Loading…
Vous êtes ici :  Accueil  >  En primeur  >  Article le plus récent

La porte battante des milléniaux…

par   /   26 octobre 2016  /   Aucun commentaire

« Chaque génération adopte le chant
qui lui convient… »
— Yasmina Khadra

« Les millénaires émanent de la sueur en fut, alors que les boomers doivent boire le calice jusqu’à la lie… »
Michel A. Di Iorio

.

LES COULIS de SAGESSE   

.

La porte battante  des milléniaux…

Une réflexion empirique à l’attention des travailleurs autonomes actuels et en devenir,
signée Michel A. Di Iorio.

La porte battante des milléniaux… suscite dans mon esprit des images mentales de portes de saloon se refermant énergiquement sur l’arrière-train d’un jeune employé en quittant un entretien infructueux avec son patron, et je souris malgré moi. Ce n’est pas que je suis méchant, mais je peux compatir avec la frustration découlant d’un imbroglio généré par une divergence de priorités entre le patron et un(e) jeune employé(e), même si j’en ai vu d’autres durant ma carrière. Malgré cela, plusieurs patrons vous diront que cette génération de travailleurs est de loin la plus difficile à gérer… mais pourquoi?

D’abord, qui sont ces milléniaux? Selon William Strauss et Neil Howe, réputés être les architectes de ce terme, les milléniaux seraient aujourd’hui âgés de 16 à 36 ans, soit plus du quart (27.39 % pour être plus précis) de la population actuelle du Québec. Bien qu’une approximation grossière et discutable, ce groupe d’âge représente la tranche la plus épaisse d’arrivants sur le marché de l’emploi, et les patrons, pour la plupart des boomers, doivent composer avec une divergence importante de priorités entre l’establishment et la relève. En effectuant une recherche pour alimenter ce billet, je m’aperçois que des collègues de moins de 35 ans considèrent, pour plusieurs, qu’ils sont juste mal connus.

Ils se distinguent des baby-boomers (l’establishment) de plusieurs façons, notamment sur le plan du temps; ils étudient plus longtemps, et partent de la maison plus vieux. Ils prennent généralement plus de temps avant de se caser dans une carrière, et ils se marient plus tard. Ils ont des enfants plus vieux, et ils passent plus de temps en ligne que leurs parents et grands-parents, dont une grande portion se dépense sur les réseaux sociaux (au Québec, selon le CEFRIO, les adultes âgés de 18 à 34 ans sont 78 % à posséder un téléphone intelligent, contre 53 % pour l’ensemble des adultes québécois).

Les valeurs, le comportement et la vision des milléniaux sont très différents de ceux des générations précédentes, et pour cause. Selon Catherine Légaré, présidente fondatrice d’Academos, il s’agit d’un groupe visible qui n’hésite pas à prendre sa place dans la société. Un article publié dans l’Infopresse du 02 juillet 2015 les décrit comme un groupe qui se distingue et qui s’exprime, citant les démonstrations étudiantes du printemps érable pour illustrer leur volonté et leur capacité à se faire entendre. Madame Légaré poursuit en déclarant que « La génération des milléniaux se distingue des précédentes par ses valeurs et son rapport avec la technologie. » Nés avec un joystick à la main, ils sont hyper connectés.

Cette observation confirme le malaise ressenti par des employés plus avancés en âge devant la capacité d’apprentissage et la vitesse des plus jeunes à maitriser les nouvelles technologies, en particulier lorsqu’il s’agit de transitionner à de nouveaux logiciels, et à adopter de nouveaux outils de travail, par exemple. Décidément, les milléniaux sont plus indépendants, moins tolérants et plus mobiles que leurs prédécesseurs, et ça perplexe les services de RH qui doivent composer avec la fluidité croissante de la nouvelle vague de main d’œuvre…

http://les-mots-justes.net - Services de rédaction et de traduction

La gaffe, et la solution…

Les valeurs profondes des milléniaux furent ébranlées en observant la répression associée à la vie « encadré » de leurs prédécesseurs. L’arrivée des nouvelles technologies a transformé le monde entier en terrain de jeux pour la génération Y, et le voyage figure en tête de liste sur leur palmarès. La vie ne se vis pas de 9 à 5 pour eux, et les employeurs vous le diront. D’ailleurs, ils sont de plus en plus nombreux à effectuer une partie de leur charge de travail en marge de leurs horaires personnels, et quand les horaires personnels et professionnels ne concordent plus, ils se dissocient de l’employeur actuel sans regret. Plusieurs vont jusque devenir travailleurs autonomes et pigistes, préférant bosser sans l’encadrement rigide qu’on leur impose.

La gaffe, si elle en est une, repose avec nous qui les avons élevés à revendiquer leurs droits à se tenir debout en face de l’opposition, et à faire marche arrière quand ça ne fait plus l’affaire. Nous leur avons enseigné l’importance de réussir leur vie en tenant compte de sa fragilité, de sa singularité et de sa valeur intrinsèque… et ils ont compris. Pourquoi alors sommes-nous sidérés en apprenant qu’ils rejettent nos principes, nos valeurs et nos notions anachroniques d’un encadrement professionnel acceptable?

L’adage « On récolte ce que l’on sème… » est devenu le dogme des millénaires, et ils ne s’en cachent pas. Ils n’endurent point les situations jugées intolérables, quitte à réinventer les règles du jeu. Cela se traduit, pour les employeurs, par une mobilité accrue de la force ouvrière dans le marché du travail au Québec, et le monde « at large ».

Il faut donc s’adapter à cette nouvelle réalité, selon moi, en puisant dans notre réserve d’expérience avec un esprit ouvert pour ouvrir le dialogue avec la relève, car s’il est vrai qu’ils sont actuellement au service de l’establishment, il est aussi vrai qu’ils nous tasseront à leur tour le moment venu. Il y a donc tout lieu, je crois, d’éviter les clichés en lien avec l’âgisme. Il suffit d’être à leur écoute, et de les considérer, à juste titre, comme membres à part entière de l’équipe, et de promouvoir l’objectif commun.

Il n’y a pas de solution miracle pour inciter les milléniaux à emboîter le pas dans un sentier préconçu, car ils savent où ils vont, et ils sont disposés à prendre les moyens pour y arriver. Il existe cependant des pistes de solutions qu’on feraient mieux de suivre afin de favoriser un climat de travail plus sain et productif. Dans le court terme, il y a lieu, selon moi, de maximiser l’apport d’employés plus expérimentés en instaurant un climat de mentorat, de travail d’équipe et de collaboration, tempéré d’une écoute attentive et respectueuse aux revendications et aux suggestions des nouveaux employés en vue de parer aux imprévus.

Mot de la fin…

Nous étions jadis plus jeunes, plus fougueux, plus téméraires et cavaliers à notre tour, et malgré cela, nous avons réussi à changer le monde. Il est temps pour nous de faire une place à la relève afin de les préparer à changer le monde à leur tour. Ça ne se fera sans doute pas de la même façon ni en ne suivant les mêmes paramètres que nous, mais je vous passe un papier que ça promet d’être spectaculaire.

Merci de m’avoir lu, et bonne vie!

Michel A. Di Iorio, fondateur de LA COULISSE

Partager mon « X »

Je veux partager mon « X » avec vous qui suivez l’aventure du magazine LA COULISSE depuis son lancement en 2013! Pour y arriver, je vous offre par l’intermédiaire de mes billets hebdomadaires des liens utiles vers des outils pratiques en ligne, et un véhicule pour distribuer votre histoire parmi les travailleurs autonomes actuels et en devenir. Que ces derniers se retrouvent sur Linked-In, Facebook, Twitter, Google+, Pinterest, Reddit, Tumblr ou Pocket, LA COULISSE y cultive une présence en y publiant des billets hebdomadaires, des billets occasionnels signés par ses membres contributeurs, ainsi que des anecdotes tirées du vécu.

À titre d’information, le magazine LA COULISSE double son lectorat chaque année depuis sa fondation. Le magazine s’adresse à un lectorat varié, qui inclut des travailleurs indépendants actuels et en devenir, des journalistes, des chasseurs de têtes, des professionnels, des représentants de divers ministères, des chefs d’entreprise de toutes tailles, des annonceurs, des représentants de compagnies de publicité, des artistes, des paramédics, des policiers, des pompiers, des fonctionnaires, etc.

Je vous offre donc un lectorat sérieux qui ne demande qu’à lire vos histoires, que je vous invite à me soumettre en cliquant d’abord sur les critères de sélection. Une fois que vous aurez pris connaissance de ces critères, vous n’aurez qu’à me transmettre votre texte par courriel, en prenant soin d’inclure vos coordonnées afin que je puisse communiquer avec vous, au besoin. Veuillez noter que je ne communiquerai qu’avec les auteurs dont les histoires auront été retenues.

Ah oui, j’allais oublier… cette opportunité de partager mon « X » vous est offerte sans frais!

J’ai hâte de vous lire…

Qu’en pensez-vous?

Tout le monde a une histoire à raconter. Si vous désirez partager les opportunités qui ont marqué votre parcours, écrivez-moi à info@lacoulisse.ca, ou sur les réseaux sociaux. N’ayez crainte, il me fera plaisir de vous répondre avec diligence. Votre histoire pourrait aider un travailleur autonome en devenir, alors je vous invite à la partager avec nous dans LA COULISSE.

Je vous souhaite une bonne réflexion, des affaires prospères, et une abondance de poussières de bonheur!

N’hésitez pas à commenter la présente réflexion, et à partager ce lien avec vos amis et collègues.

Michel A. Di Iorio
Rédacteur en chef et fondateur de 
LA COULISSE
Rédaction et publicité : 514.994.0967
info@lacoulisse.ca

PS — Pour faire partie de ma nouvelle liste de distribution, veuillez m’envoyer un courriel à : info@lacoulisse.ca avec la mention « abonnez-moi ». C’est gratuit!

Références et lectures complémentaires

Sources et guides

Médias écrits

Pour annoncer dans LA COULISSE, cliquez ICI

Publicité dans LA COULISSE

pr-sample2

Pour jouir d’une visibilité privilégiée dans une revue spécialisée, lue par des collègues, partenaires, fournisseurs, compétiteurs et T/A (anciens, en devenir et actuels)… annoncez-vous dans « LA COULISSE ».  

La simplicité vaut son pesant d’or! Avec l’aide de « LA COULISSE », votre site Web peut être en ligne en moins de temps et à peu de frais pour véhiculer votre message! Communiquez avec nous au (514) 994-0967 pour connaitre nos forfaits Webs et/ou publicitaires. Nous offrons des forfaits pour tous les besoins/budgets, incluant une option Web gérée sur plateforme WordPress, accessible aux travailleurs autonomes et aux petits entrepreneurs.

« LA COULISSE » offre un topo sur le monde insolite du Québec entrepreneurial. Suivez-nous dans « LA COULISSE » à la recherche de novateurs québécois méconnus, et accédez à une multitude d’outils pour vous aider à lancer votre propre entreprise!

Nous connaissons tous la valeur d’une publicité efficace, mais peu de travailleurs autonomes disposent d’un budget publicitaire assez bien garni pour lancer leur nouvelle entreprise avec assurance.

La publicité, c’est souvent une affaire de gros sous, mais « LA COULISSE » ne voit pas les choses ainsi. Ses promoteurs savent combien il est difficile de se démarquer, faute de liquidités.

« LA COULISSE » lève le voile sur l’entrepreneur fantôme qui travaille de son garage, ou tout bêtement du coin de sa table de cuisine pour vous offrir une marchandise ou un service de qualité, à prix et à conditions avantageuses!

« LA COULISSE » vous propose des histoires insolites et cocasses, ainsi qu’un coup d’oeil privilégié sur les dessous du Québec entrepreneurial en vous présentant les novateurs méconnus du Québec.

Joignez-vous à « LA COULISSE » pour un bref survol du Québec de demain, grâce aux efforts conjugués des travailleurs autonomes et des entrepreneurs québécois d’aujourd’hui!


                     D1

Service de la rédaction : 514-994-0967

Écrivez-nous à : info@lacoulisse.ca

Publicité : 514-994-0967

Service d’assistance au client : Cliquer sur l’image ci-dessous.

Puis-je vous aider?

Service d’assistance au client

D1

Vous avez une bonne plume?

Vous avez vécu une situation cocasse ou insolite, cueillie, murie, vieillie ou même pourrie dans l’univers du travail autonome? Si vous croyez que d’autres apprécieraient votre anecdote, rendez-vous ICI pour connaître les critères de soumission d’articles à « LA COULISSE ».

Faites connaître LA COULISSE à vos amis et collègues entrepreneurs / travailleurs autonomes… 

Vous avez apprécié ce billet? Aidez-moi à faire connaître LA COULISSE en partageant ce billet sur vos réseaux sociaux. Pour ce faire, vous n’avez qu’à cliquer sur les icônes des réseaux sociaux que vous utilisez.

Merci.

N.B. L’utilisation du genre masculin a été adoptée afin de faciliter la lecture et n’a aucune intention discriminatoire.

À propos de l'auteur...

Fondateur et rédacteur en chef de LA COULISSE

MICHEL A. DI IORIO, fondateur et rédacteur en chef de « LA COULISSE » a troqué, au tournant du siècle dernier, la vie publique et la notoriété pour exercer une carrière moins flamboyante, bien qu'aussi satisfaisante. À ces fins, et comme véhicule, il a fondé « LES MOTS JUSTES », d’où il exerce depuis lors la profession d'artisan des mots et traducteur. Il répond (par télétravail) aux besoins de sa clientèle; petits et plus gros... riches et moins riches... publics et privés. Il écrit et traduit pour ceux qui ne savent pas comment, qui ne peuvent pas, qui n’ont pas le temps ou qui ne sont tout simplement pas de très bons rédacteurs, laissant ses clients libres de poursuivre leurs activités principales.

 

Plus de 30 années à œuvrer dans les arènes politiques, commerciales et privées ont contribué au perfectionnement de ses compétences, faisant de lui un communicateur respecté, dont les avis et les conseils sont recherchés. Dix-sept de ces années furent consacrées aux services d’urgence, toutes branches confondues. Une plume fertile et le désir de redonner lui ont valu un siège au sein d’un nombre de comités de sélection de projets et de conseils d’administration d’associations régionales et de chambres de commerce. Ces opportunités, combinées à la notoriété acquise comme spécialiste de la communication en politique provinciale, ont contribué à paver le parcours menant à sa vocation d’écrivain public et traducteur. Ses compétences continuent de commander l’admiration et le respect de ses pairs.

 

Un visionnaire de la communication, Michel s’est adapté au marché évolutif à l'aube du nouveau millénaire en offrant un ensemble de services en communication, conçu pour les petites et moyennes entreprises, en misant sur une approche personnalisée, et le respect absolu des dates de tombée.

 

Il greffa à son offre un service d’hébergement Web géré, ainsi que les services connexes afin de mieux servir une clientèle évolutive, à la recherche de solutions clé en main facilement accessibles.

 

Depuis 2013, il rédige et publie le magazine « LA COULISSE » (lacoulisse.ca), qui offre un topo sur l'entrepreneur québécois du nouveau millénaire, ainsi qu'une vitrine sur les entrepreneurs obscurs qui n'ont pas pignon sur rue.

 

Il comprend parfaitement les enjeux politiques et les défis linguistiques associés aux affaires dans sa province natale, ainsi que dans le reste du Canada.

 

Pour « LES MOTS JUSTES », il n’y a tout simplement pas de meilleur choix!

 

Services : Conception-rédaction / traduction / révision de texte / réécriture (français / anglais / français), Services Web.

 

Michel possède une solide expérience de la communication commerciale, des services d’urgence et de la politique. Originaire du Québec, il maitrise les deux langues officielles du Canada avec autant de flair.

 

Que ce soit au Québec, en Amérique du Nord, ou ailleurs dans le monde, « LES MOTS JUSTES » de Michel A. Di Iorio seront à votre service pour véhiculer votre message...

 

LES MOTS JUSTES - Nous changeons le monde... un mot à la fois!

Laisser un commentaire

RECOMMANDATION DE LECTURE…

Livres de Minutes (originaux) de la Belmont Park Company Limited

Le making of «Cartierville et son parc Belmont ©» — Épisode 4

Suite… →
%d blogueurs aiment cette page :