Loading…
Vous êtes ici :  Accueil  >  En primeur  >  Article le plus récent

L’émotion de la dépense…

par   /   3 septembre 2014  /   Aucun commentaire

Discussion sur l’émotion évoquée par la dépense. Une comparaison entre l’émotion vécue par l’acheteur de plaisir et le travailleur autonome.

«  Presque tous les hommes savent gagner de l’argent, mais il n’y en a pas un sur un million qui sache la dépenser. » – Henry David Thoreau

CHRONIQUE « LES COULIS de SAGESSE »

L’émotion de la dépense…

La valeur intrinsèque de l’argent se détermine, pour le commun des mortels, par l’émotion. Pour les bénéficiaires d’une dépense, elle se traduit souvent par une sorte d’euphorie; comme la joie d’un enfant devant un cadeau à déballer. Le payeur, quant à lui, se réjouit d’offrir une douceur à l’être cher, ou de pouvoir soutenir une cause qui lui tient à cœur, alors pourquoi la dépense cause-t-elle autant de tourmentes dans un contexte de transaction d’affaires?

Derrière chaque dollar dépensé se terre une émotion qui évoque, pour « l’acheteur de plaisir », l’euphorie de la gratification instantanée, ou le regret. Pour le T/A, cependant, la dépense est perçue différemment, selon sa situation. Elle peut évoquer une certaine anticipation, voire une satisfaction profonde si elle stimule les affaires. Cependant, elle peut aussi évoquer la séparation de corps d’avec ses moyens. À moins d’être un investisseur téméraire, ou de bénéficier d’une encaisse généreuse, l’émotion qui surgit est enracinée dans les valeurs et principes inculqués depuis l’enfance. Dans ce cas, elle se définit par des mots comme « contribution, cotisation, débours, déboursement, déboursé, décaissement, faux frais, frais, coût, paiement, sortie… »; des mots à connotations négatives qui provoquent la crainte du déficit, et la privation.

La prospérité ne repose pas que sur la chance. Elle se fonde davantage sur la maîtrise des moteurs émotionnels et intuitifs qui la tiennent en échec. Contrairement à l’acheteur pathologique qui cherche à compenser une émotion négative avec une positive, le défi pour le T/A est d’identifier le point d’équilibre situé à mi-chemin entre la témérité et la prudence, et le tempérer avec son intuition personnelle, bien que nuancé par les moyens du bord.

Facile, non? Eh bien, pas tout à fait. Même si la prospérité du T/A moyen repose sur l’établissement rigide et le respect absolu de priorités bien définis, l’entrepreneur reste foncièrement un être humain qui dépend des mêmes agents émotifs que les autres. Comme les chiffres sur un dé à six faces, les nombreuses possibilités sont aussi intimidantes pour les uns qu’elles sont stimulantes pour les autres. Une trop grande témérité peut conduire tout droit vers l’échec, tandis qu’une prudence démesurée peut faire rater une opportunité susceptible de propulser les affaires vers un nouveau sommet.

Pour mieux illustrer ce propos, imaginez un dé à six faces dont la première représente la témérité; la seconde = la prudence; la troisième = la peur; la quatrième = la joie, tandis que la cinquième affiche l’euphorie, et la sixième = le regret. Sachant que votre avenir et celle de vos proches reposent, à tout moment, sur le résultat du jeu, qu’attendez-vous pour lancer les dés? Hmm… pas sûr sûr! Pour reprendre la réflexion de David Desjardins, chroniqueur pour Le Devoir, « L’émotion rend-elle un peu con? Il semble qu’elle soit surtout insoluble dans la raison. »

Pour ma part, le risque de la réussite versus la possibilité de tout perdre devrait, en principe, inciter le joueur à la réflexion; peut-être même une consultation avec son psy… non? L’appât du gain et la proximité de la réussite semblent calquer l’émotion que l’on ressent devant les terminaux de Loto Québec après l’annonce d’un gros lot cumulatif, alors on joue… advienne que pourra!

Juste pour brouiller les cartes un peu, la disponibilité d’une encaisse accessible constitue et demeure un élément additionnel de tentation pour le T/A et le petit entrepreneur, et plusieurs y succombent en se faisant des accroires. Ces écartades mineures occasionnent des déficits de petite caisse qui peuvent se muer en obligations négligées; voire même à l’échec éventuel des affaires.

S’agit-il d’un vulgaire jeu de chance, nuancé d’atouts aléatoires pour bonifier ses chances de réussite? Ou est-ce plutôt un amalgame d’atouts, d’outils et de moyens scientifiquement éprouvés que l’on sollicite pour se propulser plus près de l’objectif? La réponse dépendra des acquis, du sérieux et des appuis de chacun. Bien que les uns possèdent une expérience et une formation préalable, difficilement acquise, les autres jouissent de réseaux de contacts étendus et d’appuis financiers généreux, sans oublier les rares individus qui possèdent un instinct enviable pour les affaires; un genre de toucher de Midas!

Dans l’analyse finale, une chose est certaine; pour gagner la partie, il faut aimer ce que nous faisons! Nous sommes tous des humains; des joueurs privilégiés et engagés dans la game du succès. Les croupiers ne nous doivent rien de plus que la chance de lancer les dés; c’est donc à nous de jouer…

Et vous… quelles émotions sont évoquées par la dépense?

Qu’en dites-vous?  (Vous êtes invités à répondre via le formulaire au bas du texte.)

Michel A. Di Iorio, fondateur de LA COULISSE

Sources et références

« LA COULISSE » peut vous aider…

La simplicité vaut son pesant d’or! Avec « LA COULISSE », votre site Web peut être en ligne en moins de temps et à peu de frais pour véhiculer votre message! Communiquez avec nous au (514) 994-0967 pour connaitre nos forfaits publicitaires. Nous offrons des forfaits pour tous les budgets, incluant une option Web sur plateforme WordPress, accessible aux travailleurs autonomes et aux petits entrepreneurs.

« LA COULISSE » vous offre un topo hebdomadaire sur le monde insolite du Québec entrepreneurial. Suivez-nous dans la coulisse à la recherche de novateurs québécois méconnus du nouveau millénaire, et découvrez une multitude d’outils pour vous aider à réaliser votre rêve de lancer votre propre entreprise!

Nous connaissons tous la valeur d’une publicité efficace, mais peu de travailleurs autonomes disposent d’un budget publicitaire bien garni pour lancer leur nouvelle entreprise avec assurance.

La publicité, c’est souvent une affaire de gros sous, mais « LA COULISSE » ne voit pas les choses ainsi. Ses promoteurs savent combien il est difficile de se démarquer, faute de liquidités.

« LA COULISSE » lève le voile sur l’entrepreneur fantôme qui travaille de son garage, ou tout bêtement du coin de sa table de cuisine pour vous offrir une marchandise ou un service de qualité, à prix et à conditions avantageuses!

« LA COULISSE » vous propose des histoires insolites et cocasses, ainsi qu’un coup d’oeil privilégié sur les dessous du Québec entrepreneurial en vous présentant les novateurs méconnus du Québec.

Joignez-vous à « LA COULISSE » pour un bref survol du Québec de demain, grâce aux efforts conjugués des travailleurs autonomes et des entrepreneurs québécois d’aujourd’hui!

lacoulisse.ca (514) 994-0967

Vous avez une bonne plume?

Vous avez vécu une situation cocasse ou insolite, cueillie, murie, vieillie ou même pourrie dans l’univers du travail autonome? Si vous croyez que d’autres apprécieraient votre anecdote, rendez-vous ICI pour connaître les critères de soumission d’articles à « LA COULISSE ».

Faites connaître LA COULISSE à vos amis et collègues entrepreneurs / travailleurs autonomes… 

Vous avez apprécié ce billet? Aidez-moi à faire connaître LA COULISSE en partageant ce billet sur vos réseaux sociaux. Pour ce faire, vous n’avez qu’à cliquer sur les icônes des réseaux sociaux que vous utilisez.

Merci.

À propos de l'auteur...

Fondateur et rédacteur en chef de LA COULISSE

MICHEL A. DI IORIO, fondateur et rédacteur en chef de « LA COULISSE » a troqué, au tournant du siècle dernier, la vie publique et la notoriété pour exercer une carrière moins flamboyante, bien qu'aussi satisfaisante. À ces fins, et comme véhicule, il a fondé « LES MOTS JUSTES », d’où il exerce depuis lors la profession d'artisan des mots et traducteur. Il répond (par télétravail) aux besoins de sa clientèle; petits et plus gros... riches et moins riches... publics et privés. Il écrit et traduit pour ceux qui ne savent pas comment, qui ne peuvent pas, qui n’ont pas le temps ou qui ne sont tout simplement pas de très bons rédacteurs, laissant ses clients libres de poursuivre leurs activités principales.

 

Plus de 30 années à œuvrer dans les arènes politiques, commerciales et privées ont contribué au perfectionnement de ses compétences, faisant de lui un communicateur respecté, dont les avis et les conseils sont recherchés. Dix-sept de ces années furent consacrées aux services d’urgence, toutes branches confondues. Une plume fertile et le désir de redonner lui ont valu un siège au sein d’un nombre de comités de sélection de projets et de conseils d’administration d’associations régionales et de chambres de commerce. Ces opportunités, combinées à la notoriété acquise comme spécialiste de la communication en politique provinciale, ont contribué à paver le parcours menant à sa vocation d’écrivain public et traducteur. Ses compétences continuent de commander l’admiration et le respect de ses pairs.

 

Un visionnaire de la communication, Michel s’est adapté au marché évolutif à l'aube du nouveau millénaire en offrant un ensemble de services en communication, conçu pour les petites et moyennes entreprises, en misant sur une approche personnalisée, et le respect absolu des dates de tombée.

 

Il greffa à son offre un service d’hébergement Web géré, ainsi que les services connexes afin de mieux servir une clientèle évolutive, à la recherche de solutions clé en main facilement accessibles.

 

Depuis 2013, il rédige et publie le magazine « LA COULISSE » (lacoulisse.ca), qui offre un topo sur l'entrepreneur québécois du nouveau millénaire, ainsi qu'une vitrine sur les entrepreneurs obscurs qui n'ont pas pignon sur rue.

 

Il comprend parfaitement les enjeux politiques et les défis linguistiques associés aux affaires dans sa province natale, ainsi que dans le reste du Canada.

 

Pour « LES MOTS JUSTES », il n’y a tout simplement pas de meilleur choix!

 

Services : Conception-rédaction / traduction / révision de texte / réécriture (français / anglais / français), Services Web.

 

Michel possède une solide expérience de la communication commerciale, des services d’urgence et de la politique. Originaire du Québec, il maitrise les deux langues officielles du Canada avec autant de flair.

 

Que ce soit au Québec, en Amérique du Nord, ou ailleurs dans le monde, « LES MOTS JUSTES » de Michel A. Di Iorio seront à votre service pour véhiculer votre message...

 

LES MOTS JUSTES - Nous changeons le monde... un mot à la fois!

Laisser un commentaire

RECOMMANDATION DE LECTURE…

La vision et le pragmatisme

Le making of « Cartierville et son parc Belmont © » épisode 9

Suite… →
%d blogueurs aiment cette page :