Loading…
Vous êtes ici :  Accueil  >  En primeur  >  Article le plus récent

La témérité des petits…

par   /   25 mars 2015  /   Commentaires fermés sur La témérité des petits…

2

« La vie est trop courte pour ne pas poursuivre ses rêves! » — Michel A. Di Iorio

Les COULIS de SAGESSE – (2 de 4)

La témérité des petits…

On dit que la vérité sort de la bouche des enfants… sauf quand ils mentent. Comme suite à mon billet précédent, intitulé, « Pourquoi? », un lecteur ma fait réaliser que la curiosité insatiable des enfants jouait un rôle prépondérant dans le questionnement des adultes.

Anne Bacus, psychothérapeute spécialiste de la petite enfance, nous explique qu’à l’âge de 3 ou 4 ans les enfants se mettent à poser le fameux « pourquoi si – pourquoi ça ». Elle affirme que les premiers « pourquoi » font partie d’un véritable questionnement sur les sujets les plus préoccupants pour eux, et que par la suite, c’est la machine à « pourquoi » qui s’emballe. L’enfant cherche à nous coincer, et c’est notre patience qui en mange une claque.

À cet âge, les enfants sont encore innocents, et leur curiosité sans bornes est non seulement rafraîchissante, mais il est intéressant d’écouter leur raisonnement, car ils ont une perception différente du monde qui les entoure que celle de leurs parents, par exemple. Bien qu’ils ne soient que des gamins, ils ont une opinion sur presque tout, même s’ils n’ont pas encore acquis les compétences de l’adulte. La curiosité de l’enfant est centrée sur quelques questions fondamentales, comme « D’où viennent les bébés? », et « D’où je viens, moi? » Il a besoin de savoir qu’il est aimé, qu’il a été désiré, que sa maman ne va pas l’abandonner, etc. Ce sont, en somme, le genre de questions existentielles qui les accaparent à cet âge.

Comme les grands, les comportements irrationnels de nos enfants sont un reflet de leur frustration et leur confusion. Leur petit monde est en constante évolution, et ils n’ont pas encore acquis les compétences nécessaires pour y faire face. Comme les touts petits, les grands, et peut-être davantage les travailleurs autonomes de ce monde sont souvent aux prises avec le même phénomène. Comme les petits, ils n’ont peut-être pas encore acquis toutes les compétences pour y faire face. Ce qui change en vieillissant est la mire de notre attention. Les enjeux de notre vie d’adulte diffèrent des enjeux de notre enfance, même si nos réactions sont parfois les mêmes.

En tant qu’adultes, notre conscience est généralement engloutie par un brouillard mental constitué d’images, de bouts de concepts et d’idées fixes qui diluent l’intensité de nos sensations et de notre perception. Les enfants vivent une expérience plus nette, car leur conscience n’est pas atteinte par la cacophonie de remises en question de leurs parents. Ils ne connaissent pas l’incomplétude et le mécontentement associés à la vie d’adulte. Ils sont qui ils sont, et ça leur suffit de savoir cela.

Deux leçons précieuses apprises de mes enfants

1) Quand ma fille n’avait que 6 ans, je travaillais comme paramédic dans la région de Montréal, et en tant qu’instructeur, j’enseignais les techniques de la RCR (réanimation de base) aux adultes de tous les horizons de travail et de vie. À l’époque, j’avais participé au tournage d’un vidéo-documentaire sur les techniques de la RCR, et mes enfants l’ont visionné.

Quelques années plus tard, ma fille (elle devait avoir 8 ou 9 ans à ce moment-là) suivit un cours à la piscine, et la monitrice était stupéfaite en voyant comment une jeune fille de cet âge pouvait, d’un seul doigt, tourner un homme adulte de deux cents livres de la position couchée sur le dos à la position de recouvrement (tourné sur le côté et appuyé sur son genou) pour maintenir ses voies respiratoires ouvertes. 

La monitrice m’a téléphoné pour me féliciter du beau travail de ma fille, mais je ne savais trop quoi lui répondre, car je n’avais pas enseigné cette technique aux enfants. J’ai donc attendu que ma fille arrive de l’école pour lui demander de me montrer ce qu’elle avait fait. Avec un sourire qui ne cachait guère son plaisir, elle demanda à son petit frère d’agir comme patient pour les besoins de la démonstration, et elle a parfaitement exécuté la manœuvre. Je lui ai demandé comment et où elle avait appris ça, et elle me répondit qu’elle avait tout appris les manœuvres exécutées sur le vidéo, et ils m’ont fait une démonstration de leur maîtrise des techniques montrées sur le vidéo.

J’ai compris qu’il valait mieux répondre aux questions des enfants que de les esquiver sous prétexte qu’ils ne comprennent pas. J’ai aussi compris que le vidéo offrait un média d’influence à maîtriser.

2) Alors qu’adolescent, je gagnais mon argent de poche en jouant de la guitare dans les cafés, les centres d’achats et les spectacles de variétés. J’ai abandonné mon rêve de devenir musicien vers la fin de mon adolescence, car je manquais de confiance en moi. Je l’ai toujours regretté par la suite. Plus tard, j’ai encouragé mon garçon à apprendre à jouer l’instrument, ce qu’il fit sans trop chicaner, car les filles aimaient les guitaristes, à ce qu’on me disait.

Un soir, il m’invita à aller le voir en spectacle, ce qui m’a fait sourire, car je ne savais pas qu’il se produisait en spectacles depuis belle lurette. Je suis donc allé le voir, et ce que j’ai vu m’a fait l’effet d’une gifle qui réveille. En sortant de ma torpeur, je me suis faufilé dans la salle bondée de jeunes de tous les âges. Il devait être deux ou trois cents qui dansaient, tandis que les autres l’écoutaient jouer de la musique.

Ce qui est intéressant de cette deuxième leçon était que mon jeune garçon m’a appris l’importance de poursuivre ses rêves, coûte que coûte. Il est décédé quelques mois avant d’atteindre ses 21 ans, aux suites d’un rejet fulgurant de son nouveau cœur greffé 13 mois auparavant. Le rejet découlait d’un déséquilibre médicamenteux, car il devait avaler un cocktail de médicaments contre ce genre de rejet.

Avant de mourir, il s’était produit en spectacle devant des centaines de jeunes, il avait enregistré un premier CD avec son orchestre, il avait figuré dans une demi-douzaine d’annonces vidéos pour le compte de la Fondation Diane Hébert, et il figurait sur une affiche publicitaire avec le boxeur Éric Lucas.

La liste continue, mais la leçon retirée de sa mort tragique fut que la vie est trop courte pour ne pas poursuivre ses rêves, et c’est ce que je répète aux jeunes depuis. Steve Jobs l’avait compris…

« Ce qu’on regrette le plus dans la vie sont les choses qu’on ne fait pas! »

Voilà les deux leçons les plus importantes apprises de mes enfants. Et vous? Qu’avez-vous appris de vos enfants?

Racontez-nous votre histoire?   

Michel A. Di Iorio, fondateur de LA COULISSE

Sources et références

Pour jouir d’une visibilité privilégiée dans une revue spécialisée, lue par des collègues, partenaires, fournisseurs, compétiteurs et T/A (anciens, en devenir et actuels)… annoncez-vous dans « LA COULISSE ».  

La simplicité vaut son pesant d’or! Avec « LA COULISSE », votre site Web peut être en ligne en moins de temps et à peu de frais pour véhiculer votre message! Communiquez avec nous au (514) 994-0967 pour connaitre nos forfaits Webs et publicitaires. Nous offrons des forfaits pour tous les budgets, incluant une option Web sur plateforme WordPress, accessible aux travailleurs autonomes et aux petits entrepreneurs.

« LA COULISSE » offre un topo gratuit sur le monde insolite du Québec entrepreneurial. Suivez-nous dans la coulisse à la recherche de novateurs québécois méconnus du nouveau millénaire, et découvrez une multitude d’outils pour vous aider à réaliser votre rêve de lancer votre propre entreprise!

Nous connaissons tous la valeur d’une publicité efficace, mais peu de travailleurs autonomes disposent d’un budget publicitaire bien garni pour lancer leur nouvelle entreprise avec assurance.

La publicité, c’est souvent une affaire de gros sous, mais « LA COULISSE » ne voit pas les choses ainsi. Ses promoteurs savent combien il est difficile de se démarquer, faute de liquidités.

« LA COULISSE » lève le voile sur l’entrepreneur fantôme qui travaille de son garage, ou tout bêtement du coin de sa table de cuisine pour vous offrir une marchandise ou un service de qualité, à prix et à conditions avantageuses!

« LA COULISSE » vous propose des histoires insolites et cocasses, ainsi qu’un coup d’oeil privilégié sur les dessous du Québec entrepreneurial en vous présentant les novateurs méconnus du Québec.

Joignez-vous à « LA COULISSE » pour un bref survol du Québec de demain, grâce aux efforts conjugués des travailleurs autonomes et des entrepreneurs québécois d’aujourd’hui!

lacoulisse.ca (514) 994-0967

Vous avez une bonne plume?

Vous avez vécu une situation cocasse ou insolite, cueillie, murie, vieillie ou même pourrie dans l’univers du travail autonome? Si vous croyez que d’autres apprécieraient votre anecdote, rendez-vous ICI pour connaître les critères de soumission d’articles à « LA COULISSE ».

Faites connaître LA COULISSE à vos amis et collègues entrepreneurs / travailleurs autonomes… 

Vous avez apprécié ce billet? Aidez-moi à faire connaître LA COULISSE en partageant ce billet sur vos réseaux sociaux. Pour ce faire, vous n’avez qu’à cliquer sur les icônes des réseaux sociaux que vous utilisez.

Merci.

À propos de l'auteur...

Fondateur et rédacteur en chef de LA COULISSE

MICHEL A. DI IORIO, fondateur et rédacteur en chef de « LA COULISSE » a troqué, au tournant du siècle dernier, la vie publique et la notoriété pour exercer une carrière moins flamboyante, bien qu'aussi satisfaisante. À ces fins, et comme véhicule, il a fondé « LES MOTS JUSTES », d’où il exerce depuis lors la profession d'artisan des mots et traducteur. Il répond (par télétravail) aux besoins de sa clientèle; petits et plus gros... riches et moins riches... publics et privés. Il écrit et traduit pour ceux qui ne savent pas comment, qui ne peuvent pas, qui n’ont pas le temps ou qui ne sont tout simplement pas de très bons rédacteurs, laissant ses clients libres de poursuivre leurs activités principales.

 

Plus de 30 années à œuvrer dans les arènes politiques, commerciales et privées ont contribué au perfectionnement de ses compétences, faisant de lui un communicateur respecté, dont les avis et les conseils sont recherchés. Dix-sept de ces années furent consacrées aux services d’urgence, toutes branches confondues. Une plume fertile et le désir de redonner lui ont valu un siège au sein d’un nombre de comités de sélection de projets et de conseils d’administration d’associations régionales et de chambres de commerce. Ces opportunités, combinées à la notoriété acquise comme spécialiste de la communication en politique provinciale, ont contribué à paver le parcours menant à sa vocation d’écrivain public et traducteur. Ses compétences continuent de commander l’admiration et le respect de ses pairs.

 

Un visionnaire de la communication, Michel s’est adapté au marché évolutif à l'aube du nouveau millénaire en offrant un ensemble de services en communication, conçu pour les petites et moyennes entreprises, en misant sur une approche personnalisée, et le respect absolu des dates de tombée.

 

Il greffa à son offre un service d’hébergement Web géré, ainsi que les services connexes afin de mieux servir une clientèle évolutive, à la recherche de solutions clé en main facilement accessibles.

 

Depuis 2013, il rédige et publie le magazine « LA COULISSE » (lacoulisse.ca), qui offre un topo sur l'entrepreneur québécois du nouveau millénaire, ainsi qu'une vitrine sur les entrepreneurs obscurs qui n'ont pas pignon sur rue.

 

Il comprend parfaitement les enjeux politiques et les défis linguistiques associés aux affaires dans sa province natale, ainsi que dans le reste du Canada.

 

Pour « LES MOTS JUSTES », il n’y a tout simplement pas de meilleur choix!

 

Services : Conception-rédaction / traduction / révision de texte / réécriture (français / anglais / français), Services Web.

 

Michel possède une solide expérience de la communication commerciale, des services d’urgence et de la politique. Originaire du Québec, il maitrise les deux langues officielles du Canada avec autant de flair.

 

Que ce soit au Québec, en Amérique du Nord, ou ailleurs dans le monde, « LES MOTS JUSTES » de Michel A. Di Iorio seront à votre service pour véhiculer votre message...

 

LES MOTS JUSTES - Nous changeons le monde... un mot à la fois!

RECOMMANDATION DE LECTURE…

Est-ce vraiment un véhicule neuf?

Suite… →
%d blogueurs aiment cette page :