Loading…
Vous êtes ici :  Accueil  >  En primeur  >  Article le plus récent

Le RETOUR aux sources…

par   /   23 novembre 2016  /   Commentaires fermés sur Le RETOUR aux sources…

Le RETOUR aux sources

Image reproduite avec la permission de Blake Camp, photographe (Lachine, Québec).


« Le souvenir, c’est la présence dans l’absence, la parole dans le silence et le retour sans fin d’un bonheur passé auquel le cœur donne l’immortalité. »
— Anonyme

« Une recherche nous propulse sur un voyage auquel il faut inévitablement mettre fin…
si l’on ne veut pas oublier ce qui nous a convaincus de nous y aventurer! »
Michel A. Di Iorio

LES COULIS de SAGESSE   

Le RETOUR aux sources...

Une réflexion empirique à l’attention des travailleurs autonomes actuels et en devenir,
signée Michel A. Di Iorio.

Le RETOUR aux sources… est une expression qui nous suit depuis l’enfance, et bien qu’usée, elle demeure un principe fondamental de l’évolution, surtout pour le travailleur autonome. On dit que l’ignorance nous condamne à l’oubli, et au recommencement éternel (la réinvention de la roue), ce que notre travailleur indépendant ferait mieux d’éviter s’il souhaite rentabiliser son temps. Pour illustrer mon propos, on n’a qu’à penser à nos recherches sur Google pour comprendre qu’une recherche banale sur les vis cruciformes (Phillips) peut rapidement nous conduire aux palmiers Floridiens, d’où la courbe naturelle du palmier risque de fasciner l’imagination engourdie d’un lundi matin… et on repassera pour la productivité.

Le retour aux sources peut, selon le cas, exiger une courte note sur un « Post it » jaune que l’on prendra bien soin de coller sur la partie supérieure de notre écran. Pour d’autres, le retour exigera une révision et un réajustement en règle de nos politiques et procédures afin que ces dernières puissent mieux répondre aux besoins actuels. Bon, vous vous demandez sans doute à quoi je veux en venir, n’est-ce pas?

Voici mon billet d'entrée...

Mon billet d’entrée…

Voici l’anecdote…

J’ai sorti de ma cave ce weekend pour braver le trafic montréalais, car j’avais promis à Momo une visite au Salon du livre 2016 de Montréal comme cadeau d’anniversaire de naissance. Malgré l’omniprésence de multiples chantiers routiers, tous garnis pour l’occasion de cônes orange munis de barres blanches réflectives, nous y sommes arrivés en temps opportun, bien que le temps du trajet fut presque triplé avant d’y arriver. Une fois arrivé sur les lieux, les lieux, j’ai acheté les deux billets d’entrée pour me rendre compte que dorénavant on me désignerait comme un « ainé »… imaginez ça; MOI, un A-I-N-É!

Ça commençait mal…

Jusque-là, ma journée frôlait le supportable, si ce n’est que pour cette petite lourdeur sans malice (je leur accorde un peu de l’attitude, puisque cette « maladresse » m’a économisé quatre dollars sur le prix d’entrée), nous étions tous deux enchantés par l’accueil qu’on nous réservait, et ce, à chaque kiosque. J’en fus complètement ébloui, d’autant plus qu’il y avait tellement de visiteurs qu’il s’avéra difficile d’éviter de se piler sur les pieds les uns des autres. Le personnel fut tellement accueillant qu’il y avait presque lieu de se demander s’ils avaient suivi une formation en ce sens. Les employés sollicités pour nous diriger vers les auteurs vedettes que nous désirions rencontrer se sont fait un plaisir de nous diriger où il fallait, mais seulement après avoir vérifié si lesdits auteurs s’y trouvaient bien. Ce qui m’a le plus accroché fut le sourire chaleureux qu’ils affichaient en nous fournissant l’information sollicitée. Ils nous regardaient même droit dans les yeux…

Madame Nicole Bordeleau, l'une des auteures préférées à Momo.

Madame Nicole Bordeleau.

Une fois arrivés devant les auteurs fétiches à Momo, ces derniers se sont fait un plaisir d’échanger quelques plaisanteries avec nous, tout en nous référant aux passages appropriés de leurs œuvres respectifs, et nous étions conquis. Momo a l’habitude de charmer les gens qui la rencontrent, et ça me fait chaud au cœur de voir qu’ils l’adoptent comme s’ils l’avaient toujours connu.

C’était son cadeau d’anniversaire, alors je souhaitais qu’elle puisse vivre une expérience mémorable.

Cette fois fût un peu exceptionnelle, vu le contexte, et mon petit hamster se mit à courir…

http://les-mots-justes.net - Services de rédaction et de traduction

La gaffe, et la solution…

La gaffe, si elle existe, est de laisser l’habitude et le confort primer sur la bienséance, et c’est ce qu’on rencontre de plus en plus souvent dans un contexte de consommation au détail. Les patrons ne veulent pas se mêler des différends qui les opposeraient aux clients, car ça demande de piler sur son orgueil pour accommoder un client difficile, alors c’est l’instinct de survie qui les pousse à fermer la porte de leurs bureaux pendant qu’un employé doit se débattre pour tenter de sauver une situation fâcheuse.

Plus tôt dans ma carrière, on m’a expliqué qu’un titre signifiait que la fonction du porteur en était une de tampon entre le client et la direction. On les nommait cadres, car ils devaient encadrer le personnel, mais on leur attribuait un gros salaire pour régler les différends qui pouvaient affecter le bon fonctionnement de l’entreprise, comme les différends avec les employés, les clients, les fournisseurs, les livreurs, le comptable, et j’en passe, car la liste est longue, et la patience est sollicitée…

La réalité est que ce sont souvent les clients qui écopent, et les employés qui doivent se démêler dans les imbroglios impliquant des différends importants entre les parties. Les employés sont trop souvent mal équipés, sous-payés et peu motivés pour assumer l’entière responsabilité. De plus, les solutions dont ils disposent sont souvent du genre « band-aid », et n’attaquent pas le fond de l’insatisfaction. Les clients finissent par se lasser, et un jour ou l’autre se retournent vers une méthode de consommation moins agressante qui offre une gratification quasi instantanée, et des garanties claires, soit l’achat à distance par Internet…

Mot de la fin…

L’achat par Internet est un incontournable, et on le sait depuis la fin du dernier siècle. Ce que plusieurs ne réalisent pas cependant, c’est qu’elle va aussi nous faire perdre un bon nombre d’emplois, car l’automatisation ne requiert pas autant d’intervention humaine pour satisfaire la clientèle. Les conditions de vente sont clairement indiquées, et ne peuvent être déformées, mal expliquées ou faire objet d’un oubli de la part d’un vendeur/conseiller/associé qui cherche désespérément à boucler sa fin de mois.

Le service à la clientèle du Salon du Livre 2016 devrait nous servir de leçon. Ils ont su attirer et plaire à des milliers de visiteurs, malgré les inconvénients causés par l’omniprésence des chantiers routiers, la parade du père Noël qui bloquait le trafic déjà perturbé, des stationnements payants qui coûtaient plus chers que le prix d’entrée, et j’en passe. La clientèle s’est quand même déplacée pour venir serrer la pince à leurs auteurs fétiches, comme M. Chris Hadfield (l’astronaute chanteur), Madame Nicole Bordeleau (une des auteures préférées à Momo), M. Jean-Marc Léger, M. Gabriel Gélinas, Madame Marie Laberge, Madame Saskia Thuot et j’en passe, car il y en avait des centaines…

Le retour aux sources implique un profond questionnement sur le « pourquoi » nous nous sommes donné une mission de service auprès de nos clientèles respectives. Si la raison qui vous a poussée à vous lancer dans l’aventure du travail autonome fût uniquement motivée par l’appât du gain, vous n’êtes pas à votre place, et ce billet ne s’adresse pas à vous. Si la raison qui vous a poussé à vous lancer en affaires est un profond désir d’exceller dans votre champ d’activité, la balle est dans votre camp… mais faites vite, sinon vous allez vous retrouver devant un carnet de commandes vide, et un profond sentiment de « j’aurais donc dû »…

Merci de m’avoir lu. Je vous souhaite une bonne réflexion, et une bonne vie!

Michel A. Di Iorio, fondateur de LA COULISSE

Partager mon « X »

Je veux partager mon « X » avec vous qui suivez l’aventure du magazine LA COULISSE depuis son lancement en 2013! Pour y arriver, je vous offre par l’intermédiaire de mes billets hebdomadaires des liens utiles vers des outils pratiques en ligne, et un véhicule pour distribuer votre histoire parmi les travailleurs autonomes actuels et en devenir. Que ces derniers se retrouvent sur Linked-In, Facebook, Twitter, Google+, Pinterest, Reddit, Tumblr ou Pocket, LA COULISSE y cultive une présence en y publiant des billets hebdomadaires, des billets occasionnels signés par ses membres contributeurs, ainsi que des anecdotes tirées du vécu.

À titre d’information, le magazine LA COULISSE double son lectorat chaque année depuis sa fondation. Le magazine s’adresse à un lectorat varié, qui inclut des travailleurs indépendants actuels et en devenir, des journalistes, des chasseurs de têtes, des professionnels, des représentants de divers ministères, des chefs d’entreprise de toutes tailles, des annonceurs, des représentants de compagnies de publicité, des artistes, des agences, des paramédics, des policiers, des pompiers, des fonctionnaires, etc.

Je vous offre un lectorat sérieux qui ne demande qu’à lire vos histoires, que je vous invite à me soumettre en cliquant d’abord sur les critères de sélection afin de vous assurer de respecter ses énoncés. Une fois que vous en aurez pris connaissance, vous n’aurez qu’à me transmettre votre texte par courriel, en prenant soin d’inclure vos coordonnées afin que je puisse communiquer avec vous, au besoin. Veuillez noter que je ne communiquerai qu’avec les auteurs dont les histoires auront été retenues.

Ah oui, j’allais oublier… cette opportunité de partager mon « X » vous est offerte sans frais!

J’ai hâte de vous lire…

Qu’en pensez-vous?

Tout le monde a une histoire à raconter. Si vous désirez partager les opportunités qui ont marqué votre parcours, écrivez-moi à info@lacoulisse.ca, ou sur les réseaux sociaux. N’ayez crainte, il me fera plaisir de vous répondre avec diligence. Votre histoire pourrait aider un travailleur autonome en devenir, alors je vous invite à la partager avec nous dans LA COULISSE.

Je vous souhaite une bonne réflexion, des affaires prospères, et une abondance de poussières de bonheur!

N’hésitez pas à commenter la présente réflexion, et à partager ce lien avec vos amis et collègues.

Michel A. Di Iorio
Rédacteur en chef et fondateur de 
LA COULISSE
Rédaction et publicité : 514.994.0967
info@lacoulisse.ca

PS — Pour faire partie de ma nouvelle liste de distribution, veuillez m’envoyer un courriel à : info@lacoulisse.ca avec la mention « abonnez-moi ». C’est gratuit!

Références et lectures complémentaires

Sources et guides

Médias écrits

Pour annoncer dans LA COULISSE, cliquez ICI

Publicité dans LA COULISSE

pr-sample2

Pour jouir d’une visibilité privilégiée dans une revue spécialisée, lue par des collègues, partenaires, fournisseurs, compétiteurs et T/A (anciens, en devenir et actuels)… annoncez-vous dans « LA COULISSE ».  

La simplicité vaut son pesant d’or! Avec l’aide de « LA COULISSE », votre site Web peut être en ligne en moins de temps et à peu de frais pour véhiculer votre message! Communiquez avec nous au (514) 994-0967 pour connaitre nos forfaits Webs et/ou publicitaires. Nous offrons des forfaits pour tous les besoins/budgets, incluant une option Web gérée sur plateforme WordPress, accessible aux travailleurs autonomes et aux petits entrepreneurs.

« LA COULISSE » offre un topo sur le monde insolite du Québec entrepreneurial. Suivez-nous dans « LA COULISSE » à la recherche de novateurs québécois méconnus, et accédez à une multitude d’outils pour vous aider à lancer votre propre entreprise!

Nous connaissons tous la valeur d’une publicité efficace, mais peu de travailleurs autonomes disposent d’un budget publicitaire assez bien garni pour lancer leur nouvelle entreprise avec assurance.

La publicité, c’est souvent une affaire de gros sous, mais « LA COULISSE » ne voit pas les choses ainsi. Ses promoteurs savent combien il est difficile de se démarquer, faute de liquidités.

« LA COULISSE » lève le voile sur l’entrepreneur fantôme qui travaille de son garage, ou tout bêtement du coin de sa table de cuisine pour vous offrir une marchandise ou un service de qualité, à prix et à conditions avantageuses!

« LA COULISSE » vous propose des histoires insolites et cocasses, ainsi qu’un coup d’oeil privilégié sur les dessous du Québec entrepreneurial en vous présentant les novateurs méconnus du Québec.

Joignez-vous à « LA COULISSE » pour un bref survol du Québec de demain, grâce aux efforts conjugués des travailleurs autonomes et des entrepreneurs québécois d’aujourd’hui!


                     D1

Service de la rédaction : 514-994-0967

Écrivez-nous à : info@lacoulisse.ca

Publicité : 514-994-0967

Service d’assistance au client : Cliquer sur l’image ci-dessous.

Puis-je vous aider?

Service d’assistance au client

D1

Vous avez une bonne plume?

Vous avez vécu une situation cocasse ou insolite, cueillie, murie, vieillie ou même pourrie dans l’univers du travail autonome? Si vous croyez que d’autres apprécieraient votre anecdote, rendez-vous ICI pour connaître les critères de soumission d’articles à « LA COULISSE ».

Faites connaître LA COULISSE à vos amis et collègues entrepreneurs / travailleurs autonomes… 

Vous avez apprécié ce billet? Aidez-moi à faire connaître LA COULISSE en partageant ce billet sur vos réseaux sociaux. Pour ce faire, vous n’avez qu’à cliquer sur les icônes des réseaux sociaux que vous utilisez.

Merci.

N.B. L’utilisation du genre masculin a été adoptée afin de faciliter la lecture et n’a aucune intention discriminatoire.

À propos de l'auteur...

Fondateur et rédacteur en chef de LA COULISSE

MICHEL A. DI IORIO, fondateur et rédacteur en chef de « LA COULISSE » a troqué, au tournant du siècle dernier, la vie publique et la notoriété pour exercer une carrière moins flamboyante, bien qu'aussi satisfaisante. À ces fins, et comme véhicule, il a fondé « LES MOTS JUSTES », d’où il exerce depuis lors la profession d'artisan des mots et traducteur. Il répond (par télétravail) aux besoins de sa clientèle; petits et plus gros... riches et moins riches... publics et privés. Il écrit et traduit pour ceux qui ne savent pas comment, qui ne peuvent pas, qui n’ont pas le temps ou qui ne sont tout simplement pas de très bons rédacteurs, laissant ses clients libres de poursuivre leurs activités principales.

 

Plus de 30 années à œuvrer dans les arènes politiques, commerciales et privées ont contribué au perfectionnement de ses compétences, faisant de lui un communicateur respecté, dont les avis et les conseils sont recherchés. Dix-sept de ces années furent consacrées aux services d’urgence, toutes branches confondues. Une plume fertile et le désir de redonner lui ont valu un siège au sein d’un nombre de comités de sélection de projets et de conseils d’administration d’associations régionales et de chambres de commerce. Ces opportunités, combinées à la notoriété acquise comme spécialiste de la communication en politique provinciale, ont contribué à paver le parcours menant à sa vocation d’écrivain public et traducteur. Ses compétences continuent de commander l’admiration et le respect de ses pairs.

 

Un visionnaire de la communication, Michel s’est adapté au marché évolutif à l'aube du nouveau millénaire en offrant un ensemble de services en communication, conçu pour les petites et moyennes entreprises, en misant sur une approche personnalisée, et le respect absolu des dates de tombée.

 

Il greffa à son offre un service d’hébergement Web géré, ainsi que les services connexes afin de mieux servir une clientèle évolutive, à la recherche de solutions clé en main facilement accessibles.

 

Depuis 2013, il rédige et publie le magazine « LA COULISSE » (lacoulisse.ca), qui offre un topo sur l'entrepreneur québécois du nouveau millénaire, ainsi qu'une vitrine sur les entrepreneurs obscurs qui n'ont pas pignon sur rue.

 

Il comprend parfaitement les enjeux politiques et les défis linguistiques associés aux affaires dans sa province natale, ainsi que dans le reste du Canada.

 

Pour « LES MOTS JUSTES », il n’y a tout simplement pas de meilleur choix!

 

Services : Conception-rédaction / traduction / révision de texte / réécriture (français / anglais / français), Services Web.

 

Michel possède une solide expérience de la communication commerciale, des services d’urgence et de la politique. Originaire du Québec, il maitrise les deux langues officielles du Canada avec autant de flair.

 

Que ce soit au Québec, en Amérique du Nord, ou ailleurs dans le monde, « LES MOTS JUSTES » de Michel A. Di Iorio seront à votre service pour véhiculer votre message...

 

LES MOTS JUSTES - Nous changeons le monde... un mot à la fois!

RECOMMANDATION DE LECTURE…

Désir ou dessein

Par destin, ou par désir…

Suite… →
%d blogueurs aiment cette page :