Loading…
Vous êtes ici :  Accueil  >  En primeur  >  Article le plus récent

Les requins et l’artisan…

par   /   22 juillet 2015  /   Aucun commentaire

« Les résultats se manifestent en exploitant les opportunités, et non en dénouant les problèmes. » – Peter Drucker    

«  Les requins exploitent les opportunités, tandis que les artisans résolvent les problèmes! » – Michel A. Di Iorio    

CHRONIQUE des ARTISANS

 

Les requins et l’artisan…

Une réflexion signée Michel A. Di Iorio    

On sait que des résultats financiers remarquables découlent généralement de l’exploitation d’opportunités qui se présentent, ou que l’on crée, et de la diligence avec laquelle nos solutions sont déployées. C’est le sport des requins de la finance, dont le dada est de choisir des opportunités prometteuses. Ces joueurs ratoureux s’aventurent avec assurance dans l’abîme des affaires, leur principal objectif étant de rentabiliser leur investissement aux dépens du petit payeur et de son client naïf.

Les vacances estivales s’étant entamées dans la controverse entourant les attaques plus fréquentes de requins sur des vacanciers m’offrent comme prétexte aux présentes de tirer un parallèle, bien que superficiel, entre ces évènements isolés et leurs équivalences dans le quotidien nébuleux du travailleur autonome. Aux vacanciers qui s’aventurent en mer: gare aux requins. À celles et ceux qui ne peuvent se prélasser aux abords d’un rivage dans un centre balnéaire en raison de la dévaluation de notre huard, j’offre la réflexion suivante sur les requins et les artisans.

sharky-1Les requins et l’artisan…

Aux quelque 529 espèces de requins répertoriés¹, permettez-moi d’ajouter quelques sous-espèces au nombre… notamment les requins de la finance, le squale des affaires, et leur petit cousin, le prédateur du plagiat.

Les victimes de la première sous-espèce, parfois personnifiée par la dentition métallisée du personnage de « Requin » (JAWS) dans les films « L’espion qui m’aimait » et « Moonraker », ainsi que dans les jeux vidéo 007 : « Quitte ou double » et « GoldenEye 007 », ne se comptent pas que parmi les clients. Ces derniers ne constituent que le petit gibier dans la houle des affaires. Les véritables proies des ignobles gnomes de la finance sont les artisans, les entrepreneurs et les travailleurs autonomes qui œuvrent pour satisfaire un bassin de clients disposés à payer pour résoudre une problématique qui accapare leurs quotidiens respectifs. Ce sont eux qui souffrent le plus directement d’une morsure inattendue par les créanciers de la haute finance. Quand la morsure est assez profonde, ils peuvent même y laisser leur peau.

La deuxième sous-espèce, qu’on personnifie avec des images mentales du squale mécanisé du film « Les Dents de la Mer » (JAWS), sont de véritables requins en affaires, soit des commerçants qui placent le profit avant le mieux-être de leurs clients. Pour cette espèce, le client exigeant constitue un repas indigeste qu’il aime mieux ne jamais voir se tremper les pieds dans sa pataugeuse. Il sait par expérience que ce client sera difficile à satisfaire sans risquer de compromettre la rentabilité de sa transaction. Heureusement pour nous tous qu’ils ne sont pas tous comme ça! Sa proie de prédilection est un consommateur insoucieux des coûts, car il est en vacances…

On retrouve aussi des requins de la deuxième sous-espèce parmi les entrepreneurs, bien qu’ils sont aisément identifiables pour l’œil habitué. Aux fins du présent texte, nous les opposerons aux artisans qui s’acharnent, contre vents et marées, à tisser une solution à la mesure de la problématique qu’on leur présente.

Le Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition, 1932-1935 définit comme « artisan » le travailleur qui exerce un métier mécanique ou manuel, qui suit les règles d’un art établi, par opposition aux métiers dits industriels où la production est fournie par des automates. Au sens figuré, il désigne un travailleur qui est l’auteur ou la cause de quelque chose. Par définition, les artisans se dévouent à la résolution de problèmes, selon leur champ de compétences respectives. Contrairement aux requins dont l’intérêt premier est de rentabiliser l’intervention réclamée, les artisans sont stimulés par les défis de la problématique qui contrarie le client, et à laquelle ils s’acharneront afin de la contrer.

Fiers de leurs accomplissements, les artisans sont trop souvent ciblés par la troisième sous-espèce de prédateur, connue pour le plagiat (vol) d’une propriété intellectuelle, comme un celui d’une conception, d’un modèle ou d’une solution par exemple. La supercherie touche à tous, t la perte financière correspondante peut le faire aussi, car la valeur véritable de l’acquisition en est compromise.

Le résultat de ces attaques insidieuses sur l’artisan par ces trois sous-espèces de requins se traduit, pour le consommateur, par des prix artificiellement gonflés et des conditions de paiements plus sévères que les conditions offertes par les maisons établies, car le financement des efforts de l’artisan dépend des ces prédateurs.

Pour l’artisan, les conséquences peuvent varier entre la perte d’une opportunité et la perte tout court, car les requins sont impitoyables lorsque vient le temps de financer des travailleurs autonomes qui n’ont qu’une bonne idée à offrir comme garantie.

Les prédateurs qui piègent les travailleurs indépendants sont généralement bien payés pour le travail qu’ils font. Conséquemment, ils n’ont pas à composer avec les limitations d’une situation financière marginale. Ils savent ce qu’ils vont manger le soir venu.

La prochaine fois qu’un artisan vous demande de verser un acompte sur un travail quelconque, ou qu’il s’acharne à réclamer un paiement en retard, sachez que son repas du soir peut en dépendre.

Et vous? Qu’allez-vous manger ce soir pour souper?

Michel A. Di Iorio, fondateur de LA COULISSE

Sources et références

Publicité dans LA COULISSE

pr-sample2

Pour jouir d’une visibilité privilégiée dans une revue spécialisée, lue par des collègues, partenaires, fournisseurs, compétiteurs et T/A (anciens, en devenir et actuels)… annoncez-vous dans « LA COULISSE ».  

La simplicité vaut son pesant d’or! Avec « LA COULISSE », votre site Web peut être en ligne en moins de temps et à peu de frais pour véhiculer votre message! Communiquez avec nous au (514) 994-0967 pour connaitre nos forfaits Webs et publicitaires. Nous offrons des forfaits pour tous les budgets, incluant une option Web sur plateforme WordPress, accessible aux travailleurs autonomes et aux petits entrepreneurs.

« LA COULISSE » offre un topo gratuit sur le monde insolite du Québec entrepreneurial. Suivez-nous dans la coulisse à la recherche de novateurs québécois méconnus du nouveau millénaire, et découvrez une multitude d’outils pour vous aider à réaliser votre rêve de lancer votre propre entreprise!

Nous connaissons tous la valeur d’une publicité efficace, mais peu de travailleurs autonomes disposent d’un budget publicitaire bien garni pour lancer leur nouvelle entreprise avec assurance.

La publicité, c’est souvent une affaire de gros sous, mais « LA COULISSE » ne voit pas les choses ainsi. Ses promoteurs savent combien il est difficile de se démarquer, faute de liquidités.

« LA COULISSE » lève le voile sur l’entrepreneur fantôme qui travaille de son garage, ou tout bêtement du coin de sa table de cuisine pour vous offrir une marchandise ou un service de qualité, à prix et à conditions avantageuses!

« LA COULISSE » vous propose des histoires insolites et cocasses, ainsi qu’un coup d’oeil privilégié sur les dessous du Québec entrepreneurial en vous présentant les novateurs méconnus du Québec.

Joignez-vous à « LA COULISSE » pour un bref survol du Québec de demain, grâce aux efforts conjugués des travailleurs autonomes et des entrepreneurs québécois d’aujourd’hui!

lacoulisse.ca (514) 994-0967

writers29

Vous avez une bonne plume?

Vous avez vécu une situation cocasse ou insolite, cueillie, murie, vieillie ou même pourrie dans l’univers du travail autonome? Si vous croyez que d’autres apprécieraient votre anecdote, rendez-vous ICI pour connaître les critères de soumission d’articles à « LA COULISSE ».

Faites connaître LA COULISSE à vos amis et collègues entrepreneurs / travailleurs autonomes… 

Vous avez apprécié ce billet? Aidez-moi à faire connaître LA COULISSE en partageant ce billet sur vos réseaux sociaux. Pour ce faire, vous n’avez qu’à cliquer sur les icônes des réseaux sociaux que vous utilisez.

Merci.

N.B. L’utilisation du genre masculin a été adoptée afin de faciliter la lecture et n’a aucune intention discriminatoire.

À propos de l'auteur...

Fondateur et rédacteur en chef de LA COULISSE

MICHEL A. DI IORIO, fondateur et rédacteur en chef de « LA COULISSE » a troqué, au tournant du siècle dernier, la vie publique et la notoriété pour exercer une carrière moins flamboyante, bien qu'aussi satisfaisante. À ces fins, et comme véhicule, il a fondé « LES MOTS JUSTES », d’où il exerce depuis lors la profession d'artisan des mots et traducteur. Il répond (par télétravail) aux besoins de sa clientèle; petits et plus gros... riches et moins riches... publics et privés. Il écrit et traduit pour ceux qui ne savent pas comment, qui ne peuvent pas, qui n’ont pas le temps ou qui ne sont tout simplement pas de très bons rédacteurs, laissant ses clients libres de poursuivre leurs activités principales.

 

Plus de 30 années à œuvrer dans les arènes politiques, commerciales et privées ont contribué au perfectionnement de ses compétences, faisant de lui un communicateur respecté, dont les avis et les conseils sont recherchés. Dix-sept de ces années furent consacrées aux services d’urgence, toutes branches confondues. Une plume fertile et le désir de redonner lui ont valu un siège au sein d’un nombre de comités de sélection de projets et de conseils d’administration d’associations régionales et de chambres de commerce. Ces opportunités, combinées à la notoriété acquise comme spécialiste de la communication en politique provinciale, ont contribué à paver le parcours menant à sa vocation d’écrivain public et traducteur. Ses compétences continuent de commander l’admiration et le respect de ses pairs.

 

Un visionnaire de la communication, Michel s’est adapté au marché évolutif à l'aube du nouveau millénaire en offrant un ensemble de services en communication, conçu pour les petites et moyennes entreprises, en misant sur une approche personnalisée, et le respect absolu des dates de tombée.

 

Il greffa à son offre un service d’hébergement Web géré, ainsi que les services connexes afin de mieux servir une clientèle évolutive, à la recherche de solutions clé en main facilement accessibles.

 

Depuis 2013, il rédige et publie le magazine « LA COULISSE » (lacoulisse.ca), qui offre un topo sur l'entrepreneur québécois du nouveau millénaire, ainsi qu'une vitrine sur les entrepreneurs obscurs qui n'ont pas pignon sur rue.

 

Il comprend parfaitement les enjeux politiques et les défis linguistiques associés aux affaires dans sa province natale, ainsi que dans le reste du Canada.

 

Pour « LES MOTS JUSTES », il n’y a tout simplement pas de meilleur choix!

 

Services : Conception-rédaction / traduction / révision de texte / réécriture (français / anglais / français), Services Web.

 

Michel possède une solide expérience de la communication commerciale, des services d’urgence et de la politique. Originaire du Québec, il maitrise les deux langues officielles du Canada avec autant de flair.

 

Que ce soit au Québec, en Amérique du Nord, ou ailleurs dans le monde, « LES MOTS JUSTES » de Michel A. Di Iorio seront à votre service pour véhiculer votre message...

 

LES MOTS JUSTES - Nous changeons le monde... un mot à la fois!

Laisser un commentaire

RECOMMANDATION DE LECTURE…

Quelques régurgitées…

Suite… →
%d blogueurs aiment cette page :