, ont contribué à paver le parcours menant à sa vocation d’écrivain public et traducteur. Ses compétences continuent de commander l’admiration et le respect de ses pairs.

 

Un visionnaire de la communication, Michel s’est adapté au marché évolutif à l’aube du nouveau millénaire en offrant un ensemble de services en communication, conçu pour les petites et moyennes entreprises, en misant sur une approche personnalisée, et le respect absolu des dates de tombée.

 

Il greffa à son offre un service d’hébergement Web géré, ainsi que les services connexes afin de mieux servir une clientèle évolutive, à la recherche de solutions clé en main facilement accessibles.

 

Depuis 2013, il rédige et publie le magazine « LA COULISSE » (lacoulisse.ca), qui offre un topo sur l’entrepreneur québécois du nouveau millénaire, ainsi qu’une vitrine sur les entrepreneurs obscurs qui n’ont pas pignon sur rue.

 

Il comprend parfaitement les enjeux politiques et les défis linguistiques associés aux affaires dans sa province natale, ainsi que dans le reste du Canada.

 

Pour « LES MOTS JUSTES », il n’y a tout simplement pas de meilleur choix!

 

Services : Conception-rédaction / traduction / révision de texte / réécriture (français / anglais / français), Services Web.

 

Michel possède une solide expérience de la communication commerciale, des services d’urgence et de la politique. Originaire du Québec, il maitrise les deux langues officielles du Canada avec autant de flair.

 

Que ce soit au Québec, en Amérique du Nord, ou ailleurs dans le monde, « LES MOTS JUSTES » de Michel A. Di Iorio seront à votre service pour véhiculer votre message…

 

LES MOTS JUSTES – Nous changeons le monde… un mot à la fois!

RECOMMANDATION DE LECTURE…

Recycler un pionnier

On se tape-tu un dinosaure, ou est-ce qu’on recycle un pionnier?

Suite… →
%d blogueurs aiment cette page :