Loading…
Vous êtes ici :  Accueil  >  En primeur  >  Article le plus récent

Stratégie et tactiques…

par   /   11 septembre 2013  /   Aucun commentaire

 

Stratégie et tactiques

Stratégie et tactiques

« La tactique, c’est savoir quoi faire quand il y a quelque chose à faire; la stratégie, c’est savoir quoi faire quand il n’y a rien à faire. » – Xavier Grigoryevich Tartacover (1887–1956)

CHRONIQUE – LES COULIS de SAGESSES

« Stratégie » et « tactique » sont des mots que l’on utilise de manière interchangeable, au mépris d’une importante différence. Bien que la stratégie soit une abstraction fondée sur des objectifs à long terme, la tactique est circonstanciée et opportuniste. Elle est fondée sur la quête de la meilleure décision à prendre ou de la meilleure solution à déployer pour parer à la circonstance dans l’instant présent. Une opportunité tactique négligée ou laissée pour compte risque de profiter à votre concurrence, ou du moins tourner à votre désavantage.

À l’opposé du stratège qui suivra le plan de développement élaboré et adopté, le tacticien saisira les opportunités qui se manifesteront pour réagir. Le plus gros problème du tacticien sera de décider quoi faire si la situation stagne ou se stabilise. Xavier Tartacover, un grand maître d’échecs polonais, appelait ça la phase « rien à faire », quoique dans la réalité comme aux échecs, c’est à ce moment-là que se révèleront les joueurs d’envergure.

Le pire ennemi du stratège, c’est la pendule, car elle le réduit à un jeu réactif, teint d’émotion et d’instinct. La plupart d’entre nous ont tendance à nous laisser séduire par la torpeur de la paresse dans les moments plus tranquilles, sous prétexte que tout est sous contrôle. Les louveteaux, quant à eux, apprennent à rester alertes pour tirer avantage de la négligence des plus engourdis. Ils y arrivent en offrant un meilleur service, de meilleures conditions et une oreille sympathique aux insatisfactions exprimées par une clientèle exaspérée à l’idée de se faire prendre pour acquise.

Utilisons l’invention des frères Wright pour expliquer le danger d’une mauvaise vision stratégique. Ils ont développé l’avion sans réaliser le potentiel de l’appareil pour répondre aux applications commerciales et militaires futures. Ce sont d’autres qui se sont vus confiés la mission de développer la puissance brute, de charge et la vitesse pour répondre aux besoins d’un monde au bord d’un conflit mondial.

William Boeing, entrepreneur et fabricant de meubles (entre autres), eut une vision du potentiel de l’invention des frères Wright. Ignorant tout de l’aéronautique, il comprit que l’excellence technologique était un incontournable pour réussir dans ce nouveau domaine, et il misa toutes ses économies sur l’enjeu que la technologie rattraperait sa vision avant la faillite. Il allia donc la stratégie (amélioration de la technologie) à la tactique (en faisant construire une soufflerie pour former des ingénieurs).

En 1917, l’opportunité cogna à sa porte. Les Américains avaient besoin d’avions pour contrer la menace en Europe. Boeing en possédait, mais il y avait une ombre au tableau. La marine américaine effectuait ses essais en Floride, situé à quelque cinq mille kilomètres de là; soit une distance trop importante à parcourir par de si petits avions. Il les fit donc démonter et mis en boîte pour les expédier en Floride… et le reste appartient à l’histoire.

L’échiquier du travailleur autonome est le même que celui des maîtres-joueurs, comme les magasins de grandes surfaces, les multinationales, et les entreprises de services locales qui se sont fermement implantées dans le voisinage comme dans les habitudes des consommateurs. Bien qu’il y a toujours de la place pour accueillir la relève, il serait prudent de garder à l’esprit que rien n’est gagné à l’avance. Le succès n’est que rarement foudroyant, préférant être gagné un pion à la fois. Il faut donc être vigilant et saisir les opportunités qui se présentent, aux risque de vous retrouver enlisé sous les sables mouvants de l’entrepreneuriat québécois.

Votre stratégie servira principalement à maintenir vos tactiques sur la bonne trajectoire, et bien qu’elle représente vos objectifs à long terme, vos tactiques traduiront le moyen d’y parvenir. Il importe alors qu’ils soient solides. Des tactiques solides reposent sur une stratégie solide et des calculs exacts, et les deux demandent une certaine vision, d’où le terme « visionnaire », qui dénote une personne intuitive.

« Les meilleurs plans et les tactiques les plus détournées peuvent échouer par manque de confiance en soi. » — Gary Kasparov

Le succès repose donc sur un amalgame de qualités humaines, notamment :

  • être un stratège habile
  • être un tacticien redoutable
  • faire preuve de persévérance
  • posséder une vision d’ensemble
  • et enfin, avoir une confiance inébranlable en soi

Ces qualités sont des préalables à la réussite, autant dans les échecs que dans la vie et les affaires.

Michel A. Di Iorio, fondateur de LA COULISSE

Sources et guides :

Pour annoncer dans LA COULISSE, cliquez ICI

NOTE :

Avez-vous l’étoffe d’un travailleur autonome? Si vous connaissez quelqu’un qui répond à ce profil, il (elle) apprécierait que vous lui transmettiez le lien du Magazine LA COULISSE.

Notre mission est de vous offrir un topo sur les dessous obscurs du Québec entrepreneurial, et des outils accessibles pour vous aider à enjamber le détroit du travail autonome… 

DÉFI

Aux amateurs de chasses aux trésors J’ai inséré un lien sur une des pages du magazine pour télécharger une copie numérisée de l’oeuvre de Napoléon Hill…

« Réfléchissez et Devenez Riche »

… et un autre vers le livre de Wallace D. Wattles…

« La Science de la Richesse »

Parcourez les pages du magazine pour les trouver – gracieuseté de LA COULISSE

À propos de l'auteur...

Fondateur et rédacteur en chef de LA COULISSE

MICHEL A. DI IORIO, fondateur et rédacteur en chef de « LA COULISSE » a troqué, au tournant du siècle dernier, la vie publique et la notoriété pour exercer une carrière moins flamboyante, bien qu'aussi satisfaisante. À ces fins, et comme véhicule, il a fondé « LES MOTS JUSTES », d’où il exerce depuis lors la profession d'artisan des mots et traducteur. Il répond (par télétravail) aux besoins de sa clientèle; petits et plus gros... riches et moins riches... publics et privés. Il écrit et traduit pour ceux qui ne savent pas comment, qui ne peuvent pas, qui n’ont pas le temps ou qui ne sont tout simplement pas de très bons rédacteurs, laissant ses clients libres de poursuivre leurs activités principales.

 

Plus de 30 années à œuvrer dans les arènes politiques, commerciales et privées ont contribué au perfectionnement de ses compétences, faisant de lui un communicateur respecté, dont les avis et les conseils sont recherchés. Dix-sept de ces années furent consacrées aux services d’urgence, toutes branches confondues. Une plume fertile et le désir de redonner lui ont valu un siège au sein d’un nombre de comités de sélection de projets et de conseils d’administration d’associations régionales et de chambres de commerce. Ces opportunités, combinées à la notoriété acquise comme spécialiste de la communication en politique provinciale, ont contribué à paver le parcours menant à sa vocation d’écrivain public et traducteur. Ses compétences continuent de commander l’admiration et le respect de ses pairs.

 

Un visionnaire de la communication, Michel s’est adapté au marché évolutif à l'aube du nouveau millénaire en offrant un ensemble de services en communication, conçu pour les petites et moyennes entreprises, en misant sur une approche personnalisée, et le respect absolu des dates de tombée.

 

Il greffa à son offre un service d’hébergement Web géré, ainsi que les services connexes afin de mieux servir une clientèle évolutive, à la recherche de solutions clé en main facilement accessibles.

 

Depuis 2013, il rédige et publie le magazine « LA COULISSE » (lacoulisse.ca), qui offre un topo sur l'entrepreneur québécois du nouveau millénaire, ainsi qu'une vitrine sur les entrepreneurs obscurs qui n'ont pas pignon sur rue.

 

Il comprend parfaitement les enjeux politiques et les défis linguistiques associés aux affaires dans sa province natale, ainsi que dans le reste du Canada.

 

Pour « LES MOTS JUSTES », il n’y a tout simplement pas de meilleur choix!

 

Services : Conception-rédaction / traduction / révision de texte / réécriture (français / anglais / français), Services Web.

 

Michel possède une solide expérience de la communication commerciale, des services d’urgence et de la politique. Originaire du Québec, il maitrise les deux langues officielles du Canada avec autant de flair.

 

Que ce soit au Québec, en Amérique du Nord, ou ailleurs dans le monde, « LES MOTS JUSTES » de Michel A. Di Iorio seront à votre service pour véhiculer votre message...

 

LES MOTS JUSTES - Nous changeons le monde... un mot à la fois!

Laisser un commentaire

RECOMMANDATION DE LECTURE…

Quelques régurgitées…

Suite… →