Loading…
Vous êtes ici :  Accueil  >  En primeur  >  Article le plus récent

Saisir le jour…

par   /   21 janvier 2015  /   Aucun commentaire

« Un jour… est une maladie qui emportera dans la tombe avec elle  vos rêves les plus chers. » — Ferriss
« Carpe diem! » — (Horace) et John Keating (Robin Williams)
CHRONIQUE « LES COULIS DE SAGESSES »

Saisir le jour…

On dit que pour les choses importantes, c’est parfois mieux d’attendre le bon, sinon un meilleur moment, mais… la vie est courte. Dans les faits, et au risque d’en décevoir plus d’un, les étoiles ne seront jamais bien alignées, et les feux de circulation sur votre parcours de vie ne seront jamais tous verts en même temps. Il n’y aura donc pas de meilleur moment que le présent pour se faire remarquer, pour faire briller son argument clé de vente, ou pour saisir une opportunité en or.

Malgré l’énoncé qui précède, l’univers ne conspire pas contre vous. Il n’a carrément rien à foutre de votre parcours personnel ou professionnel, car ce n’est pas son rôle. Les conditions ne seront jamais tout à fait parfaites. Vous avez donc un choix à faire, car la vie n’attend après personne. Elle se contente de briller et de s’éteindre comme une bougie déposée sur une balançoire dans l’obscurité. Il faut la saisir dès qu’on l’aperçoit, sinon elle s’éloignera. Certes qu’il y en aura d’autres, mais peut-être pas celle qui vous a fait vibrer.

« Profitez du jour présent, mes amis; faites en sorte que votre vie soit extraordinaire. » – John Keating (Robin Williams), La Société des poètes disparues (1989).

Même si vous n’avez-pas eu la bonne fortune de visionner ce long-métrage, vous savez que la vie est courte. Vous savez qu’en dehors des dogmes religieux, il n’y aura pas de deuxième chance pour réussir votre vie. Soit que vous mordiez dedans à pleines dents; soit que vous la laissiez vous dévorer… le choix est, somme tout, assez simple. Quelque soit le scénario, la vie se chargera de semer des opportunités çà et là sur notre parcours, mais c’est à nous de les saisir au passage. Sinon, le parcours risque d’être pénible.

Je reviens à La Société des poètes disparus pour mieux illustrer le péril du conformisme, et la difficulté de préserver nos convictions, quoi qu’en pensent les autres. Soyez persuadé, malgré toute opposition, que vos convictions et vos idées sont uniques, quoi qu’en disent les autres, et foncez dans le tas les poings fermés.

Pour citer Whitman: « Ô moi ! Ô la vie ! Tant de questions qui m’assaillent sans cesse, ces interminables cortèges d’incroyants, ces cités peuplées de sots. Qu’y a-t-il de bon en cela ? Ô moi ! Ô la vie ! ».

Réponse: « Que tu sois ici; que la vie et l’identité existent. Que le prodigieux spectacle continue et que tu puisses y ajouter ton propre verset… 

En dépit de tout ce qu’on peut vous raconter, les mots et les idées peuvent effectivement changer le monde. » – Robin Williams

J’ai commencé à rédiger ce billet dans un moment de nostalgie, soit un moment de communion avec mon « moi » intérieur, car je m’étais identifié au personnage principal (John Keating/Robin Williams), ayant reçu à mon tour comme privilège un enseignement particulier, dispensé par des professeurs marginaux que je considérais, à l’époque, comme mes mentors. Comme M. Keating (le prof d’anglais dans le film), mes professeurs étaient près de leurs élèves. Leurs enseignements défonçaient les balises du curriculum pour nous apprendre à nous dépasser et à laisser notre marque sur le monde.

En rétrospective, je leur dois une fière chandelle pour leurs rôles charnières, me stimulant à prendre ma vie en mains pour tenter de faire une différence sur mon parcours. Grâce à leur influence, une vie professionnelle au service des autres m’a permis d’occuper un rôle charnière dans la vie des gens que j’ai touchés à mon tour, malgré les nids de poules, les dos d’âne et les cahots rencontrés sur le parcours. Si vous avez connu un mentor digne de ce nom, vous savez de quoi je parle.

Je reprends donc les mots de John Keating, professeur d’anglais, « Vous devez vous efforcer à trouver votre propre voix, parce que plus vous attendez avant de commencer, moins vous avez de chances de la trouver un jour! »

Et vous? Quelle sera votre contribution au prodigieux spectacle de la vie?  

(Partagez votre point de vue via le formulaire au bas du texte.)

Michel A. Di Iorio, fondateur de LA COULISSE

(Court extrait du film, La Société des poètes disparues [1989])

Sources et références

Pour jouir d’une visibilité privilégiée dans une revue spécialisée, lue par des collègues, partenaires, fournisseurs, compétiteurs et T/A (anciens, en devenir et actuels)… annoncez dans « LA COULISSE ».  

La simplicité vaut son pesant d’or! Avec « LA COULISSE », votre site Web peut être en ligne en moins de temps et à peu de frais pour véhiculer votre message! Communiquez avec nous au (514) 994-0967 pour connaitre nos forfaits Webs et publicitaires. Nous offrons des forfaits pour tous les budgets, incluant une option Web sur plateforme WordPress, accessible aux travailleurs autonomes et aux petits entrepreneurs.

« LA COULISSE » offre un topo gratuit sur le monde insolite du Québec entrepreneurial. Suivez-nous dans la coulisse à la recherche de novateurs québécois méconnus du nouveau millénaire, et découvrez une multitude d’outils pour vous aider à réaliser votre rêve de lancer votre propre entreprise!

Nous connaissons tous la valeur d’une publicité efficace, mais peu de travailleurs autonomes disposent d’un budget publicitaire bien garni pour lancer leur nouvelle entreprise avec assurance.

La publicité, c’est souvent une affaire de gros sous, mais « LA COULISSE » ne voit pas les choses ainsi. Ses promoteurs savent combien il est difficile de se démarquer, faute de liquidités.

« LA COULISSE » lève le voile sur l’entrepreneur fantôme qui travaille de son garage, ou tout bêtement du coin de sa table de cuisine pour vous offrir une marchandise ou un service de qualité, à prix et à conditions avantageuses!

« LA COULISSE » vous propose des histoires insolites et cocasses, ainsi qu’un coup d’oeil privilégié sur les dessous du Québec entrepreneurial en vous présentant les novateurs méconnus du Québec.

Joignez-vous à « LA COULISSE » pour un bref survol du Québec de demain, grâce aux efforts conjugués des travailleurs autonomes et des entrepreneurs québécois d’aujourd’hui!

lacoulisse.ca (514) 994-0967

Vous avez une bonne plume?

Vous avez vécu une situation cocasse ou insolite, cueillie, murie, vieillie ou même pourrie dans l’univers du travail autonome? Si vous croyez que d’autres apprécieraient votre anecdote, rendez-vous ICI pour connaître les critères de soumission d’articles à « LA COULISSE ».

Faites connaître LA COULISSE à vos amis et collègues entrepreneurs / travailleurs autonomes… 

Vous avez apprécié ce billet? Aidez-moi à faire connaître LA COULISSE en partageant ce billet sur vos réseaux sociaux. Pour ce faire, vous n’avez qu’à cliquer sur les icônes des réseaux sociaux que vous utilisez.

Merci.

À propos de l'auteur...

Fondateur et rédacteur en chef de LA COULISSE

MICHEL A. DI IORIO, fondateur et rédacteur en chef de « LA COULISSE » a troqué, au tournant du siècle dernier, la vie publique et la notoriété pour exercer une carrière moins flamboyante, bien qu'aussi satisfaisante. À ces fins, et comme véhicule, il a fondé « LES MOTS JUSTES », d’où il exerce depuis lors la profession d'artisan des mots et traducteur. Il répond (par télétravail) aux besoins de sa clientèle; petits et plus gros... riches et moins riches... publics et privés. Il écrit et traduit pour ceux qui ne savent pas comment, qui ne peuvent pas, qui n’ont pas le temps ou qui ne sont tout simplement pas de très bons rédacteurs, laissant ses clients libres de poursuivre leurs activités principales.

 

Plus de 30 années à œuvrer dans les arènes politiques, commerciales et privées ont contribué au perfectionnement de ses compétences, faisant de lui un communicateur respecté, dont les avis et les conseils sont recherchés. Dix-sept de ces années furent consacrées aux services d’urgence, toutes branches confondues. Une plume fertile et le désir de redonner lui ont valu un siège au sein d’un nombre de comités de sélection de projets et de conseils d’administration d’associations régionales et de chambres de commerce. Ces opportunités, combinées à la notoriété acquise comme spécialiste de la communication en politique provinciale, ont contribué à paver le parcours menant à sa vocation d’écrivain public et traducteur. Ses compétences continuent de commander l’admiration et le respect de ses pairs.

 

Un visionnaire de la communication, Michel s’est adapté au marché évolutif à l'aube du nouveau millénaire en offrant un ensemble de services en communication, conçu pour les petites et moyennes entreprises, en misant sur une approche personnalisée, et le respect absolu des dates de tombée.

 

Il greffa à son offre un service d’hébergement Web géré, ainsi que les services connexes afin de mieux servir une clientèle évolutive, à la recherche de solutions clé en main facilement accessibles.

 

Depuis 2013, il rédige et publie le magazine « LA COULISSE » (lacoulisse.ca), qui offre un topo sur l'entrepreneur québécois du nouveau millénaire, ainsi qu'une vitrine sur les entrepreneurs obscurs qui n'ont pas pignon sur rue.

 

Il comprend parfaitement les enjeux politiques et les défis linguistiques associés aux affaires dans sa province natale, ainsi que dans le reste du Canada.

 

Pour « LES MOTS JUSTES », il n’y a tout simplement pas de meilleur choix!

 

Services : Conception-rédaction / traduction / révision de texte / réécriture (français / anglais / français), Services Web.

 

Michel possède une solide expérience de la communication commerciale, des services d’urgence et de la politique. Originaire du Québec, il maitrise les deux langues officielles du Canada avec autant de flair.

 

Que ce soit au Québec, en Amérique du Nord, ou ailleurs dans le monde, « LES MOTS JUSTES » de Michel A. Di Iorio seront à votre service pour véhiculer votre message...

 

LES MOTS JUSTES - Nous changeons le monde... un mot à la fois!

Laisser un commentaire

RECOMMANDATION DE LECTURE…

Quelques régurgitées…

Suite… →
%d blogueurs aiment cette page :