Loading…
Vous êtes ici :  Accueil  >  En primeur  >  Article le plus récent

Une biaise bouleversante…

par   /   19 octobre 2016  /   Aucun commentaire

Une biaise bouleversante... (http://www.lacoulisse.ca/une-biaise-bouleversante/)

« Dans le monde du destin, il n’y a pas de choix, il n’y a qu’un chemin… » — Aïvanhov

« Mes souliers empruntèrent le chemin de mon cœur. Mes pieds, quant à eux, n’ont qu’emboîté le pas… » Michel A. Di Iorio

.

LES COULIS de SAGESSE   

Une biaise bouleversante

Une réflexion empirique à l’attention des travailleurs autonomes actuels et en devenir,
signée Michel A. Di Iorio.

Une biaise bouleversante… c’est peu dire, mais la mienne s’était faite sans regret. Une formation avant-gardiste dans le cadre d’un projet pilote sanctionné par le gouvernement allait faire de moi un pionnier du système préhospitalier québécois, et j’en étais fier. J’abandonnais certes un poste-cadre bien rémunéré pour un solde minable, mais en échange, j’allais pouvoir contribuer concrètement à sauver le monde. Ce fut l’époque de l’émission américaine populaire « EMERGENCY », et j’étais fermement accroché…

Tel fut le rêve qui animait mon cœur de nounours, et j’avais tout fait pour le réaliser. J’avais, à tour de rôle, sacrifié mes soirées en famille, ma vie sociale, et quelque temps plus tard, un premier mariage pour vivre l’aventure d’une vie. Enfin, qu’est-ce qui pouvait s’offrir de plus passionnante, me demandais-je, que la chance de sauver des vies?

Comme plusieurs autres de ma génération, j’ai connu la frustration et l’ennui découlant de l’absence parentale. Mes parents travaillaient de longues heures pour subvenir à leurs obligations, et m’offrir un minimum de confort. Cette absence, sans lui attribuer tout le blâme, contribua à mon départ précipité du noyau familial, et à un mariage hâtif pour me recréer une base familiale, et pour me donner un pied à terre.

Les années 1970 apportèrent beaucoup de changements pour la société québécoise, dont un choix intéressant d’opportunités d’emplois. La plupart de mes amis et collègues avaient un emploi principal, ainsi qu’une jobine de soir ou de fin de semaine pour arrondir leurs fins de mois, ou s’offrir un peu de luxe. Comme eux, j’ai emboîté le pas. J’avais décroché un poste-cadre prometteur et bien rémunéré, mais au bout de quelque temps, j’ai réalisé que je n’étais pas vraiment à ma place. J’ai donc accepté un travail d’appoint, car un collègue me fit part d’un poste à combler au sein d’une entreprise de service de médecin à domicile, et une voie commençait à se tracer dans mon esprit…

De fil en aiguille, je m’étais inscrit à une formation avancée en soins médicaux préhospitaliers, offerte avec le concours d’un centre hospitalier (CH) montréalais dans le cadre d’un projet pilote. Le but était de former des paramédics (techniciens en soins médicaux avancés) capables, au besoin, de travailler sans la surveillance directe d’un médecin. Comme il s’agissait d’un projet pilote, les élèves se devaient d’être à la hauteur des attentes, car l’avenir du système préhospitalier se dessinait. Les Américains, ainsi que les autres provinces canadiennes avaient déjà une bonne longueur d’avance sur le niveau de soins offerts au Québec.

Jusque-là, pas de problème… mais pour me brouiller les cartes un peu plus, mon fils est venu au monde souffrant d’une malformation cardiaque congénitale qui nécessita une opération à cœur ouvert à sa naissance. Malheureusement, une greffe cardiaque éventuelle était aussi à prévoir, alors comme vous voyez, mon chemin fut tracé bien malgré moi…

http://les-mots-justes.net - Services de rédaction et de traduction

La gaffe, et la solution…

Ma carrière allait de bon train, m’offrant la possibilité d’intervenir dans des situations ou ma compétence était mise à dure épreuve. J’ai eu le bonheur et le plaisir d’être un acteur déterminant dans un nombre de cas graves. La qualité de ma formation jumelée à ma détermination personnelle m’a permis, avec l’aide de mes confrères, d’éviter le pire pour plusieurs bénéficiaires, et même de sauver des vies.

La gaffe, dans mon cas, fût de subir un accident de travail qui m’empêcha de reprendre mes fonctions. Le système de santé ne possédait pas d’infrastructures à l’époque pour assurer la réintégration opportune, dans un poste moins exigeant, des travailleurs aux prises avec les séquelles douloureuses d’une blessure au dos. Un tel accident pourrait, aujourd’hui, être évité en faisant appel à de l’équipement spécialisé (une grue pour descendre une personne souffrant d’obésité morbide d’un troisième étage dans le quartier de Verdun), mais à l’époque nous devions, dans de pareils cas, se fier sur nos muscles (les pompiers n’auraient pas pu nous faciliter la descente dans ce cas-ci), ce qui explique les lésions dorsales de plus d’un confrère.

Il y eut une autre épreuve à surmonter avant que la vie me sourit à nouveau. Mon fils succombait à la suite d’un rejet massif et imprévu de son cœur greffé. Je n’ai malheureusement pu le sauver. Il avait reçu un nouveau cœur depuis 13 mois, et tout semblait allez pour le mieux. Il est venu passer un dernier weekend avec moi au chalet, où nous avons passé un moment à nous retrouver l’un et l’autre en faisant de la musique ensemble (il était musicien). Rien ne laissait présager le pire.

Il m’a téléphoné quelques semaines plus tard pour m’informer qu’il ne se sentait pas bien, et qu’il éprouvait un certain malaise à respirer, alors je lui ai conseillé d’appeler une ambulance afin d’être évalué en lieu sûr, ce qu’il fit. Comme je me trouvais à plus d’une heure de trajet en voiture, je l’ai rejoint par téléphone à l’hôpital, et il m’informa qu’on préférait le garder en observation, alors je lui ai dit que je l’aimais, et que j’irais le voir le lendemain, car il se faisait déjà tard, et il semblait relativement bien au téléphone.

Ce fut donc avec consternation que j’ai appris, lors d’un réveil brutal pour répondre à la sonnerie insistante du téléphone aux petites heures de la nuit, qu’on me conseillait de me rendre au chevet de mon fils, sans plus. Mes instincts hurlaient entre les parois de ma boîte crânienne de me dépêcher, mais ces mêmes instincts me disaient qu’il était déjà trop tard, ce que j’ai constaté lors de mon arrivé à l’hôpital, car il s’était éteint au même moment qu’on me téléphonait pour me dire que mon fils avait besoin de moi. J’ai donc pleuré la perte de mon fils, que ni moi ni les médecins spécialistes n’avions pu sauver, et le temps s’est momentanément arrêté pour me permettre de me relever de ce nouveau revers du destin…

La solution fut cependant moins dramatique, bien qu’elle ait pris un moment pour se faire connaître. À la suite d’une période d’essais infructueuses et de profonde réflexion, je suis enfin retombé sur mes pattes (de mouche) en rentabilisant une passion que j’éprouvais depuis mon jeune âge pour l’écriture. Je me suis donc étourdi entre les voyelles et les consonnes, les virgules et les points d’interrogation qui me narguaient à répétition jusqu’au jour où j’ai réalisé que mon fils et moi partagions le même amour des mots et de la musique.

Je suis donc repartie à la quête de nouvelles aventures (la biaise du business man…), en passant par la rédaction et la traduction de manuels de procédures médicales, œuvres littéraires, manuels de formation, documents commerciaux, discours politiques et la correspondance personnelle d’une clientèle internationale… mais de temps à autre, je me laisse bercer par la poésie de son souvenir, et mon cœur de nounours sourit de nouveau.

Merci de m’avoir lu, et bonne vie!

Michel A. Di Iorio, fondateur de LA COULISSE

Partager mon « X »

Je veux partager mon « X » avec vous qui suivez l’aventure du magazine LA COULISSE depuis son lancement en 2013! Pour y arriver, je vous offre, par le biais de mes billets hebdomadaires, des liens utiles vers des outils pratiques en ligne, et un véhicule pour distribuer votre histoire parmi les travailleurs autonomes actuels et en devenir. Que ces derniers se retrouvent sur Linked-In, Facebook, Twitter, Google+, Pinterest, Reddit, Tumblr ou Pocket, rassurez-vous que LA COULISSE y cultive une présence en y publiant des billets hebdomadaires, des billets occasionnels signés par ses membres contributeurs, ainsi que mes anecdotes.

À titre d’information, le magazine LA COULISSE double son lectorat chaque année depuis sa fondation. Parmi celle-ci se retrouvent d’autres travailleurs indépendants, des chasseurs de têtes, des professionnels, des représentants de divers ministères, des chefs d’entreprise de toutes tailles, des annonceurs, des représentants de compagnies de publicité, des artistes, des paramédics, des policiers, des pompiers, des fonctionnaires, etc.

Je vous offre un lectorat digne de lire vos histoires que je vous invite à me soumettre en cliquant d’abord sur les critères de sélection. Une fois que vous aurez pris connaissance de nos critères de sélection, vous n’avez qu’à me les transmettre par courriel, en y incluant vos coordonnées afin que je puisse communiquer avec vous au besoin. Veuillez noter que je ne communiquerai qu’avec les auteurs dont les histoires auront été retenues.

J’ai hâte de vous lire…

Qu’en pensez-vous?

Tout le monde a une histoire à raconter. Si vous désirez partager les opportunités qui ont marqué votre parcours, je vous invite à commenter au bas de ce billet, ou sur les réseaux sociaux, et il me fera plaisir de vous répondre. Votre histoire pourrait aider un travailleur autonome en devenir. Je vous invite à la partager dans les pages de LA COULISSE.

Je vous souhaite une bonne réflexion, des affaires prospères, et une abondance de poussières de bonheur!

N’hésitez pas à commenter la présente réflexion, et à partager ce lien avec vos amis et collègues.

Michel A. Di Iorio
Rédacteur en chef et fondateur de 
LA COULISSE
Rédaction et publicité : 514.994.0967
info@lacoulisse.ca

PS — Pour faire partie de ma nouvelle liste de distribution, veuillez m’envoyer un courriel à : info@lacoulisse.ca avec la mention « abonnez-moi ». C’est gratuit!

Références et lectures complémentaires

Sources et guides

Médias écrits

Pour annoncer dans LA COULISSE, cliquez ICI

Publicité dans LA COULISSE

pr-sample2

Pour jouir d’une visibilité privilégiée dans une revue spécialisée, lue par des collègues, partenaires, fournisseurs, compétiteurs et T/A (anciens, en devenir et actuels)… annoncez-vous dans « LA COULISSE ».  

La simplicité vaut son pesant d’or! Avec l’aide de « LA COULISSE », votre site Web peut être en ligne en moins de temps et à peu de frais pour véhiculer votre message! Communiquez avec nous au (514) 994-0967 pour connaitre nos forfaits Webs et/ou publicitaires. Nous offrons des forfaits pour tous les besoins/budgets, incluant une option Web gérée sur plateforme WordPress, accessible aux travailleurs autonomes et aux petits entrepreneurs.

« LA COULISSE » offre un topo sur le monde insolite du Québec entrepreneurial. Suivez-nous dans « LA COULISSE » à la recherche de novateurs québécois méconnus, et accédez à une multitude d’outils pour vous aider à lancer votre propre entreprise!

Nous connaissons tous la valeur d’une publicité efficace, mais peu de travailleurs autonomes disposent d’un budget publicitaire assez bien garni pour lancer leur nouvelle entreprise avec assurance.

La publicité, c’est souvent une affaire de gros sous, mais « LA COULISSE » ne voit pas les choses ainsi. Ses promoteurs savent combien il est difficile de se démarquer, faute de liquidités.

« LA COULISSE » lève le voile sur l’entrepreneur fantôme qui travaille de son garage, ou tout bêtement du coin de sa table de cuisine pour vous offrir une marchandise ou un service de qualité, à prix et à conditions avantageuses!

« LA COULISSE » vous propose des histoires insolites et cocasses, ainsi qu’un coup d’oeil privilégié sur les dessous du Québec entrepreneurial en vous présentant les novateurs méconnus du Québec.

Joignez-vous à « LA COULISSE » pour un bref survol du Québec de demain, grâce aux efforts conjugués des travailleurs autonomes et des entrepreneurs québécois d’aujourd’hui!


                     D1

Service de la rédaction : 514-994-0967

Écrivez-nous à : info@lacoulisse.ca

Publicité : 514-994-0967

Service d’assistance au client : Cliquer sur l’image ci-dessous.

Puis-je vous aider?

Service d’assistance au client

D1

Vous avez une bonne plume?

Vous avez vécu une situation cocasse ou insolite, cueillie, murie, vieillie ou même pourrie dans l’univers du travail autonome? Si vous croyez que d’autres apprécieraient votre anecdote, rendez-vous ICI pour connaître les critères de soumission d’articles à « LA COULISSE ».

Faites connaître LA COULISSE à vos amis et collègues entrepreneurs / travailleurs autonomes… 

Vous avez apprécié ce billet? Aidez-moi à faire connaître LA COULISSE en partageant ce billet sur vos réseaux sociaux. Pour ce faire, vous n’avez qu’à cliquer sur les icônes des réseaux sociaux que vous utilisez.

Merci.

N.B. L’utilisation du genre masculin a été adoptée afin de faciliter la lecture et n’a aucune intention discriminatoire.

À propos de l'auteur...

Fondateur et rédacteur en chef de LA COULISSE

MICHEL A. DI IORIO, fondateur et rédacteur en chef de « LA COULISSE » a troqué, au tournant du siècle dernier, la vie publique et la notoriété pour exercer une carrière moins flamboyante, bien qu'aussi satisfaisante. À ces fins, et comme véhicule, il a fondé « LES MOTS JUSTES », d’où il exerce depuis lors la profession d'artisan des mots et traducteur. Il répond (par télétravail) aux besoins de sa clientèle; petits et plus gros... riches et moins riches... publics et privés. Il écrit et traduit pour ceux qui ne savent pas comment, qui ne peuvent pas, qui n’ont pas le temps ou qui ne sont tout simplement pas de très bons rédacteurs, laissant ses clients libres de poursuivre leurs activités principales.

 

Plus de 30 années à œuvrer dans les arènes politiques, commerciales et privées ont contribué au perfectionnement de ses compétences, faisant de lui un communicateur respecté, dont les avis et les conseils sont recherchés. Dix-sept de ces années furent consacrées aux services d’urgence, toutes branches confondues. Une plume fertile et le désir de redonner lui ont valu un siège au sein d’un nombre de comités de sélection de projets et de conseils d’administration d’associations régionales et de chambres de commerce. Ces opportunités, combinées à la notoriété acquise comme spécialiste de la communication en politique provinciale, ont contribué à paver le parcours menant à sa vocation d’écrivain public et traducteur. Ses compétences continuent de commander l’admiration et le respect de ses pairs.

 

Un visionnaire de la communication, Michel s’est adapté au marché évolutif à l'aube du nouveau millénaire en offrant un ensemble de services en communication, conçu pour les petites et moyennes entreprises, en misant sur une approche personnalisée, et le respect absolu des dates de tombée.

 

Il greffa à son offre un service d’hébergement Web géré, ainsi que les services connexes afin de mieux servir une clientèle évolutive, à la recherche de solutions clé en main facilement accessibles.

 

Depuis 2013, il rédige et publie le magazine « LA COULISSE » (lacoulisse.ca), qui offre un topo sur l'entrepreneur québécois du nouveau millénaire, ainsi qu'une vitrine sur les entrepreneurs obscurs qui n'ont pas pignon sur rue.

 

Il comprend parfaitement les enjeux politiques et les défis linguistiques associés aux affaires dans sa province natale, ainsi que dans le reste du Canada.

 

Pour « LES MOTS JUSTES », il n’y a tout simplement pas de meilleur choix!

 

Services : Conception-rédaction / traduction / révision de texte / réécriture (français / anglais / français), Services Web.

 

Michel possède une solide expérience de la communication commerciale, des services d’urgence et de la politique. Originaire du Québec, il maitrise les deux langues officielles du Canada avec autant de flair.

 

Que ce soit au Québec, en Amérique du Nord, ou ailleurs dans le monde, « LES MOTS JUSTES » de Michel A. Di Iorio seront à votre service pour véhiculer votre message...

 

LES MOTS JUSTES - Nous changeons le monde... un mot à la fois!

Laisser un commentaire

RECOMMANDATION DE LECTURE…

La vision et le pragmatisme

Le making of « Cartierville et son parc Belmont © » épisode 9

Suite… →
%d blogueurs aiment cette page :