Loading…
Vous êtes ici :  Accueil  >  En primeur  >  Article le plus récent

Parlons d’opportunités…

par   /   30 mars 2016  /   1 Commentaire

« Les opportunités apparaissent le plus souvent sous la forme de malchance
ou d’échec temporaire… » 
— Napoléon Hill

« L’échec, la faillite et un égo froissé sont parfois le prix à payer pour atteindre le succès qui nous guette dans le tournant…
» — Michel A. Di Iorio 

COULIS de SAGESSE de LA COULISSE   

Parlons d’opportunités…

Une réflexion signée Michel A. Di Iorio  

Le dictionnaire Larousse de la langue française définit le mot opportunité ainsi : qualité de ce qui est opportun, de ce qui vient à propos : Discuter de l’opportunité d’une démarche. Occasion favorable : Saisir une opportunité quand elle se présente…

La semaine dernière je vous écrivais au sujet de la vitrine virtuelle offerte par LA COULISSE aux travailleurs autonomes pour s’afficher devant leurs pairs. Je dévoilais, de façon sommaire, les grandes lignes de cette opportunité pour attirer des collaborateurs, des pigistes, des fournisseurs et/ou de nouveaux clients.

Pour donner suite à cet exposé, ainsi qu’aux propos véhiculés sur la notion de l’opportunité, ma réflexion s’est portée sur la citation de Napoléon Hill (située en dessous de l’image de la clé, en haut de la page), soit « Les opportunités apparaissent le plus souvent sous la forme de malchance ou d’échec temporaire », et mon petit hamster s’est mis à courir…

J’ai fait un survol des malheurs qui se sont greffés à ma propre feuille de route au cours des années, histoire de voir si cette règle était universelle ou de la pure foutaise, et j’ai réalisé que mes meilleures opportunités se sont effectivement manifestés aux suites de profonds malheurs personnels/professionnels, sinon des tourmentes qui découlaient des décisions qui s’imposaient, le tout me portant à croire en la quasi-universalité de l’application du principe énoncé par la citation de Napoléon Hill.

Malgré le caractère plutôt personnel de mes anecdotes, elles offrent des leçons de vie précieuses. Les murs et tablettes de mon bureau sont généreusement garnis de souvenirs amassés sur mon parcours professionnel, me rappelant les étapes franchies avant de m’asseoir dans ce fauteuil pivotant et berçant, à l’opposé de l’inconfort associé à la chaise droite en bois que je polissais avec mon fessier pendant mon retour sur les bancs d’école.

En faisant le tour de ces souvenirs, je n’éprouve aucune difficulté à me remémorer les insatisfactions d’une jeunesse tourmentée par les mœurs caméléonesques d’une génération, les iniquités d’une guerre qui ne bénéficiait pas d’un appui populaire, et la musique qui en découlait. Ce fut une époque où même les plus mal-assortis s’improvisaient comme poètes, musiciens et prophètes de malheur, et le public avalait tout comme du pain.

Cette période s’est soldée par une volte-face professionnelle, d’où j’ai emboîté le pas dicté par mes ambitions et mes convictions personnelles. Mes choix de carrière m’obligeaient à retourner sur les bancs d’école pour mieux me préparer à ce que la vie m’offrait, tandis que mes choix personnels réclamaient les sous pour se réaliser.

Caduceus1a

Cela étant dit, la vie s’est chargée de placer de nombreux obstacles invraisemblables sur ma route, m’obligeant à envisager des voies alternatives pour réaliser mes objectifs de carrière. Lorsque j’ai pris comme décision de poursuivre une carrière dans le domaine préhospitalier, les salaires et conditions de travail laissaient encore beaucoup à désirer. Ma vocation me dirigeait obstinément dans cette direction, car j’avais un fils malade. En bon père de famille, je voulais être prêt à toute éventualité pour lui porter secours au besoin. J’ai fait le saut, laissant derrière moi un poste de direction dans une entreprise d’envergure, un salaire annuel et des conditions de travail enviables… le tout en échange d’un poste qui ne m’offrait dans le court terme qu’une fraction de ce que j’abandonnais, bien que le sort voulut que je retrouve, en temps utile, une bonne partie de ce que j’avais perdu en quittant mon emploi. J’étais loin de me douter qu’il (le sort) m’attendait encore de pied ferme…

Une dizaine d’années plus tard, j’ai subi une blessure importante à la colonne vertébrale en tentant de porter secours à un bénéficiaire morbidement obèse qui vivait au troisième étage d’un immeuble à logements de Verdun. La blessure m’empêchait de réintégrer mes fonctions à une époque où il n’existait pas encore de mesures concrètes pour favoriser le recyclage des éclopés en devoir, alors je me suis recyclé dans un domaine que je connaissais bien, soit la communication. Cette décision m’a amené, en empruntant un sentier sinueux parsemé d’embûches et de retours sur les bancs d’école, à exploiter mon entreprise actuelle depuis le tournant du siècle.

Vous savez, la vie se charge de nous offrir des opportunités à tour de bras, mais on ne peut les reconnaitre que si on a l’esprit ouvert au changement, ce qui invite sérieusement à retirer les œillères de complaisance fixées par l’éducation populaire, et passer outre la peur de faillir. L’échec, la faillite et un égo froissé sont parfois le prix à payer pour atteindre le succès qui nous guète dans le tournant…

Si vous désirez partager les opportunités qui ont marqué votre parcours, je vous invite à commenter au bas de ce billet, ou sur les réseaux sociaux. Je vous souhaite une bonne réflexion, des affaires prospères et une abondance de poussières… de bonheur et de réussite!

N’hésitez pas à commenter la présente réflexion, et à partager ce lien avec vos amis et collègues.

Michel A. Di Iorio
Rédacteur en chef et fondateur de 
LA COULISSE
Rédaction et publicité : 514.994.0967
info@lacoulisse.ca

PS — Pour faire partie de ma nouvelle liste de distribution, veuillez m’envoyer un courriel à : info@lacoulisse.ca avec la mention « abonnez-moi ». C’est gratuit.

Références et lectures suggérées

Sources et guides

Médias écrits

Pour annoncer dans LA COULISSE, cliquez ICI

Publicité dans LA COULISSE

pr-sample2

Pour jouir d’une visibilité privilégiée dans une revue spécialisée, lue par des collègues, partenaires, fournisseurs, compétiteurs et T/A (anciens, en devenir et actuels)… annoncez-vous dans « LA COULISSE ».  

La simplicité vaut son pesant d’or! Avec l’aide de « LA COULISSE », votre site Web peut être en ligne en moins de temps et à peu de frais pour véhiculer votre message! Communiquez avec nous au (514) 994-0967 pour connaitre nos forfaits Webs et/ou publicitaires. Nous offrons des forfaits pour tous les besoins/budgets, incluant une option Web gérée sur plateforme WordPress, accessible aux travailleurs autonomes et aux petits entrepreneurs.

« LA COULISSE » offre un topo sur le monde insolite du Québec entrepreneurial. Suivez-nous dans « LA COULISSE » à la recherche de novateurs québécois méconnus, et accédez à une multitude d’outils pour vous aider à lancer votre propre entreprise!

Nous connaissons tous la valeur d’une publicité efficace, mais peu de travailleurs autonomes disposent d’un budget publicitaire assez bien garni pour lancer leur nouvelle entreprise avec assurance.

La publicité, c’est souvent une affaire de gros sous, mais « LA COULISSE » ne voit pas les choses ainsi. Ses promoteurs savent combien il est difficile de se démarquer, faute de liquidités.

« LA COULISSE » lève le voile sur l’entrepreneur fantôme qui travaille de son garage, ou tout bêtement du coin de sa table de cuisine pour vous offrir une marchandise ou un service de qualité, à prix et à conditions avantageuses!

« LA COULISSE » vous propose des histoires insolites et cocasses, ainsi qu’un coup d’oeil privilégié sur les dessous du Québec entrepreneurial en vous présentant les novateurs méconnus du Québec.

Joignez-vous à « LA COULISSE » pour un bref survol du Québec de demain, grâce aux efforts conjugués des travailleurs autonomes et des entrepreneurs québécois d’aujourd’hui!

lacoulisse.ca (514) 994-0967

writers29

Vous avez une bonne plume?

Vous avez vécu une situation cocasse ou insolite, cueillie, murie, vieillie ou même pourrie dans l’univers du travail autonome? Si vous croyez que d’autres apprécieraient votre anecdote, rendez-vous ICI pour connaître les critères de soumission d’articles à « LA COULISSE ».

Faites connaître LA COULISSE à vos amis et collègues entrepreneurs / travailleurs autonomes… 

Vous avez apprécié ce billet? Aidez-moi à faire connaître LA COULISSE en partageant ce billet sur vos réseaux sociaux. Pour ce faire, vous n’avez qu’à cliquer sur les icônes des réseaux sociaux que vous utilisez.

Merci.

N.B. L’utilisation du genre masculin a été adoptée afin de faciliter la lecture et n’a aucune intention discriminatoire.

À propos de l'auteur...

Fondateur et rédacteur en chef de LA COULISSE

MICHEL A. DI IORIO, fondateur et rédacteur en chef de « LA COULISSE » a troqué, au tournant du siècle dernier, la vie publique et la notoriété pour exercer une carrière moins flamboyante, bien qu'aussi satisfaisante. À ces fins, et comme véhicule, il a fondé « LES MOTS JUSTES », d’où il exerce depuis lors la profession d'artisan des mots et traducteur. Il répond (par télétravail) aux besoins de sa clientèle; petits et plus gros... riches et moins riches... publics et privés. Il écrit et traduit pour ceux qui ne savent pas comment, qui ne peuvent pas, qui n’ont pas le temps ou qui ne sont tout simplement pas de très bons rédacteurs, laissant ses clients libres de poursuivre leurs activités principales.

 

Plus de 30 années à œuvrer dans les arènes politiques, commerciales et privées ont contribué au perfectionnement de ses compétences, faisant de lui un communicateur respecté, dont les avis et les conseils sont recherchés. Dix-sept de ces années furent consacrées aux services d’urgence, toutes branches confondues. Une plume fertile et le désir de redonner lui ont valu un siège au sein d’un nombre de comités de sélection de projets et de conseils d’administration d’associations régionales et de chambres de commerce. Ces opportunités, combinées à la notoriété acquise comme spécialiste de la communication en politique provinciale, ont contribué à paver le parcours menant à sa vocation d’écrivain public et traducteur. Ses compétences continuent de commander l’admiration et le respect de ses pairs.

 

Un visionnaire de la communication, Michel s’est adapté au marché évolutif à l'aube du nouveau millénaire en offrant un ensemble de services en communication, conçu pour les petites et moyennes entreprises, en misant sur une approche personnalisée, et le respect absolu des dates de tombée.

 

Il greffa à son offre un service d’hébergement Web géré, ainsi que les services connexes afin de mieux servir une clientèle évolutive, à la recherche de solutions clé en main facilement accessibles.

 

Depuis 2013, il rédige et publie le magazine « LA COULISSE » (lacoulisse.ca), qui offre un topo sur l'entrepreneur québécois du nouveau millénaire, ainsi qu'une vitrine sur les entrepreneurs obscurs qui n'ont pas pignon sur rue.

 

Il comprend parfaitement les enjeux politiques et les défis linguistiques associés aux affaires dans sa province natale, ainsi que dans le reste du Canada.

 

Pour « LES MOTS JUSTES », il n’y a tout simplement pas de meilleur choix!

 

Services : Conception-rédaction / traduction / révision de texte / réécriture (français / anglais / français), Services Web.

 

Michel possède une solide expérience de la communication commerciale, des services d’urgence et de la politique. Originaire du Québec, il maitrise les deux langues officielles du Canada avec autant de flair.

 

Que ce soit au Québec, en Amérique du Nord, ou ailleurs dans le monde, « LES MOTS JUSTES » de Michel A. Di Iorio seront à votre service pour véhiculer votre message...

 

LES MOTS JUSTES - Nous changeons le monde... un mot à la fois!

1 Commentaire

  1. […] «L’échec, la faillite et un égo froissé sont parfois le prix à payer pour atteindre le succès qui nous guette dans le tournant…» Parlons d’opportunités… » […]

RECOMMANDATION DE LECTURE…

Est-ce vraiment un véhicule neuf?

Suite… →
%d blogueurs aiment cette page :