Loading…
Vous êtes ici :  Accueil  >  En primeur  >  Article le plus récent

Une aventure de marque…

par   /   2 novembre 2016  /   Commentaires fermés sur Une aventure de marque…

« En ce qui concerne la marque, vous ne pouvez pas simplement parler de l’entretien, vous devez marcher sur la promenade… » — Wally Olins

« La marque peut vous annoncer comme un porte-étendard, ou vous poursuivre comme
un vieux tatouage… » 
Michel A. Di Iorio

.

LES COULIS de SAGESSE   

Une aventure de marque

Une réflexion empirique à l’attention des travailleurs autonomes actuels et en devenir,
signée Michel A. Di Iorio.

Une aventure de marque… que j’ai vécu tout au long de mon parcours en affaires, et qui m’a appris, non pas sans peine, qu’un nom, ou une marque peut vous édifier ou vous détruire, selon la perception que les gens en ont. Jusque-là vous allez sans doute dire, « pas de problème », mais le virage vers le Web a changé les règles du jeu, et ça demande une adaptation, car si notre commerce consiste à vendre des hot-dogs, il y a de bonnes chances que notre nom de domaine reflète le nom de notre commerce. Alors, qu’est-ce qu’on fait quand le nom de domaine qui correspond à notre nom de commerce est déjà enregistré par un tiers, et que les domaines restants comportent une extension inhabituelle? Pire encore, quoi faire quand la langue française n’offre pas de traduction exacte, laissant place à une certaine ambiguïté? Ne riez pas, car ça arrive…

Les puristes diront qu’il faut composer avec la langue pour éviter de la travestir, mais j’ai toujours appelé un hot-dog un hot-dog, et non un chien-chaud, encore moins un corbillard! Il y a des noms de commerce ou de produits ne se traduisent pas très bien, alors que faire quand la langue ne répond plus tout à fait au besoins du commerce… et que nos clients font affaire à l’étranger parce qu’ils comprennent mieux « outside the box », que son vis-à-vis de langue française, soit « à l’ouest »?

Au risque d’en froisser quelques-uns, je suis un partisan de l’évolution de la langue pour dire les vraies choses, surtout en affaires. Le quotidien de la technologie change à une vitesse abracadabrantesque (il a fallu que je me reprenne à 4 reprises juste pour me démêler la langue après l’avoir tordu en articulant cette expression). Conséquemment, il y a de plus en plus de nouveaux produits et services spécialisés offerts sur le marché. Les besoins évoluent plus vite que la langue, occasionnant un imbroglio en tentant de trouver un nom de domaine convenable pour lancer un nouveau commerce sur le Web. Trouver un nom de domaine approprié qui offre un « punch » (« pouvoir de choc » en français) équivalent à son vis-à-vis anglais n’est pas toujours évident. Heureusement que l’Office de la langue française n’a pas l’autorité sur les noms de domaine qu’elle a sur les noms de commerce, car il y a des maisons qui en baveraient des ronds de chapeaux, sinon par le ridicule, alors par la difficulté à retenir leurs noms respectifs. Le bon terme ne passe pas toujours à l’usage, comme ceux du chien-chaud, des hambourgeois et des trous de beignes, par exemple, bien que les trous de beignes ont trouvé preneurs. Nul besoin de chercher midi à quatorze heures pour se rendre compte qu’il existe des lacunes évitables…

http://les-mots-justes.net - Services de rédaction et de traduction

La gaffe, et la solution…

La gaffe, si elle existe, est l’absurdité phonétique articulatoire et auditive de certaines traductions destinées au commerce, et d’avantage si le commerce cible les touristes. La langue de Shakespeare contient environ sept fois plus de mots que la langue de Molière (500,000 mots anglais contre environ 70,000 mots en français), ce qui peut alimenter une certaine frustration quand vient le moment de se choisir un nom de commerce, ou un nom de domaine.

La langue anglaise offre des nuances pour exprimer son équivalence en français. Pour mieux illustrer ce propos, je vous offre un petit échantillonnage de mots anglais qui ne se traduisent pas en un seul mot, nécessitant deux mots et plus pour exprimer leur sens en français :

  • healthy
  • cheap
  • shallow
  • comprehensive (« compréhensif » en français ne signifie pas le même sens qu’en anglais)
  • both
  • either
  • hound, etc.

Mot de la fin…

Mon intention n’est pas de vexer les puristes ni les francophones unilingues qui ne comprennent pas l’impact de mes propos sur le commerce. Je tiens à souligner une problématique qui se répète de plus en plus fréquemment sur le Web, et qui affecte, bien malgré eux, les commerçants qui font aussi affaire à l’étranger. Nous sommes, sur le Web, en rodage du commerce de l’avenir, et la langue française ne suffit plus aux exigences du commerce.

Même si un Montréalais sait à quoi s’attendre quand on lui propose des trous de beignes ou des guédilles pour accompagner son petit café, le touriste et les clients qui se trouvent en dehors de nos frontières ne le savent pas, eux. Si mon commerce en dépendait, ça soulèverait un certain questionnement dans mon esprit, même si je ne vends pas des hot-dogs pour beurrer mes « toasts » (rotis, en français) au petit déjeuner.

Il ne s’agit pas de travestir la langue française, mais de reconnaitre qu’elle est limitative pour les besoins du commerce, surtout sur le Web (« la Toile » en français). L’avenir décidera bien de son sort à l’usage, mais pour ma part, je suis ouvert à l’intégration de n’importe quelle langue qui me permettra de manger trois fois par jour. Il serait temps de nous rendre à l’évidence que la langue de Molière n’adresse qu’une petite pointe de la tarte du marché mondial. Si notre commerce en dépend pour survivre, une certaine flexibilité linguistique me semble indiquée, sinon il y a des risques de rester sur sa faim.

Merci de m’avoir lu, et bonne vie!

Michel A. Di Iorio, fondateur de LA COULISSE

Partager mon « X »

Je veux partager mon « X » avec vous qui suivez l’aventure du magazine LA COULISSE depuis son lancement en 2013! Pour y arriver, je vous offre par l’intermédiaire de mes billets hebdomadaires des liens utiles vers des outils pratiques en ligne, et un véhicule pour distribuer votre histoire parmi les travailleurs autonomes actuels et en devenir. Que ces derniers se retrouvent sur Linked-In, Facebook, Twitter, Google+, Pinterest, Reddit, Tumblr ou Pocket, LA COULISSE y cultive une présence en y publiant des billets hebdomadaires, des billets occasionnels signés par ses membres contributeurs, ainsi que des anecdotes tirées du vécu.

À titre d’information, le magazine LA COULISSE double son lectorat chaque année depuis sa fondation. Le magazine s’adresse à un lectorat varié, qui inclut des travailleurs indépendants actuels et en devenir, des journalistes, des chasseurs de têtes, des professionnels, des représentants de divers ministères, des chefs d’entreprise de toutes tailles, des annonceurs, des représentants de compagnies de publicité, des artistes, des paramédics, des policiers, des pompiers, des fonctionnaires, etc.

Je vous offre donc un lectorat sérieux qui ne demande qu’à lire vos histoires, que je vous invite à me soumettre en cliquant d’abord sur les critères de sélection. Une fois que vous aurez pris connaissance de ces critères, vous n’aurez qu’à me transmettre votre texte par courriel, en prenant soin d’inclure vos coordonnées afin que je puisse communiquer avec vous, au besoin. Veuillez noter que je ne communiquerai qu’avec les auteurs dont les histoires auront été retenues.

Ah oui, j’allais oublier… cette opportunité de partager mon « X » vous est offerte sans frais!

J’ai hâte de vous lire…

Qu’en pensez-vous?

Tout le monde a une histoire à raconter. Si vous désirez partager les opportunités qui ont marqué votre parcours, écrivez-moi à info@lacoulisse.ca, ou sur les réseaux sociaux. N’ayez crainte, il me fera plaisir de vous répondre avec diligence. Votre histoire pourrait aider un travailleur autonome en devenir, alors je vous invite à la partager avec nous dans LA COULISSE.

Je vous souhaite une bonne réflexion, des affaires prospères, et une abondance de poussières de bonheur!

N’hésitez pas à commenter la présente réflexion, et à partager ce lien avec vos amis et collègues.

Michel A. Di Iorio
Rédacteur en chef et fondateur de 
LA COULISSE
Rédaction et publicité : 514.994.0967
info@lacoulisse.ca

PS — Pour faire partie de ma nouvelle liste de distribution, veuillez m’envoyer un courriel à : info@lacoulisse.ca avec la mention « abonnez-moi ». C’est gratuit!

Références et lectures complémentaires

Sources et guides

Médias écrits

Pour annoncer dans LA COULISSE, cliquez ICI

Publicité dans LA COULISSE

pr-sample2

Pour jouir d’une visibilité privilégiée dans une revue spécialisée, lue par des collègues, partenaires, fournisseurs, compétiteurs et T/A (anciens, en devenir et actuels)… annoncez-vous dans « LA COULISSE ».  

La simplicité vaut son pesant d’or! Avec l’aide de « LA COULISSE », votre site Web peut être en ligne en moins de temps et à peu de frais pour véhiculer votre message! Communiquez avec nous au (514) 994-0967 pour connaitre nos forfaits Webs et/ou publicitaires. Nous offrons des forfaits pour tous les besoins/budgets, incluant une option Web gérée sur plateforme WordPress, accessible aux travailleurs autonomes et aux petits entrepreneurs.

« LA COULISSE » offre un topo sur le monde insolite du Québec entrepreneurial. Suivez-nous dans « LA COULISSE » à la recherche de novateurs québécois méconnus, et accédez à une multitude d’outils pour vous aider à lancer votre propre entreprise!

Nous connaissons tous la valeur d’une publicité efficace, mais peu de travailleurs autonomes disposent d’un budget publicitaire assez bien garni pour lancer leur nouvelle entreprise avec assurance.

La publicité, c’est souvent une affaire de gros sous, mais « LA COULISSE » ne voit pas les choses ainsi. Ses promoteurs savent combien il est difficile de se démarquer, faute de liquidités.

« LA COULISSE » lève le voile sur l’entrepreneur fantôme qui travaille de son garage, ou tout bêtement du coin de sa table de cuisine pour vous offrir une marchandise ou un service de qualité, à prix et à conditions avantageuses!

« LA COULISSE » vous propose des histoires insolites et cocasses, ainsi qu’un coup d’oeil privilégié sur les dessous du Québec entrepreneurial en vous présentant les novateurs méconnus du Québec.

Joignez-vous à « LA COULISSE » pour un bref survol du Québec de demain, grâce aux efforts conjugués des travailleurs autonomes et des entrepreneurs québécois d’aujourd’hui!


                     D1

Service de la rédaction : 514-994-0967

Écrivez-nous à : info@lacoulisse.ca

Publicité : 514-994-0967

Service d’assistance au client : Cliquer sur l’image ci-dessous.

Puis-je vous aider?

Service d’assistance au client

D1

Vous avez une bonne plume?

Vous avez vécu une situation cocasse ou insolite, cueillie, murie, vieillie ou même pourrie dans l’univers du travail autonome? Si vous croyez que d’autres apprécieraient votre anecdote, rendez-vous ICI pour connaître les critères de soumission d’articles à « LA COULISSE ».

Faites connaître LA COULISSE à vos amis et collègues entrepreneurs / travailleurs autonomes… 

Vous avez apprécié ce billet? Aidez-moi à faire connaître LA COULISSE en partageant ce billet sur vos réseaux sociaux. Pour ce faire, vous n’avez qu’à cliquer sur les icônes des réseaux sociaux que vous utilisez.

Merci.

N.B. L’utilisation du genre masculin a été adoptée afin de faciliter la lecture et n’a aucune intention discriminatoire.

À propos de l'auteur...

Fondateur et rédacteur en chef de LA COULISSE

MICHEL A. DI IORIO, fondateur et rédacteur en chef de « LA COULISSE » a troqué, au tournant du siècle dernier, la vie publique et la notoriété pour exercer une carrière moins flamboyante, bien qu'aussi satisfaisante. À ces fins, et comme véhicule, il a fondé « LES MOTS JUSTES », d’où il exerce depuis lors la profession d'artisan des mots et traducteur. Il répond (par télétravail) aux besoins de sa clientèle; petits et plus gros... riches et moins riches... publics et privés. Il écrit et traduit pour ceux qui ne savent pas comment, qui ne peuvent pas, qui n’ont pas le temps ou qui ne sont tout simplement pas de très bons rédacteurs, laissant ses clients libres de poursuivre leurs activités principales.

 

Plus de 30 années à œuvrer dans les arènes politiques, commerciales et privées ont contribué au perfectionnement de ses compétences, faisant de lui un communicateur respecté, dont les avis et les conseils sont recherchés. Dix-sept de ces années furent consacrées aux services d’urgence, toutes branches confondues. Une plume fertile et le désir de redonner lui ont valu un siège au sein d’un nombre de comités de sélection de projets et de conseils d’administration d’associations régionales et de chambres de commerce. Ces opportunités, combinées à la notoriété acquise comme spécialiste de la communication en politique provinciale, ont contribué à paver le parcours menant à sa vocation d’écrivain public et traducteur. Ses compétences continuent de commander l’admiration et le respect de ses pairs.

 

Un visionnaire de la communication, Michel s’est adapté au marché évolutif à l'aube du nouveau millénaire en offrant un ensemble de services en communication, conçu pour les petites et moyennes entreprises, en misant sur une approche personnalisée, et le respect absolu des dates de tombée.

 

Il greffa à son offre un service d’hébergement Web géré, ainsi que les services connexes afin de mieux servir une clientèle évolutive, à la recherche de solutions clé en main facilement accessibles.

 

Depuis 2013, il rédige et publie le magazine « LA COULISSE » (lacoulisse.ca), qui offre un topo sur l'entrepreneur québécois du nouveau millénaire, ainsi qu'une vitrine sur les entrepreneurs obscurs qui n'ont pas pignon sur rue.

 

Il comprend parfaitement les enjeux politiques et les défis linguistiques associés aux affaires dans sa province natale, ainsi que dans le reste du Canada.

 

Pour « LES MOTS JUSTES », il n’y a tout simplement pas de meilleur choix!

 

Services : Conception-rédaction / traduction / révision de texte / réécriture (français / anglais / français), Services Web.

 

Michel possède une solide expérience de la communication commerciale, des services d’urgence et de la politique. Originaire du Québec, il maitrise les deux langues officielles du Canada avec autant de flair.

 

Que ce soit au Québec, en Amérique du Nord, ou ailleurs dans le monde, « LES MOTS JUSTES » de Michel A. Di Iorio seront à votre service pour véhiculer votre message...

 

LES MOTS JUSTES - Nous changeons le monde... un mot à la fois!

RECOMMANDATION DE LECTURE…

Les réseaux

Les réseaux…

Suite… →
%d blogueurs aiment cette page :