Loading…
Vous êtes ici :  Accueil  >  En primeur  >  Article le plus récent

La pollution technologique…

par   /   24 janvier 2018  /   Commentaires fermés sur La pollution technologique…

« Notre technologie a dépassé notre humanité. » — Albert Einstein

« La communication se limite maintenant aux textos, aux sextos,
et aux sondages.
 » — Michel A. Di Iorio

Les COULIS de SAGESSE

Une réflexion sur le travail indépendant, sur la vente, et le service à la clientèle… signée Michel A. Di Iorio.

La pollution technologique…

(Temps de lecture = moins de 3 minutes)

Si la pollution technologique commence à vous indigner, sachez que nous n’êtes-pas les seuls qui en sont affectés. La génération des boomers a été témoin de l’explosion technologique du 20e siècle qui nous a vu sortir de l’ère industrielle pour nous plonger dans les limbes de la communication anonyme. Pour mieux illustrer, songez aux textos en 280 caractères qui risquent de provoquer l’anéantissement de la civilisation moderne par les propos insultants et vantards de l’un et de l’autre. Plus besoin que d’un ordinateur et d’un égo surgonflé pour insulter quelqu’un à l’autre bout du monde…

Au lieu de nous parler entre quatre yeux, et de vive voix, nous en sommes réduits, grâce à la prolifération des nouvelles technologies de la communication, aux échanges textuels impersonnels, froids et télégraphiques pour saluer, proposer, séduire, flusher, conclure un marché, vendre, annuler le tout, eh oui… pour permettre à nos Tweeters-vedettes de décider du sort de la race humaine, à notre insu, bien évidemment. 

Sur un côté plus personnel, ce qui vient me chercher encore plus dans le particulier est d’être invité chez quelqu’un qui passe la moitié de ma visite à vérifier son flux de Facebook, et répondre à des textos envahissants au lieu de me parler en me regardant dans les yeux, une véritable nomophobie! J’arrive même parfois à me demander si j’ai bien fait d’accepter l’invitation, car je me sens de trop. Je ne vise personne en particulier par mes propos, mais si le chapeau fait… et je vous offre un gros mea culpa, car ça m’arrive aussi.

customer service bell

Sur un plan plus pragmatique, ce qui m’insulte est de m’adresser à un vendeur (représentant, associé, gérant, préposé à l’entretien) qui me coupe en pleine phrase pour répondre à un texto insistant provenant d’un expéditeur qui ne veut pas attendre son tour, comme si le sort de l’humanité en dépendait.

Il y eut un temps où nous n’avions qu’un téléphone (une ligne unique), une « sonnette à taloche », une tablette (papier) et un crayon, et une brocheuse sur le bureau. Ce fut l’ère de préstarisation des boîtes vocales. Les préposés répondaient prioritairement aux clients, car le client était roi… leur sécurité d’emploi en dépendait! On répondait poliment en demandant le numéro de rappel, et on en finissait avec le client devant soi avant de retourner l’appel. C’était ce qu’on appelait le GBS (gros bon sens).

Mais, y a-t-il de quoi de plus con à votre avis qu’un grand magasin qui fait installer 4 lignes pour desservir 7 départements, mais n’engage aucune téléphoniste pour redistribuer les appels, laissant sonner indéfiniment les téléphones, car il y a des clients en chair et en os à servir. Pire encore (et je vous le jure que ça m’est arrivé) la/le préposé(e) à qui vous vous adressez s’excuse pour répondre au téléphone, et au lieu de rappeler l’interlocuteur entre deux clients en chair et en os, elle/il répondent à la demande de l’interlocuteur pendant que vous attendez?

Le dernier-né des nouvelles technologies de la communication est la redirection automatique selon l’une des 5 options suivantes, dont chacune offre cinq options additionnelles pour nous mettre le feu, car après 5 ou dix minutes de « Veuillez SVP choisir l’une des cinq options suivantes », on arrive même à oublier la raison de notre appel — grrr…

La surenchère technologique ne vaut pas la frustration occasionnée au client qui finira par se lasser d’être traité comme s’il n’était qu’un client… 

La pollution technologique

Une communication efficace, mais envahissante…

Prenons un petit moment pour y réfléchir… avez-vous remarqué qu’au lieu de se/vous parler, vos jeunes ont plus souvent les yeux rivés sur leur écran de téléphone? Leur génération est venue au monde avec un manche à balai (joystick) dans les mains. Pour eux. le doigté ne commence pas avec « a-s-d-f ». Il commence par « lol » et se termine dans une marée d’émoticônes. Ce que nous, en tant que parents, avons négligé de leur apprendre, c’est l’importance du contact personnel, et ça se répercutera dans leur vie d’adultes avertis, mais solitaires.

Les textos se veulent une méthode de communication efficace, car ils limitent les interventions à un minimum de mots, mais il faut se demander s’il n’est pas contreproductif de leur donner un moyen de communiquer sans se parler, sans se regarder dans le blanc des yeux, et sans se toucher… 

La technologie n’est qu’un outil parmi d’autres, et si je me fie sur l’inefficacité de l’informatique qui devait à l’origine expédier ma sortie d’une pharmacie, je crains que nos jeunes empruntent la mauvaise voie…

Les mots justes… un rappel amical!

http://les-mots-justes.net - Services de rédaction et de traduction

La gaffe, et la solution…

La gaffe, si elle existe, est de se croire abattu à la moindre contrariété. La réussite ne se gagne qu’au poids de la défaite, sinon nous ne saurions comment la reconnaitre. Chaque défaite est une leçon qui se greffe aux précédentes… 

La solution, quant à moi, consiste en la planification d’emploi stratégique du moment de répit offert à ce moment de l’année pour suivre une formation pertinente, réorganiser son bureau, faire le ménage de son carnet d’adresses en rappelant à chaque client combien son succès vous tient à cœur…  

La contrainte, si contrainte il y a, est encore et toujours la peur de perdre sa place au profit d’un tiers. Le client n’est pas toujours près d’acheter, mais lorsqu’il le sera, il préfèrera savoir où se diriger. C’est à nous de lui indiquer le bon chemin.   

Mon opinion personnelle — Je crois que nous devrions tenter d’éduquer notre clientèle à rester ouvert aux nouvelles technologies, comme aux nouvelles opportunités que nous leur présenterons, tout en leur rappelant que nous resterons à leur écoute. Le temps est venu pour nous de sortir de notre zone de confort afin d’explorer ce qui nous entoure.

Février approche… soyons prêts! 

Aux futurs entrepreneurs, il y a toujours moyen de mettre les chances de réussite de votre côté en vous préparant adéquatement tout d’abord, et en évaluant la pertinence des outils et liens qui vous sont offerts ICI.

Mise en garde

Prenez garde de ne pas laisser votre témérité mettre la sécurité de vos proches ni la vôtre en péril, car il n’existe aucune police d’assurance contre l’échec, et le parcours du travailleur autonome est parsemé d’embûches contre lesquelles vous feriez mieux de vous préparer.

Il n’est pas de mon intention d’endosser un quelconque service ou organisme en rédigeant ce billet. Mon intention fut de vous soumettre ma perspective sur les questions soulevées, et de vous offrir quelques pistes de solutions pour vous aider à voir plus clair.

Voilà l’essentiel de ma réflexion. Je vous souhaite la sagesse de Confucius, la vision de Murphy, la chance de Midas, et le temps de vous tricoter le succès que vous convoitez.

Pour les travailleurs autonomes en devenir ou actuels, je vous offre les liens ci-dessous pour vous aider dans vos démarches de recherche.

Mot de la fin… (RESSOURCES)

Pour vous aider dans vos recherches, LA COULISSE met à votre disposition une multitude de liens vers des sites de ressources légales, gouvernementales, techniques, financières, outils en ligne… ICI, ICI et ICI! L’accès vers ces ressources depuis notre site Internet est offert gratuitement, et n’arrêtez pas de lire, car les sections ci-après offrent des outils supplémentaires.

Voilà, c’est à vous de jouer maintenant!

Merci de m’avoir lu. Je vous souhaite une bonne réflexion, une démarche fructueuse, et surtout… une bonne vie!

Michel A. Di Iorio, fondateur de LA COULISSE

Qu’en pensez-vous?

Tout le monde a une histoire à raconter. Si vous désirez partager les opportunités qui ont marqué votre parcours, écrivez-moi à info@lacoulisse.ca, ou sur les réseaux sociaux. N’ayez crainte, il me fera plaisir de vous répondre avec diligence. Votre histoire pourrait aider un travailleur autonome en devenir, alors je vous invite à la partager avec nous dans LA COULISSE.

Je vous souhaite une bonne réflexion, des affaires prospères, et une abondance de poussières de bonheur!

N’hésitez pas à commenter la présente réflexion, et à partager ce lien avec vos amis et collègues.

Michel A. Di Iorio
Rédacteur en chef et fondateur de 
LA COULISSE
Rédaction et publicité : 514.994.0967

info@lacoulisse.ca

PS — Pour faire partie de ma nouvelle liste de distribution, veuillez m’envoyer un courriel à : info@lacoulisse.ca avec la mention « abonnez-moi ». C’est gratuit!

Références et lectures complémentaires

Sources et guides

Médias écrits

Pour annoncer dans LA COULISSE, cliquez ICI

Publicité dans LA COULISSE

pr-sample2

Pour jouir d’une visibilité privilégiée dans une revue spécialisée, lue par des collègues, partenaires, fournisseurs, compétiteurs et T/A (anciens, en devenir et actuels)… annoncez-vous dans « LA COULISSE ».  

La simplicité vaut son pesant d’or! Avec l’aide de « LA COULISSE », votre site Web peut être en ligne en moins de temps et à peu de frais pour véhiculer votre message! Communiquez avec nous au (514) 994-0967 pour connaitre nos forfaits Webs et/ou publicitaires. Nous offrons des forfaits pour tous les besoins/budgets, incluant une option Web gérée sur plateforme WordPress, accessible aux travailleurs autonomes et aux petits entrepreneurs.

« LA COULISSE » offre un topo sur le monde insolite du Québec entrepreneurial. Suivez-nous dans « LA COULISSE » à la recherche de novateurs québécois méconnus, et accédez à une multitude d’outils pour vous aider à lancer votre propre entreprise!

Nous connaissons tous la valeur d’une publicité efficace, mais peu de travailleurs autonomes disposent d’un budget publicitaire assez bien garni pour lancer leur nouvelle entreprise avec assurance.

La publicité, c’est souvent une affaire de gros sous, mais « LA COULISSE » ne voit pas les choses ainsi. Ses promoteurs savent combien il est difficile de se démarquer, faute de liquidités.

« LA COULISSE » lève le voile sur l’entrepreneur fantôme qui travaille de son garage, ou tout bêtement du coin de sa table de cuisine pour vous offrir une marchandise ou un service de qualité, à prix et à conditions avantageuses!

« LA COULISSE » vous propose des histoires insolites et cocasses, ainsi qu’un coup d’oeil privilégié sur les dessous du Québec entrepreneurial en vous présentant les novateurs méconnus du Québec.

Joignez-vous à « LA COULISSE » pour un bref survol du Québec de demain, grâce aux efforts conjugués des travailleurs autonomes et des entrepreneurs québécois d’aujourd’hui!


                     D1

Service de la rédaction : 514-994-0967

Écrivez-nous à : info@lacoulisse.ca

Publicité : 514-994-0967

Service d’assistance au client : Cliquer sur l’image ci-dessous.

Puis-je vous aider?

Service d’assistance au client

D1

Vous avez une bonne plume?

Vous avez vécu une situation cocasse ou insolite, cueillie, murie, vieillie ou même pourrie dans l’univers du travail autonome? Si vous croyez que d’autres apprécieraient votre anecdote, rendez-vous ICI pour connaître les critères de soumission d’articles à « LA COULISSE ».

Faites connaître LA COULISSE à vos amis et collègues entrepreneurs / travailleurs autonomes… 

Vous avez apprécié ce billet? Aidez-moi à faire connaître LA COULISSE en partageant ce billet sur vos réseaux sociaux. Pour ce faire, vous n’avez qu’à cliquer sur les icônes des réseaux sociaux que vous utilisez.

Merci.

N.B. L’utilisation du genre masculin a été adoptée afin de faciliter la lecture et n’a aucune intention discriminatoire.

À propos de l'auteur...

Fondateur et rédacteur en chef de LA COULISSE

MICHEL A. DI IORIO, fondateur et rédacteur en chef de « LA COULISSE » a troqué, au tournant du siècle dernier, la vie publique et la notoriété pour exercer une carrière moins flamboyante, bien qu'aussi satisfaisante. À ces fins, et comme véhicule, il a fondé « LES MOTS JUSTES », d’où il exerce depuis lors la profession d'artisan des mots et traducteur. Il répond (par télétravail) aux besoins de sa clientèle; petits et plus gros... riches et moins riches... publics et privés. Il écrit et traduit pour ceux qui ne savent pas comment, qui ne peuvent pas, qui n’ont pas le temps ou qui ne sont tout simplement pas de très bons rédacteurs, laissant ses clients libres de poursuivre leurs activités principales.

 

Plus de 30 années à œuvrer dans les arènes politiques, commerciales et privées ont contribué au perfectionnement de ses compétences, faisant de lui un communicateur respecté, dont les avis et les conseils sont recherchés. Dix-sept de ces années furent consacrées aux services d’urgence, toutes branches confondues. Une plume fertile et le désir de redonner lui ont valu un siège au sein d’un nombre de comités de sélection de projets et de conseils d’administration d’associations régionales et de chambres de commerce. Ces opportunités, combinées à la notoriété acquise comme spécialiste de la communication en politique provinciale, ont contribué à paver le parcours menant à sa vocation d’écrivain public et traducteur. Ses compétences continuent de commander l’admiration et le respect de ses pairs.

 

Un visionnaire de la communication, Michel s’est adapté au marché évolutif à l'aube du nouveau millénaire en offrant un ensemble de services en communication, conçu pour les petites et moyennes entreprises, en misant sur une approche personnalisée, et le respect absolu des dates de tombée.

 

Il greffa à son offre un service d’hébergement Web géré, ainsi que les services connexes afin de mieux servir une clientèle évolutive, à la recherche de solutions clé en main facilement accessibles.

 

Depuis 2013, il rédige et publie le magazine « LA COULISSE » (lacoulisse.ca), qui offre un topo sur l'entrepreneur québécois du nouveau millénaire, ainsi qu'une vitrine sur les entrepreneurs obscurs qui n'ont pas pignon sur rue.

 

Il comprend parfaitement les enjeux politiques et les défis linguistiques associés aux affaires dans sa province natale, ainsi que dans le reste du Canada.

 

Pour « LES MOTS JUSTES », il n’y a tout simplement pas de meilleur choix!

 

Services : Conception-rédaction / traduction / révision de texte / réécriture (français / anglais / français), Services Web.

 

Michel possède une solide expérience de la communication commerciale, des services d’urgence et de la politique. Originaire du Québec, il maitrise les deux langues officielles du Canada avec autant de flair.

 

Que ce soit au Québec, en Amérique du Nord, ou ailleurs dans le monde, « LES MOTS JUSTES » de Michel A. Di Iorio seront à votre service pour véhiculer votre message...

 

LES MOTS JUSTES - Nous changeons le monde... un mot à la fois!

RECOMMANDATION DE LECTURE…

Adapter ou disparaitre…

Suite… →
%d blogueurs aiment cette page :