Loading…
Vous êtes ici :  Accueil  >  En primeur  >  Article le plus récent

Si vous n’essayez pas, vous ne saurez jamais…

par   /   2 septembre 2015  /   Commentaires fermés sur Si vous n’essayez pas, vous ne saurez jamais…

« Tout est difficile avant d’être simple… » — Thomas Fuller

« Ce n’est pas dans mon ADN d’abandonner! » — Michel A. Di Iorio 

COULIS de SAGESSE  

Si vous n’essayez pas, vous ne saurez jamais…

La vie est courte, n’est-ce pas? La preuve? Par le temps qu’on arrive à nous sentir suffisamment à l’aise, bien éduqués, bien préparés, appuyés, motivés, en moyens, assez tannée pour se décider à faire un plongeon dans la houle qui peut, mettons… changer le cours de notre vie, cette dernière achève. Nos rêves les plus fous sont relégués aux oubliettes, car personne ne veut entendre parler de quelque chose qu’on n’a pas eu le courage de faire, ou de mener à terme; encore moins nous-mêmes. Ça serait nous rappeler qu’on a passé à côté de quelque chose qui aurait pu prêter un sens à notre passage éphémère sur la Terre… mais, oublions ça. Ce n’est plus le moment de foncer. On a abandonné tout espoir de racheter notre billet vers l’inconnu, lui préférant l’inconfort de la médiocrité et de l’obscurité. Mais, pourquoi? À force de remettre à demain ce qu’on aurait pu faire hier, la butte est devenue une montagne, et on s’essouffle juste à la contempler…

De toute façon, il ne nous reste plus assez de temps, et mettons qu’on se considère un peu pissou… arrghhhh, même le mot est dégouttant. De toute façon, je n’ai pas dit ça — c’était l’autre… oui l’autre, là-bas qui me fait la gueule quand je me fais la barbe le matin. On rit, mais je ne le connais pas, celui-là. Il s’agit sans doute d’un personnage de mon invention, car je ne l’ai jamais rencontré. J’ai beau lui faire la gueule en me brossant les dents, mais il ne m’adresse jamais la parole, se contentant de me dévisager, comme s’il me tenait responsable d’une grande déception. Hmm… sait-il peut-être quelque chose que j’ignore?

Avez-vous un tel personnage qui habite dans votre salle de bains, quelque part entre les aspirines et l’alcool à friction, peut-être? Si vous avez moins d’une quarantaine d’années, vous vous imaginez probablement qu’il s’agit d’un fond de bouteille de bière qui passe mal, ou d’une bouchée de pizza qui remonte et qui brouille votre vision, mais il est là, je vous en passe un papier, et il n’attend que le jour où vous le remarquerez debout devant le miroir de la pharmacie, les yeux pleins de reproches. Ce personnage que vous ne connaissez pas est peut-être le plus malfaisant des personnages que vous rencontrerez. Il vous connait mieux que quiconque, et il sait comment peser sur vos pitons. Sa mission, à part de vous mettre le feu au (- – -), est de vous rappeler que vous n’avez pas encore compris, et que le temps file au rythme que ses tempes grisonnent.

seb-1

Le squelette dans mon miroir

Le mien me rappelle les occasions manquées de concrétiser un souhait qui ne peut plus se réaliser dans cette vie, soit celui de bercer les enfants de mon fils qui n’est plus. La permanence de son absence me pèse lourd, bien que j’arrive à vivre malgré son absence. Ma fille, mes petits enfants, naturels et adoptifs, et ma compagne de vie me rendent la vie intéressante à plusieurs égards, alors je ne suis pas trop à plaindre, malgré cette tragédie.

J’ai atteint la plupart des grands objectifs de ma vie (j’en ai payé, plus souvent que pas, le gros prix – cicatrices à l’appui), et même si je ne suis pas riche, j’ai la satisfaction de savoir que mon passage sur la Terre a fait une différence dans les vies de celles et de ceux que j’ai touchés, que ce soit professionnellement ou, dans une mesure plus modeste, personnellement. À ce stade de ma vie, je constate que la plupart de mes parents et amis ont suivi un trajet autoroutier pendant que je suivais un sentier panoramique, et des insatisfactions communes refont surface dans nos conversations.

J’ai fait des choix risqués dans ma vie, des choix critiqués par ceux qui jaugeaient le succès par le nombre d’autos dans leurs entrées de garage, le nombre de salles de bain dans leurs maisons, le nombre de costumes dans leurs walk-ins. Le dollar était devenu l’unité de mesure du succès pour plusieurs. Pour moi, c’était plutôt les vies que je touchais au travail en tant que paramédic, c’était les gens que je touchais avec mes idées, véhiculées par les mots que j’écrivais, et que j’écris toujours. J’ai toujours cru que si l’on n’essayait pas de concrétiser nos rêves, on les enterrait avec nous. Quelqu’un m’a fait comprendre que la vie pouvait se comparer à une chandelle qui brule, et si je ne saisissais pas l’occasion qui se présentait à moi, quelqu’un d’autre le ferait à ma place, étouffant à jamais la flame sacrée qui m’animait.

Ceux qui jaugeaient la valeur d’un homme par l’épaisseur de son portefeuille enviaient la vie que j’avais choisie, même si je n’étais pas aussi bien nanti qu’eux. Ils enviaient mes exploits, mes victoires, ma détermination à faire une différence dans la vie des gens que je touchais, et davantage lorsque j’arrivais, malgré les obstacles, à faire une différence pour certains d’entre eux.

Voilà… assez parlé de moi. J’ai fait mes choix dans la vie, et aujourd’hui je les assume. J’ai opté pour l’incertitude de ma plume et l’aventure débuta. J’ai fait la paix avec le squelette de mon miroir, bien qu’il me dévisage encore lorsque je me brosse les dents, mais sa présence est devenue une sorte de réconfort, malgré ses grimaces.

Et vous? Avez-vous fait la paix avec le vôtre? Ou, est-ce qu’il vous nargue encore tous les matins? Lorsque vous le regardez dans le fond des yeux, voyez-vous encore des reproches, ou plutôt le sourire complice d’un vieil ami? Votre monde est-il érigé sur la valeur de vos avoirs, ou sur le contenu de votre caractère?

La vie est courte. Elle ne dure que le temps de bruler une petite chandelle, et elle s’éteint à tout jamais. Qu’en ferez-vous de la vôtre, alors? Avez-vous relégué vos rêves aux oubliettes, ou les vivez-vous pleinement avec l’intensité de votre inspiration, et de chaque battement de votre cœur? 

La vie est courte! Si vous n’essayez pas, vous ne le saurez jamais…    

Michel A. Di Iorio, fondateur de LA COULISSE

Sources et références

Publicité dans LA COULISSE

pr-sample2

Pour jouir d’une visibilité privilégiée dans une revue spécialisée, lue par des collègues, partenaires, fournisseurs, compétiteurs et T/A (anciens, en devenir et actuels)… annoncez-vous dans « LA COULISSE ».  

La simplicité vaut son pesant d’or! Avec « LA COULISSE », votre site Web peut être en ligne en moins de temps et à peu de frais pour véhiculer votre message! Communiquez avec nous au (514) 994-0967 pour connaitre nos forfaits Webs et publicitaires. Nous offrons des forfaits pour tous les budgets, incluant une option Web sur plateforme WordPress, accessible aux travailleurs autonomes et aux petits entrepreneurs.

« LA COULISSE » offre un topo gratuit sur le monde insolite du Québec entrepreneurial. Suivez-nous dans la coulisse à la recherche de novateurs québécois méconnus du nouveau millénaire, et découvrez une multitude d’outils pour vous aider à réaliser votre rêve de lancer votre propre entreprise!

Nous connaissons tous la valeur d’une publicité efficace, mais peu de travailleurs autonomes disposent d’un budget publicitaire bien garni pour lancer leur nouvelle entreprise avec assurance.

La publicité, c’est souvent une affaire de gros sous, mais « LA COULISSE » ne voit pas les choses ainsi. Ses promoteurs savent combien il est difficile de se démarquer, faute de liquidités.

« LA COULISSE » lève le voile sur l’entrepreneur fantôme qui travaille de son garage, ou tout bêtement du coin de sa table de cuisine pour vous offrir une marchandise ou un service de qualité, à prix et à conditions avantageuses!

« LA COULISSE » vous propose des histoires insolites et cocasses, ainsi qu’un coup d’oeil privilégié sur les dessous du Québec entrepreneurial en vous présentant les novateurs méconnus du Québec.

Joignez-vous à « LA COULISSE » pour un bref survol du Québec de demain, grâce aux efforts conjugués des travailleurs autonomes et des entrepreneurs québécois d’aujourd’hui!

lacoulisse.ca (514) 994-0967

writers29

Vous avez une bonne plume?

Vous avez vécu une situation cocasse ou insolite, cueillie, murie, vieillie ou même pourrie dans l’univers du travail autonome? Si vous croyez que d’autres apprécieraient votre anecdote, rendez-vous ICI pour connaître les critères de soumission d’articles à « LA COULISSE ».

Faites connaître LA COULISSE à vos amis et collègues entrepreneurs / travailleurs autonomes… 

Vous avez apprécié ce billet? Aidez-moi à faire connaître LA COULISSE en partageant ce billet sur vos réseaux sociaux. Pour ce faire, vous n’avez qu’à cliquer sur les icônes des réseaux sociaux que vous utilisez.

Merci.

N.B. L’utilisation du genre masculin a été adoptée afin de faciliter la lecture et n’a aucune intention discriminatoire.

À propos de l'auteur...

Fondateur et rédacteur en chef de LA COULISSE

MICHEL A. DI IORIO, fondateur et rédacteur en chef de « LA COULISSE » a troqué, au tournant du siècle dernier, la vie publique et la notoriété pour exercer une carrière moins flamboyante, bien qu'aussi satisfaisante. À ces fins, et comme véhicule, il a fondé « LES MOTS JUSTES », d’où il exerce depuis lors la profession d'artisan des mots et traducteur. Il répond (par télétravail) aux besoins de sa clientèle; petits et plus gros... riches et moins riches... publics et privés. Il écrit et traduit pour ceux qui ne savent pas comment, qui ne peuvent pas, qui n’ont pas le temps ou qui ne sont tout simplement pas de très bons rédacteurs, laissant ses clients libres de poursuivre leurs activités principales.

 

Plus de 30 années à œuvrer dans les arènes politiques, commerciales et privées ont contribué au perfectionnement de ses compétences, faisant de lui un communicateur respecté, dont les avis et les conseils sont recherchés. Dix-sept de ces années furent consacrées aux services d’urgence, toutes branches confondues. Une plume fertile et le désir de redonner lui ont valu un siège au sein d’un nombre de comités de sélection de projets et de conseils d’administration d’associations régionales et de chambres de commerce. Ces opportunités, combinées à la notoriété acquise comme spécialiste de la communication en politique provinciale, ont contribué à paver le parcours menant à sa vocation d’écrivain public et traducteur. Ses compétences continuent de commander l’admiration et le respect de ses pairs.

 

Un visionnaire de la communication, Michel s’est adapté au marché évolutif à l'aube du nouveau millénaire en offrant un ensemble de services en communication, conçu pour les petites et moyennes entreprises, en misant sur une approche personnalisée, et le respect absolu des dates de tombée.

 

Il greffa à son offre un service d’hébergement Web géré, ainsi que les services connexes afin de mieux servir une clientèle évolutive, à la recherche de solutions clé en main facilement accessibles.

 

Depuis 2013, il rédige et publie le magazine « LA COULISSE » (lacoulisse.ca), qui offre un topo sur l'entrepreneur québécois du nouveau millénaire, ainsi qu'une vitrine sur les entrepreneurs obscurs qui n'ont pas pignon sur rue.

 

Il comprend parfaitement les enjeux politiques et les défis linguistiques associés aux affaires dans sa province natale, ainsi que dans le reste du Canada.

 

Pour « LES MOTS JUSTES », il n’y a tout simplement pas de meilleur choix!

 

Services : Conception-rédaction / traduction / révision de texte / réécriture (français / anglais / français), Services Web.

 

Michel possède une solide expérience de la communication commerciale, des services d’urgence et de la politique. Originaire du Québec, il maitrise les deux langues officielles du Canada avec autant de flair.

 

Que ce soit au Québec, en Amérique du Nord, ou ailleurs dans le monde, « LES MOTS JUSTES » de Michel A. Di Iorio seront à votre service pour véhiculer votre message...

 

LES MOTS JUSTES - Nous changeons le monde... un mot à la fois!

RECOMMANDATION DE LECTURE…

Est-ce vraiment un véhicule neuf?

Suite… →
%d blogueurs aiment cette page :