Loading…
Vous êtes ici :  Accueil  >  Mission de LA COULISSE  >  Article le plus récent

La publicité… euh, pourquoi?

par   /   11 juillet 2013  /   Aucun commentaire

PastedGraphic-11-2 copy

Je suis le No. 1

La publicité… euh, pourquoi?

« S’il ne me restait qu’un dollar, je l’investirais en relations publiques. » – Bill Gates…     

CHRONIQUE – MISSION de LA COULISSE

Est-il enfin tombé en bas de sa chaise, celui-là?
En fait, non, je ne crois pas. Une fortune personnelle de quelque 67 milliards de dollars me convainc plutôt du contraire. Les relations publiques englobent un ensemble de techniques et de stratagèmes pour influencer le public, promouvoir une image, ou une marque, etc., et parmi ses outils, on a souvent recours à la publicité. La publicité est une forme de communication dont l’objectif vise à attirer l’attention d’un consommateur, utilisateur, usager, électeur, etc. afin de le convaincre à adopter le comportement souhaité : soit l’achat d’un produit, l’élection d’une personnalité politique, l’appui d’une cause, etc. Lorsque combiné aux bonnes relations de presse, le parrainage d’événements culturels, sportifs, etc., la publicité sous toutes ses formes multiplie l’exposition de votre cible au message véhiculé, et cela la poussera éventuellement à l’action souhaitée (adoption, achat, appui, etc.).

Notre société de consommation dépense des centaines de millions de dollars en publicité chaque année; les grandes comme les petites entreprises, car grandes ou petites, toutes les entreprises y trouvent leur compte, en passant par les gouvernements, les médias… et même les œuvres de charité , n’est-ce pas?

Pourquoi est-il si important alors de dépenser son argent durement gagné de la sorte? 
La réponse est claire, car c’est elle, sous toutes ses formes (la publicité), qui vous annonce (vous, vos produits / services) à vos clients éventuels – sinon, et pour la plupart d’entre vous, c’est l’ennui, le manque de liquidités, et l’échec qui vous attendent en fin d’aventure.

Comment appuyer votre réussite sans tout hypothéquer dès le départ?
Voici la question que tout nouveau travailleur autonome se pose, dont la réponse est sans doute aussi vaste que l’imagination. Alors, comment faire du sens de tout ça sans s’hypothéquer au profit de spécialistes que vous ne pouvez pas vous payer en début d’aventure? La bonne nouvelle est qu’avec un peu d’imagination et de créativité, il y a plusieurs moyens d’y parvenir. Rappelez-vous cependant que la meilleure publicité gratuite, ou selon le cas, la plus mauvaise… c’est soi-même.

Bien que ce ne soit pas tous les travailleurs autonomes qui disposent d’un nombre d’heures considérable à investir dans les réseaux commerciaux et sociaux juste pour faire parler d’eux, nous nous pencherons plutôt sur des moyens un peu plus terre à terre.

Voici quelques techniques traditionnelles parmi les plus populaires :

  • Distribution de tracts publicitaires annonçant un offre spéciale, des cartes professionnelles ou d’affaires, un livret de coupons-rabais – nos grands-parents et parents nous employaient pour livrer leurs tracts publicitaires de porte en porte à l’époque.
  • Des annonces pures et simples dans les divers médias (journaux, annuaires, radio, télé — méthodes traditionnelles potentiellement dispendieuses, et de moins en moins crédibles, car les gens sont inondés de publicités de toutes sortes (plus de 2000 / jour), et ils ont développé une certaine résistance à tout ce qui est perçu comme étant de la publicité. De plus, ça demande une exposition répétée à une annonce (le vieil adage de la règle des sept en marketing) avant qu’une annonce pousse votre cible à l’action.
  • La publicité par objet – quoique toujours populaire, les coûts importants rattachés à cette forme de publicité (stylos imprimés, porte-clés à l’effigie de l’entreprise, t-shirts imprimés, etc.) limite la visibilité aux clients les plus importants.
  • Les voitures identifiées (autocollants) – toujours aussi populaires.
  • Les affiches – coûts importants si l’on considère le caractère éphémère du médium.
  • La commandite d’une cause, d’un événement ou d’une personnalité sportive ou autre – quoiqu’il s’agisse d’une pratique toujours aussi populaire, l’investissement requis place cette option hors d’atteinte pour plusieurs travailleurs autonomes/entrepreneurs débutants, et pour cause.

À part ça, que vous reste-t-il comme avenue, sans hypothéquer votre premier-né?
Si vous êtes né de la dernière cuvée, vous avez eu la chance d’être initié aux nouvelles technologies, comme l’internet, les sites Web, les blogues, les réseaux sociaux et commerciaux; mais que faire si vous ne disposez pas de temps libre pour vous investir à maîtriser ces nouvelles technologies, ni les budgets pour mettre un employé à temps plein là-dessus?

Pour les fins stratèges, la réponse est claire. Pour contourner la problématique énoncée, il faut surmonter trois obstacles importants, soit :

  1. Le manque de temps libre;
  2. Le manque de liquidités;
  3. Le besoin de véhiculer son message de manière crédible, à l’opposé de le véhiculer comme un spécial du gérant.

Comment y parvenir?
En partant du principe que vous disposez d’un montant, aussi modeste soit-il, pour véhiculer votre existence / idée / produit / service à votre clientèle cible, et que vous êtes capable de vous vendre, tout est possible – il s’agit d’y croire. Le reste viendra au terme d’efforts soutenus… et à l’aide d’une forme de publicité qui a le pouvoir de vous élever au rang d’expert dans l’esprit de vos clients.

Utilisez vos talents de lobbyiste pour convaincre les médias de votre intérêt, de votre crédibilité, de votre disponibilité et de votre désir sincère de contribuer votre expertise lorsqu’ils en éprouveront le besoin pour compléter un reportage qui touche votre champ d’intervention.

Pour ce faire, il s’agit de dresser une liste de médias locaux (radio, chaînes de télévision communautaire, journaux et revues) qui offrent des reportages liés à votre domaine d’expertise. Vous découvrirez les noms et coordonnées de ces journalistes, avec lesquels vous cultiverez une relation de collaboration en communiquant votre mission par écrit – quitte à leur envoyer un petit texte de temps à autre, ou en leur téléphonant pour leur  renouveler la mémoire au sujet de votre offre en relatant un fait d’intérêt qui se rapporte à votre expertise.

Gardez en tête que les médias ne sont pas chauds à l’idée de fournir de la publicité gratuite, car ce n’est pas leur mandat de le faire. Cependant, ils sont avides de nouvelles susceptibles d’intéresser leur auditoire, et en tant que journalistes, ils ont parfois besoin d’une expertise dans des domaines variés pour appuyer leurs reportages, alors c’est à vous de jouer. Sachez que ça ne prend que quelques bonnes références pour vous élever au rang d’expert dans l’esprit de votre clientèle.

Enfin, il y a le publireportage.
« Le publireportage commence là où la publicité s’arrête. Expliquer le mode d’action des huiles essentielles ou le rôle du collagène III dans le processus de rajeunissement de la peau ne peut ni se faire en quelques lignes sur une annonce publicitaire, ni en quelques secondes sur un écran de télévision. C’est pourquoi les marques ont désormais souvent recours au publireportage pour expliquer et promouvoir leurs produits ou services. » Christine Malleret, CMC PubliStory.

Qu’est-ce qu’un publireportage, au juste? Il s’agit d’une forme de publicité en presse magazine, Web, radio ou tv qui délivre les informations sous forme d’article, de reportage, d’interview, de chronique… et la différence essentielle réside dans le fait que le publireportage vise à prêter une certaine crédibilité au produit, au service, à l’artisan ou à la compagnie dont il fait état, tandis que l’éditorial pur ne cherche qu’à informer le lectorat.

Et pourquoi le publireportage offre-t-il une option non négligeable?
Parce que lorsque bien préparé, il prête de la crédibilité à l’offre, à l’offreur, à la cause ou au personnage dont il fait état. Il n’a donc pas à être présenté à répétition pour être efficace. Un autre avantage non négligeable du publireportage est son faible coût.

LA COULISSE vous offre un service de publicité combiné au publireportage pour renforcer votre image à prix abordable. Si vous désirez vous renseigner d’avantage au sujet de ce que nous pouvons faire pour vous, veuillez communiquer avec le Service de la rédaction de LA COULISSE, au 514.994.0967, ou via notre formulaire de contact au : https://lacoulisse.ca/staff-list/communiquer/

Michel A. Di Iorio, fondateur de LA COULISSE

Références

À propos de l'auteur...

Fondateur et rédacteur en chef de LA COULISSE

MICHEL A. DI IORIO, fondateur et rédacteur en chef de « LA COULISSE » a troqué, au tournant du siècle dernier, la vie publique et la notoriété pour exercer une carrière moins flamboyante, bien qu'aussi satisfaisante. À ces fins, et comme véhicule, il a fondé « LES MOTS JUSTES », d’où il exerce depuis lors la profession d'artisan des mots et traducteur. Il répond (par télétravail) aux besoins de sa clientèle; petits et plus gros... riches et moins riches... publics et privés. Il écrit et traduit pour ceux qui ne savent pas comment, qui ne peuvent pas, qui n’ont pas le temps ou qui ne sont tout simplement pas de très bons rédacteurs, laissant ses clients libres de poursuivre leurs activités principales.

 

Plus de 30 années à œuvrer dans les arènes politiques, commerciales et privées ont contribué au perfectionnement de ses compétences, faisant de lui un communicateur respecté, dont les avis et les conseils sont recherchés. Dix-sept de ces années furent consacrées aux services d’urgence, toutes branches confondues. Une plume fertile et le désir de redonner lui ont valu un siège au sein d’un nombre de comités de sélection de projets et de conseils d’administration d’associations régionales et de chambres de commerce. Ces opportunités, combinées à la notoriété acquise comme spécialiste de la communication en politique provinciale, ont contribué à paver le parcours menant à sa vocation d’écrivain public et traducteur. Ses compétences continuent de commander l’admiration et le respect de ses pairs.

 

Un visionnaire de la communication, Michel s’est adapté au marché évolutif à l'aube du nouveau millénaire en offrant un ensemble de services en communication, conçu pour les petites et moyennes entreprises, en misant sur une approche personnalisée, et le respect absolu des dates de tombée.

 

Il greffa à son offre un service d’hébergement Web géré, ainsi que les services connexes afin de mieux servir une clientèle évolutive, à la recherche de solutions clé en main facilement accessibles.

 

Depuis 2013, il rédige et publie le magazine « LA COULISSE » (lacoulisse.ca), qui offre un topo sur l'entrepreneur québécois du nouveau millénaire, ainsi qu'une vitrine sur les entrepreneurs obscurs qui n'ont pas pignon sur rue.

 

Il comprend parfaitement les enjeux politiques et les défis linguistiques associés aux affaires dans sa province natale, ainsi que dans le reste du Canada.

 

Pour « LES MOTS JUSTES », il n’y a tout simplement pas de meilleur choix!

 

Services : Conception-rédaction / traduction / révision de texte / réécriture (français / anglais / français), Services Web.

 

Michel possède une solide expérience de la communication commerciale, des services d’urgence et de la politique. Originaire du Québec, il maitrise les deux langues officielles du Canada avec autant de flair.

 

Que ce soit au Québec, en Amérique du Nord, ou ailleurs dans le monde, « LES MOTS JUSTES » de Michel A. Di Iorio seront à votre service pour véhiculer votre message...

 

LES MOTS JUSTES - Nous changeons le monde... un mot à la fois!

Laisser un commentaire

RECOMMANDATION DE LECTURE…

Quelques régurgitées…

Suite… →
%d blogueurs aiment cette page :