Loading…
Vous êtes ici :  Accueil  >  En primeur  >  Article le plus récent

Pour quelques arpents de neige…

par   /   25 novembre 2015  /   Aucun commentaire

6
« Qui marche dans la neige ne peut pas cacher son passage… »
— Proverbe chinois

« Tous se disent prêts à tendre la main, mais trop attendent le retour de l’ascenseur avant même d’avoir pesé sur le bouton d’appel… »
— Michel A. Di Iorio 

COULIS de SAGESSE   

Pour quelques arpents de neige…

Une réflexion signée Michel A. Di Iorio  

La première neige… on a beau s’exclamer ainsi en début d’hiver, cette douce couverture blanche est toujours aussi belle, toujours aussi fraîche… toujours aussi hypocrite. Elle s’accumule lentement en recouvrant les iniquités du sol qui la supporte, donnant l’impression que tout tourne rondement sous les flocons. Les affaires québécoises s’ankylosent également sous un centimètre ou deux de cette neige fraîchement tombée, mais ses iniquités continuent d’embêter nos travailleurs indépendants, nos artisans et nos entrepreneurs en devenir.

L’instabilité de la politique québécoise fait concurrence à l’instabilité de la météo, et ses effets sur l’implantation de nouvelles entreprises stagnent depuis des années. À titre d’exemple, un rapport publié par Statistique Canada en décembre dernier révélait que de 2000 à 2009, le Québec fût la province la moins performante en termes d’implantation de nouveaux commerces. Pire que ça, il y avait un plus grand nombre de fermetures, faillites et déménagements hors province que de nouvelles implantations.

Le magazine MACLEAN’S allait jusqu’à déclarer que dans les secteurs manufacturiers, de vente au détail, du transport et de la finance, plus de compagnies nous ont abandonnés que ce sont implantés. Toujours selon MACLEAN’S, les nouvelles qui se succèdent ne sont guère plus prometteuses, car selon un rapport publié par le Global Entrepreneurship Monitor, soit une évaluation annuelle des attitudes, aspirations et activités entrepreneuriales dans plusieurs pays, le Canada inclus, le niveau d’entrepreneuriat au Québec est à la baisse. Selon leur rapport, le Québec est arrivé en fourgon de queue avec une moyenne entrepreneuriale de 9,6 %, tandis que nos cousins ontariens pétaient le 11,9 %, et les Albertains se pétaient le bretelles avec une moyenne entrepreneuriale frisant les 19 %.

Nous ne pouvons pas que blâmer la conjoncture économique mondiale, car elle n’est pas le seul obstacle à subjuguer dans la jungle des affaires québécoises. Depuis des décennies, les commerces avec pignon sur rue sont la proie des caprices de la Loi 101, dont les commerçants doivent se plier pour éviter la visite impromptue d’un agent de la « Language Police » (police de la langue). Les entreprises du Québec sont en proie à des crises répétées d’anxiété de séparation, et les investisseurs n’aiment pas ça. Ajoutés aux taxes les plus gourmandes de l’Amérique du Nord, un déficit de 2,4 milliards de dollars et un niveau d’endettement équivalent à la moitié de son PIB, on comprend mieux ce qui éloigne les investisseurs. Ajoutez l’incertitude créée par les divers conflits militaires et la question qui préoccupe la population d’ici comme ailleurs (l’immigration et le flux de réfugiés Syriens), et vous comprendrez que la situation n’est pas toujours très rose pour nos quelques arpents de neige.

Cela dit, il ne faut pas désespérer pour autant. Il s’agit de faire des affaires plus prudemment, et ouvrir son esprit à l’investissement en/de soi. Je lisais un billet tiré du blogue de Martine Coutu, intitulé, « Les 4 règles d’or du réseautage », et ça m’a porté à réfléchir sur l’investissement de soi dans une économie instable. La notion du « troque » retrouve son attrait (une heure de ton temps vaut une heure de mon temps), et on remarque une popularité grandissante de cette formule qui est en usage courante sous les flocons…

Sans aller jusqu’à là, l’investissement en soi vise à améliorer ses compétences, tandis que l’investissement de soi ressemble plus à un don de soi pour aider son prochain. Certes qu’il y aura toujours des profiteurs qui vont siphonner jusqu’à la dernière goutte de votre sang. En contrepartie, il y en a d’autres qui sauront valoriser votre contribution. Le don de soi n’est pas fait dans un dessein de réciprocité, mais dans un esprit d’entraide entre collègues, compétiteurs, et même avec ses clients.

On dit qu’on récolte ce qu’on sème, alors tenez vous-le pour dit!

Bonne lecture, bonne réflexion et bonne vie!

N’hésitez pas de commenter la présente réflexion, et de partager ce lien avec vos amis et collègues.

Bonne semaine à vous tous!

Michel A. Di Iorio
Rédacteur en chef et fondateur de 
LA COULISSE
514.994.0967 – Appelez-nous sans tarder.
info@lacoulisse.ca

Sources, références et lectures suggérées

Publicité dans LA COULISSE

pr-sample2

Pour jouir d’une visibilité privilégiée dans une revue spécialisée, lue par des collègues, partenaires, fournisseurs, compétiteurs et T/A (anciens, en devenir et actuels)… annoncez-vous dans « LA COULISSE ».  

La simplicité vaut son pesant d’or! Avec l’aide de « LA COULISSE », votre site Web peut être en ligne en moins de temps et à peu de frais pour véhiculer votre message! Communiquez avec nous au (514) 994-0967 pour connaitre nos forfaits Webs et/ou publicitaires. Nous offrons des forfaits pour tous les besoins/budgets, incluant une option Web gérée sur plateforme WordPress, accessible aux travailleurs autonomes et aux petits entrepreneurs.

« LA COULISSE » offre un topo sur le monde insolite du Québec entrepreneurial. Suivez-nous dans « LA COULISSE » à la recherche de novateurs québécois méconnus, et accédez à une multitude d’outils pour vous aider à lancer votre propre entreprise!

Nous connaissons tous la valeur d’une publicité efficace, mais peu de travailleurs autonomes disposent d’un budget publicitaire assez bien garni pour lancer leur nouvelle entreprise avec assurance.

La publicité, c’est souvent une affaire de gros sous, mais « LA COULISSE » ne voit pas les choses ainsi. Ses promoteurs savent combien il est difficile de se démarquer, faute de liquidités.

« LA COULISSE » lève le voile sur l’entrepreneur fantôme qui travaille de son garage, ou tout bêtement du coin de sa table de cuisine pour vous offrir une marchandise ou un service de qualité, à prix et à conditions avantageuses!

« LA COULISSE » vous propose des histoires insolites et cocasses, ainsi qu’un coup d’oeil privilégié sur les dessous du Québec entrepreneurial en vous présentant les novateurs méconnus du Québec.

Joignez-vous à « LA COULISSE » pour un bref survol du Québec de demain, grâce aux efforts conjugués des travailleurs autonomes et des entrepreneurs québécois d’aujourd’hui!

lacoulisse.ca (514) 994-0967

writers29

Vous avez une bonne plume?

Vous avez vécu une situation cocasse ou insolite, cueillie, murie, vieillie ou même pourrie dans l’univers du travail autonome? Si vous croyez que d’autres apprécieraient votre anecdote, rendez-vous ICI pour connaître les critères de soumission d’articles à « LA COULISSE ».

Faites connaître LA COULISSE à vos amis et collègues entrepreneurs / travailleurs autonomes… 

Vous avez apprécié ce billet? Aidez-moi à faire connaître LA COULISSE en partageant ce billet sur vos réseaux sociaux. Pour ce faire, vous n’avez qu’à cliquer sur les icônes des réseaux sociaux que vous utilisez.

Merci.

N.B. L’utilisation du genre masculin a été adoptée afin de faciliter la lecture et n’a aucune intention discriminatoire.

À propos de l'auteur...

Fondateur et rédacteur en chef de LA COULISSE

MICHEL A. DI IORIO, fondateur et rédacteur en chef de « LA COULISSE » a troqué, au tournant du siècle dernier, la vie publique et la notoriété pour exercer une carrière moins flamboyante, bien qu'aussi satisfaisante. À ces fins, et comme véhicule, il a fondé « LES MOTS JUSTES », d’où il exerce depuis lors la profession d'artisan des mots et traducteur. Il répond (par télétravail) aux besoins de sa clientèle; petits et plus gros... riches et moins riches... publics et privés. Il écrit et traduit pour ceux qui ne savent pas comment, qui ne peuvent pas, qui n’ont pas le temps ou qui ne sont tout simplement pas de très bons rédacteurs, laissant ses clients libres de poursuivre leurs activités principales.

 

Plus de 30 années à œuvrer dans les arènes politiques, commerciales et privées ont contribué au perfectionnement de ses compétences, faisant de lui un communicateur respecté, dont les avis et les conseils sont recherchés. Dix-sept de ces années furent consacrées aux services d’urgence, toutes branches confondues. Une plume fertile et le désir de redonner lui ont valu un siège au sein d’un nombre de comités de sélection de projets et de conseils d’administration d’associations régionales et de chambres de commerce. Ces opportunités, combinées à la notoriété acquise comme spécialiste de la communication en politique provinciale, ont contribué à paver le parcours menant à sa vocation d’écrivain public et traducteur. Ses compétences continuent de commander l’admiration et le respect de ses pairs.

 

Un visionnaire de la communication, Michel s’est adapté au marché évolutif à l'aube du nouveau millénaire en offrant un ensemble de services en communication, conçu pour les petites et moyennes entreprises, en misant sur une approche personnalisée, et le respect absolu des dates de tombée.

 

Il greffa à son offre un service d’hébergement Web géré, ainsi que les services connexes afin de mieux servir une clientèle évolutive, à la recherche de solutions clé en main facilement accessibles.

 

Depuis 2013, il rédige et publie le magazine « LA COULISSE » (lacoulisse.ca), qui offre un topo sur l'entrepreneur québécois du nouveau millénaire, ainsi qu'une vitrine sur les entrepreneurs obscurs qui n'ont pas pignon sur rue.

 

Il comprend parfaitement les enjeux politiques et les défis linguistiques associés aux affaires dans sa province natale, ainsi que dans le reste du Canada.

 

Pour « LES MOTS JUSTES », il n’y a tout simplement pas de meilleur choix!

 

Services : Conception-rédaction / traduction / révision de texte / réécriture (français / anglais / français), Services Web.

 

Michel possède une solide expérience de la communication commerciale, des services d’urgence et de la politique. Originaire du Québec, il maitrise les deux langues officielles du Canada avec autant de flair.

 

Que ce soit au Québec, en Amérique du Nord, ou ailleurs dans le monde, « LES MOTS JUSTES » de Michel A. Di Iorio seront à votre service pour véhiculer votre message...

 

LES MOTS JUSTES - Nous changeons le monde... un mot à la fois!

Laisser un commentaire

RECOMMANDATION DE LECTURE…

La vision et le pragmatisme

Le making of « Cartierville et son parc Belmont © » épisode 9

Suite… →
%d blogueurs aiment cette page :