Loading…
Vous êtes ici :  Accueil  >  En primeur  >  Article le plus récent

Que reste-t-il…

par   /   25 mai 2016  /   Aucun commentaire


« Que reste-t-il de nos amours, que reste-t-il de ces beaux jours,
un petit village, un vieux clocher, un paysage si bien caché,
et dans un nuage le cher visage de mon passé… » 
— Charles Trenet

D1

« Je me suis retourné, mais tout avait changé! Au bout d’un petit moment, l’image dans la glace me fit un clin d’œil, et j’ai compris…
j’ai compris que c’était moi qui avais changé…
 » — Michel A. Di Iorio 

Les COULIS de SAGESSE   

Que reste-t-il…

Une réflexion signée Michel A. Di Iorio  

Que reste-t-il, en effet? Les paroles de cette chanson enregistrée par Charles Trenet en 1943, et plus récemment par Claude Blanchard qui s’en servait comme chanson fétiche durant sa carrière, avaient pour effet de me plonger, sans grande surprise, dans les souvenirs nostalgiques de mon jeune temps. Un intime de la famille, M. Blanchard se prêtait parfois comme invité vedette lors de certaines fêtes familiales durant mon enfance. Cette fois-ci, la nostalgie me pousse à m’interroger sur les sources d’information disponibles sur les origines de notre famille, et les détails entourant notre trajectoire entrepreneuriale. Mis à part quelques vieilles photos, j’ai constaté qu’il ne restait que des pistes douteuses, la majorité des témoins ayant rejoint depuis longtemps les rangs de nos ancêtres, et je me suis mis à jongler…

Comme vous savez, je suis un boomer qui vit de sa plume; principalement en rédigeant et en traduisant les textes du français à l’anglais ou l’inverse pour une clientèle variée. La chanson signature à M. Blanchard me fit réaliser qu’une quantité importante d’information se faufilait entre nos doigts avec la disparition de nos anciens, et ce au détriment du patrimoine familial et collectif. Mais, il y a une bonne nouvelle dans tout ça; on peut éviter la perte inutile d’information vitale…

Les générations se suivent…

« Chaque génération est le reflet de l’époque qui l’a vue grandir¹ ». Si vous souhaitez mieux comprendre votre cheminement, ou l’historique des techniques et procédures qui ont marqué votre entreprise familiale, vous aurez avantage à jeter un petit coup d’œil sur les différences entre les générations, et particulièrement ce qui a marqué celle de vos géniteurs. Ces différences expliquent le pourquoi et le comment de plusieurs décisions et procédures.

Au bénéfice des millénaires, les boomers sont le fruit de la génération dite « silencieuse » (1925 – 1942), une génération plutôt austère, voire fataliste aux mœurs confuses. Elle avait comme qualités la loyauté et le sens du devoir. Bien que nos pères assumaient le rôle de pourvoyeur principal, plusieurs mères de notre génération troquaient le moule traditionnel de pilier de la famille au profit d’avantages liés à l’emploi rémunéré, tout en assumer les responsabilités d’une mère de famille (naissance du fonctionnement multitâche, dont les femmes sont des adeptes notoires).

Nos grands-parents et nos parents ont vécu en temps de dépression et de guerre. Le travail se faisait rare durant cette époque. Les emplois etaient liés à la disponibilité limitée d’une main-d’œuvre spécialisée, et à l’effort de guerre. Parmi les caractéristiques ayant marqué leur génération, notons entre autres :

  • Un acharnement au travail et le sens prononcé du devoir.
  • La docilité face à l’autorité.
  • Leur gratification venait de l’effort de travail fourni.
  • Ils disposaient d’une grande loyauté envers l’entreprise et le patron.
  • Ils étaient très sensibilisés à l’économie et à la prudence, surtout avec l’argent.
  • Ils possédaient une connaissance plutôt limitée des technologies de l’information et des communications, et pour plusieurs d’entre eux, ça n’a pas beaucoup changé.
  • Ils valorisaient la capacité de maîtriser un métier ou une habileté en particulier.
  • Ils convoitaient une rémunération sous forme salariale, de meilleures conditions de travail, et des avantages sociaux avantageuses.

À l’opposé de la génération dite « silencieuse » (1925 – 1942), les baby-boomers (1943 à 1959) se sont démarqués par l’accomplissement lié au travail, plusieurs occupant plus d’un seul emploi pour y parvenir. Parmi les caractéristiques ayant les plus marqués notre génération, notons :

  • Nous avions de nombreux choix de vie à notre portée.
  • Nous avions des possibilités d’emplois exceptionnelles dès notre accession au marché du travail.
  • Nous étions préoccupés par la fonte des valeurs familiales traditionnelles (malgré les nombreux divorces).
  • La vie était centrée sur le travail et la valorisation sociale liée à nos carrières.
  • Nous avions une attitude ambivalente vis-à-vis le respect de l’autorité et de la structure hiérarchique.
  • Nous jouissions d’un sentiment d’appartenance à l’entreprise. Nos collaborateurs étaient considérés comme des membres de la famille.
  • Bien que d’anciens idéalistes, nous avons gardé un pied sur terre, malgré un rapport ambigu avec les valeurs traditionnelles de nos parents.
  • La notion d’un « emploi à vie » commençait déjà à s’estomper pour la classe moyenne.
  • Nous sommes plutôt matérialistes.
  • Même si nous sommes attachés à la famille, la majorité d’entre nous avons sabordés nos mariages.
  • Nous avons été les instigateurs de réformes sociales et de rébellions qui nous ont démarqués, car nous voulions changer le monde.
  • Nous avons créé des formations syndicales pour nous représenter dans la défense de nos droits.
  • Notre génération fût déchirée entre la rébellion et le pouvoir.
  • Nous sommes très nostalgiques.

Comment puis-je éviter ou limiter la perte d’informations vitales?

Voici, à la lumière de ces faits, une suggestion pour vous aider à limiter ou à éviter la perte inutile d’informations vitales au sujet de l’évolution de votre cheminement entrepreneurial, ou sur les valeurs, les techniques et procédures qui ont défini l’entreprise familiale, ou peut-être même celle que vous lèguerez un jour à vos descendants :

  1. Documentez le tout, ou à défaut de disposer de suffisamment de temps pour interviewer personnellement les anciens avant qu’ils disparaissent, embauchez un journaliste ou un rédacteur pour cueillir et agréger les éléments disparates (entrevues/témoignages, photos, documents, vidéos, copies d’annonces, etc.) en un document structuré et fluide qui atteint les objectifs qui s’imposent.
  2. Si les témoins/participants/instigateurs ne sont plus disponibles pour partager leurs connaissances avec vous, il faudra procéder sans leur apport.

Dans les deux cas, et bien qu’il s’agit d’un travail dit « de moines », l’omission de documenter convenablement les diverses étapes aura peut-être une incidence sur la valeur marchande éventuelle qui sera accordée lors de la cession ou de la vente éventuelle de l’entreprise à de nouveaux acquéreurs.

Même si vous n’êtes qu’au début de l’aventure entrepreneurial, et que l’exploitation de votre entreprise en est qu’à ses premières dents, la documentation régulière et méthodique est un incontournable. N’attendez pas qu’il soit trop tard!

À vous de jouer, maintenant!

Qu’en dites-vous?

Tout le monde a une histoire à raconter. Si vous désirez partager les opportunités qui ont marqué votre parcours, je vous invite à commenter au bas de ce billet, ou sur les réseaux sociaux, et il me fera plaisir de vous répondre. Je vous souhaite une bonne réflexion, des affaires prospères, et une abondance de poussières de bonheur!

N’hésitez pas à commenter la présente réflexion, et à partager ce lien avec vos amis et collègues.

Michel A. Di Iorio
Rédacteur en chef et fondateur de 
LA COULISSE
Rédaction et publicité : 514.994.0967
info@lacoulisse.ca

PS — Pour faire partie de ma nouvelle liste de distribution, veuillez m’envoyer un courriel à : info@lacoulisse.ca avec la mention « abonnez-moi ». C’est gratuit!

Références et lectures complémentaires

Sources et guides

Médias écrits

Pour annoncer dans LA COULISSE, cliquez ICI

Publicité dans LA COULISSE

pr-sample2

Pour jouir d’une visibilité privilégiée dans une revue spécialisée, lue par des collègues, partenaires, fournisseurs, compétiteurs et T/A (anciens, en devenir et actuels)… annoncez-vous dans « LA COULISSE ».  

La simplicité vaut son pesant d’or! Avec l’aide de « LA COULISSE », votre site Web peut être en ligne en moins de temps et à peu de frais pour véhiculer votre message! Communiquez avec nous au (514) 994-0967 pour connaitre nos forfaits Webs et/ou publicitaires. Nous offrons des forfaits pour tous les besoins/budgets, incluant une option Web gérée sur plateforme WordPress, accessible aux travailleurs autonomes et aux petits entrepreneurs.

« LA COULISSE » offre un topo sur le monde insolite du Québec entrepreneurial. Suivez-nous dans « LA COULISSE » à la recherche de novateurs québécois méconnus, et accédez à une multitude d’outils pour vous aider à lancer votre propre entreprise!

Nous connaissons tous la valeur d’une publicité efficace, mais peu de travailleurs autonomes disposent d’un budget publicitaire assez bien garni pour lancer leur nouvelle entreprise avec assurance.

La publicité, c’est souvent une affaire de gros sous, mais « LA COULISSE » ne voit pas les choses ainsi. Ses promoteurs savent combien il est difficile de se démarquer, faute de liquidités.

« LA COULISSE » lève le voile sur l’entrepreneur fantôme qui travaille de son garage, ou tout bêtement du coin de sa table de cuisine pour vous offrir une marchandise ou un service de qualité, à prix et à conditions avantageuses!

« LA COULISSE » vous propose des histoires insolites et cocasses, ainsi qu’un coup d’oeil privilégié sur les dessous du Québec entrepreneurial en vous présentant les novateurs méconnus du Québec.

Joignez-vous à « LA COULISSE » pour un bref survol du Québec de demain, grâce aux efforts conjugués des travailleurs autonomes et des entrepreneurs québécois d’aujourd’hui!


                     D1

Service de la rédaction : 514-994-0967

Écrivez-nous à : info@lacoulisse.ca

Publicité : 514-994-0967

Service d’assistance au client : Cliquer sur l’image ci-dessous.

Service d’assistance au client

D1

Vous avez une bonne plume?

Vous avez vécu une situation cocasse ou insolite, cueillie, murie, vieillie ou même pourrie dans l’univers du travail autonome? Si vous croyez que d’autres apprécieraient votre anecdote, rendez-vous ICI pour connaître les critères de soumission d’articles à « LA COULISSE ».

Faites connaître LA COULISSE à vos amis et collègues entrepreneurs / travailleurs autonomes… 

Vous avez apprécié ce billet? Aidez-moi à faire connaître LA COULISSE en partageant ce billet sur vos réseaux sociaux. Pour ce faire, vous n’avez qu’à cliquer sur les icônes des réseaux sociaux que vous utilisez.

Merci.

N.B. L’utilisation du genre masculin a été adoptée afin de faciliter la lecture et n’a aucune intention discriminatoire.

À propos de l'auteur...

Fondateur et rédacteur en chef de LA COULISSE

MICHEL A. DI IORIO, fondateur et rédacteur en chef de « LA COULISSE » a troqué, au tournant du siècle dernier, la vie publique et la notoriété pour exercer une carrière moins flamboyante, bien qu'aussi satisfaisante. À ces fins, et comme véhicule, il a fondé « LES MOTS JUSTES », d’où il exerce depuis lors la profession d'artisan des mots et traducteur. Il répond (par télétravail) aux besoins de sa clientèle; petits et plus gros... riches et moins riches... publics et privés. Il écrit et traduit pour ceux qui ne savent pas comment, qui ne peuvent pas, qui n’ont pas le temps ou qui ne sont tout simplement pas de très bons rédacteurs, laissant ses clients libres de poursuivre leurs activités principales.

 

Plus de 30 années à œuvrer dans les arènes politiques, commerciales et privées ont contribué au perfectionnement de ses compétences, faisant de lui un communicateur respecté, dont les avis et les conseils sont recherchés. Dix-sept de ces années furent consacrées aux services d’urgence, toutes branches confondues. Une plume fertile et le désir de redonner lui ont valu un siège au sein d’un nombre de comités de sélection de projets et de conseils d’administration d’associations régionales et de chambres de commerce. Ces opportunités, combinées à la notoriété acquise comme spécialiste de la communication en politique provinciale, ont contribué à paver le parcours menant à sa vocation d’écrivain public et traducteur. Ses compétences continuent de commander l’admiration et le respect de ses pairs.

 

Un visionnaire de la communication, Michel s’est adapté au marché évolutif à l'aube du nouveau millénaire en offrant un ensemble de services en communication, conçu pour les petites et moyennes entreprises, en misant sur une approche personnalisée, et le respect absolu des dates de tombée.

 

Il greffa à son offre un service d’hébergement Web géré, ainsi que les services connexes afin de mieux servir une clientèle évolutive, à la recherche de solutions clé en main facilement accessibles.

 

Depuis 2013, il rédige et publie le magazine « LA COULISSE » (lacoulisse.ca), qui offre un topo sur l'entrepreneur québécois du nouveau millénaire, ainsi qu'une vitrine sur les entrepreneurs obscurs qui n'ont pas pignon sur rue.

 

Il comprend parfaitement les enjeux politiques et les défis linguistiques associés aux affaires dans sa province natale, ainsi que dans le reste du Canada.

 

Pour « LES MOTS JUSTES », il n’y a tout simplement pas de meilleur choix!

 

Services : Conception-rédaction / traduction / révision de texte / réécriture (français / anglais / français), Services Web.

 

Michel possède une solide expérience de la communication commerciale, des services d’urgence et de la politique. Originaire du Québec, il maitrise les deux langues officielles du Canada avec autant de flair.

 

Que ce soit au Québec, en Amérique du Nord, ou ailleurs dans le monde, « LES MOTS JUSTES » de Michel A. Di Iorio seront à votre service pour véhiculer votre message...

 

LES MOTS JUSTES - Nous changeons le monde... un mot à la fois!

Laisser un commentaire

RECOMMANDATION DE LECTURE…

Livres de Minutes (originaux) de la Belmont Park Company Limited

Le making of «Cartierville et son parc Belmont ©» — Épisode 4

Suite… →
%d blogueurs aiment cette page :