Loading…
Vous êtes ici :  Accueil  >  En primeur  >  Article le plus récent

Les cahots du prix juste…

par   /   12 août 2015  /   Aucun commentaire

« Le prix, c’est ce que l’on paie; la valeur, c’est ce que l’on reçoit! »
Warren Buffett    

«  Le prix juste, c’est celui qui nous permet à tous les deux de bien manger! »  Michel A. Di Iorio    

Les COULIS de SAGESSE

Les cahots du prix juste…

Une réflexion signée Michel A. Di Iorio    

Étant imbu d’un cafard estival, j’anticipe le retour à la normalité en m’interrogeant, comme d’autres, sur le chemin parcouru, et les pas à emboîter dans l’exercice de ma mission. J’ai depuis longtemps compris que le monde ne célèbre pas la médiocrité. Il glorifie l’excellence, le génie et la valeur! Alors, pourquoi se contente-t-il de la médiocrité? Est-ce une question d’économie, ou plutôt de lassitude qui pousse le client vers la médiocrité?

Bien qu’une réponse définitive découle de facteurs liés à nos secteurs d’activités respectifs, ma réflexion suggère qu’elle relève plutôt de la perception ou de la perspective du client. La valeur perçue du produit ou du service éclipse généralement l’économie potentielle réalisable, à moins que la valeur ne soit pas la qualité convoitée. Dans ce cas, ma réflexion suggère qu’il ne s’agit pas du mariage parfait entre l’offre et le client.

Certes que nous dépendons tous malgré nous d’un volume de ventes adéquat pour couvrir nos dépenses et nos besoins, mais quelle est la mesure qui définit l’acceptable en termes de compromis entre l’économie et la valeur rattachée à l’achat? Est-ce mieux de vendre 100 items/services à dix dollars chacun, en sacrifiant le service à la clientèle par faute de temps, ou est-ce plus raisonnable de vendre 10 items/services à cent dollars chacun en fournissant un service après-vente qui est à la fine pointe de la technologie?

À moins de disposer d’un temps libre considérable et d’une compétence éclectique, le client averti (notamment les professionnels, les artisans et les entrepreneurs) choisira à tout coup un produit/service à valeur ajoutée qui garantit un service fiable, causant le moins de soucis additionnels possible. Au cours de ma réflexion, j’en suis venu à la conclusion que le client qui sacrifie le service après-vente au profit de l’économie à court terme recherche une aubaine, et non une solution. Il s’agit sans doute d’un opportuniste, sinon d’un client qui n’a pas les moyens de s’offrir nos produits ou services…

Dans le cadre du travail indépendant, il n’est pas rare d’être sollicité pour un meilleur prix; ça fait partie de la négociation. Certains vont contrer en bonifiant l’offre d’une valeur ajoutée plutôt que de baisser le prix du produit ou du service convoité, car la perception du client est qu’il en reçoit plus pour son argent. Lorsqu’on baisse le prix de son offre, la perception du client est que la valeur réelle de l’offre est moindre, permettant de baisser le prix demandé.

C’est une question de perception ou de perspective. Lorsque le prix le plus bas estompe le service après-vente et la valeur ajoutée, il y a lieu de se demander si le mariage entre l’offre et le client est une bonne affaire, ou s’il s’agit plutôt d’une solution de convenance à court terme?

Parallèles, similitudes et contradictions…

De manière générale, l’importance de chaque client croît avec la carence du nombre de nouveaux clients, et c’est bien logique. Les trois catégories générales ci-dessous partagent une situation comparable en termes de productivité, car ils ne disposent, pour la plupart, que d’un nombre d’heures de productivité limité chaque jour, ce qui limite le nombre de clients qu’ils peuvent servir à l’intérieur d’une période donnée.

  • L’artisan cherchera naturellement à limiter les incidences de convenance, car il souhaite votre entière satisfaction; sa réputation de maître en dépend.
  • L’entrepreneur souhaitera également votre satisfaction entière pour des raisons comparables, bien que la taille de son entreprise peut avoir une incidence sur l’importance accordée à chaque client.
  • Le professionnel n’a pas de temps à perdre à reprendre un travail mal fait. Par définition, il a la compétence et le devoir de bien exécuter les mandats qui lui sont confiés, sans oublier que la qualité de son travail est généralement régie par une association professionnelle ou autre organisme chargé de l’accréditation professionnelle et de la discipline de ses membres.

Les trois catégories d’intervenants ci-dessus offrent généralement un service après-vente de qualité. Chaque client joue un rôle important pour assurer le succès à moyen et à plus long terme du travailleur, et il en est bien conscient.

Le commerçant moyen d’un magasin de grande surface

À l’opposé, et bien qu’il existe des exceptions notables à la règle, le commerçant au détail est généralement celui qui fait le plus grand tapage autour de la garantie légale et des garanties prolongées offertes en considération d’une surprime. Rappelez-vous cependant que la majorité des commerçants de grandes surfaces font leur argent sur le volume des ventes, et non sur le dos d’un nombre modeste de clients. Ils ont plus tendance, et ils en ont les moyens, de traiter leurs clients comme jetables, car même s’ils en perdent un faible pourcentage, ils continuent à survivre pendant un certain temps. Leurs marges bénéficiaires inférieures les obligent à rationaliser les services, et un nombre d’entre eux préfère sabrer le service après-vente (service à la clientèle), faute de temps et de budgets pour justifier un service à la clientèle efficace.

Lorsqu’on réduit le calcul final à l’essentiel, le prix juste, selon moi, est le produit d’une formule rationnelle qui détermine le chiffre magique qui permet aux deux parties de bien manger. Qu’en pensez-vous?

Bon appétit!

Michel A. Di Iorio, fondateur de LA COULISSE

Sources et références

Publicité dans LA COULISSE

pr-sample2

Pour jouir d’une visibilité privilégiée dans une revue spécialisée, lue par des collègues, partenaires, fournisseurs, compétiteurs et T/A (anciens, en devenir et actuels)… annoncez-vous dans « LA COULISSE ».  

La simplicité vaut son pesant d’or! Avec « LA COULISSE », votre site Web peut être en ligne en moins de temps et à peu de frais pour véhiculer votre message! Communiquez avec nous au (514) 994-0967 pour connaitre nos forfaits Webs et publicitaires. Nous offrons des forfaits pour tous les budgets, incluant une option Web sur plateforme WordPress, accessible aux travailleurs autonomes et aux petits entrepreneurs.

« LA COULISSE » offre un topo gratuit sur le monde insolite du Québec entrepreneurial. Suivez-nous dans la coulisse à la recherche de novateurs québécois méconnus du nouveau millénaire, et découvrez une multitude d’outils pour vous aider à réaliser votre rêve de lancer votre propre entreprise!

Nous connaissons tous la valeur d’une publicité efficace, mais peu de travailleurs autonomes disposent d’un budget publicitaire bien garni pour lancer leur nouvelle entreprise avec assurance.

La publicité, c’est souvent une affaire de gros sous, mais « LA COULISSE » ne voit pas les choses ainsi. Ses promoteurs savent combien il est difficile de se démarquer, faute de liquidités.

« LA COULISSE » lève le voile sur l’entrepreneur fantôme qui travaille de son garage, ou tout bêtement du coin de sa table de cuisine pour vous offrir une marchandise ou un service de qualité, à prix et à conditions avantageuses!

« LA COULISSE » vous propose des histoires insolites et cocasses, ainsi qu’un coup d’oeil privilégié sur les dessous du Québec entrepreneurial en vous présentant les novateurs méconnus du Québec.

Joignez-vous à « LA COULISSE » pour un bref survol du Québec de demain, grâce aux efforts conjugués des travailleurs autonomes et des entrepreneurs québécois d’aujourd’hui!

lacoulisse.ca (514) 994-0967

writers29

Vous avez une bonne plume?

Vous avez vécu une situation cocasse ou insolite, cueillie, murie, vieillie ou même pourrie dans l’univers du travail autonome? Si vous croyez que d’autres apprécieraient votre anecdote, rendez-vous ICI pour connaître les critères de soumission d’articles à « LA COULISSE ».

Faites connaître LA COULISSE à vos amis et collègues entrepreneurs / travailleurs autonomes… 

Vous avez apprécié ce billet? Aidez-moi à faire connaître LA COULISSE en partageant ce billet sur vos réseaux sociaux. Pour ce faire, vous n’avez qu’à cliquer sur les icônes des réseaux sociaux que vous utilisez.

Merci.

N.B. L’utilisation du genre masculin a été adoptée afin de faciliter la lecture et n’a aucune intention discriminatoire.

À propos de l'auteur...

Fondateur et rédacteur en chef de LA COULISSE

MICHEL A. DI IORIO, fondateur et rédacteur en chef de « LA COULISSE » a troqué, au tournant du siècle dernier, la vie publique et la notoriété pour exercer une carrière moins flamboyante, bien qu'aussi satisfaisante. À ces fins, et comme véhicule, il a fondé « LES MOTS JUSTES », d’où il exerce depuis lors la profession d'artisan des mots et traducteur. Il répond (par télétravail) aux besoins de sa clientèle; petits et plus gros... riches et moins riches... publics et privés. Il écrit et traduit pour ceux qui ne savent pas comment, qui ne peuvent pas, qui n’ont pas le temps ou qui ne sont tout simplement pas de très bons rédacteurs, laissant ses clients libres de poursuivre leurs activités principales.

 

Plus de 30 années à œuvrer dans les arènes politiques, commerciales et privées ont contribué au perfectionnement de ses compétences, faisant de lui un communicateur respecté, dont les avis et les conseils sont recherchés. Dix-sept de ces années furent consacrées aux services d’urgence, toutes branches confondues. Une plume fertile et le désir de redonner lui ont valu un siège au sein d’un nombre de comités de sélection de projets et de conseils d’administration d’associations régionales et de chambres de commerce. Ces opportunités, combinées à la notoriété acquise comme spécialiste de la communication en politique provinciale, ont contribué à paver le parcours menant à sa vocation d’écrivain public et traducteur. Ses compétences continuent de commander l’admiration et le respect de ses pairs.

 

Un visionnaire de la communication, Michel s’est adapté au marché évolutif à l'aube du nouveau millénaire en offrant un ensemble de services en communication, conçu pour les petites et moyennes entreprises, en misant sur une approche personnalisée, et le respect absolu des dates de tombée.

 

Il greffa à son offre un service d’hébergement Web géré, ainsi que les services connexes afin de mieux servir une clientèle évolutive, à la recherche de solutions clé en main facilement accessibles.

 

Depuis 2013, il rédige et publie le magazine « LA COULISSE » (lacoulisse.ca), qui offre un topo sur l'entrepreneur québécois du nouveau millénaire, ainsi qu'une vitrine sur les entrepreneurs obscurs qui n'ont pas pignon sur rue.

 

Il comprend parfaitement les enjeux politiques et les défis linguistiques associés aux affaires dans sa province natale, ainsi que dans le reste du Canada.

 

Pour « LES MOTS JUSTES », il n’y a tout simplement pas de meilleur choix!

 

Services : Conception-rédaction / traduction / révision de texte / réécriture (français / anglais / français), Services Web.

 

Michel possède une solide expérience de la communication commerciale, des services d’urgence et de la politique. Originaire du Québec, il maitrise les deux langues officielles du Canada avec autant de flair.

 

Que ce soit au Québec, en Amérique du Nord, ou ailleurs dans le monde, « LES MOTS JUSTES » de Michel A. Di Iorio seront à votre service pour véhiculer votre message...

 

LES MOTS JUSTES - Nous changeons le monde... un mot à la fois!

Laisser un commentaire

RECOMMANDATION DE LECTURE…

Le making of... épisode 10 - les leçons

Le making of « Épisode 10… »

Suite… →
%d blogueurs aiment cette page :