Loading…
Vous êtes ici :  Accueil  >  En primeur  >  Article le plus récent

La FIN de l’entrepreneuriat au Québec?

par   /   21 septembre 2016  /   Aucun commentaire

..« La meilleure façon de prédire l’avenir est de le créer! » — Peter F. Drucker

« La meilleure façon de supprimer l’avenir est de jouer à l’autruche… »
Michel A. Di Iorio

.

LES COULIS de SAGESSE   

La FIN de l’entrepreneuriat au Québec?

Une réflexion empirique à l’attention des travailleurs autonomes actuels et en devenir,
signée Michel A. Di Iorio.

Est-ce la fin de l’entrepreneuriat au Québec? Voilà une question qui touche tous les boomers qui envisagent le soleil réconfortant d’un transfert de pouvoir, ou le parapluie d’une fermeture stérile (sans relève qualifiée). En effectuant ma lecture hebdomadaire sur le sujet, la réalité est venue me brasser violemment la cage en me criant cette vérité à tue-tête. Quand la poussière a retombée,  les deux bras m’ont tombé avec…

Même si je vous en parle depuis un moment, j’avoue que la portée véritable de cette réalité m’échappait, car je n’envisageais pas encore ma retraite éventuelle de la vie active, Mais, même si cette éventualité figure encore assez loin sur ma liste de priorités, quelques-uns de mes meilleurs clients affrontent les conséquences d’un manque de relève motivée et qualifiée, se voyant trop souvent dans l’obligation de dire « bo-bye » à une retraite longuement anticipée par une vente éventuelle qui ne se réalisera pas, et ça, ça fait mal à l’économie québécoise…

Il faut se sortir la tête du sable, et regarder autour de soi pour constater que le nombre d’entrepreneurs diminue plus vite au Québec que dans le reste du Canada. Selon Michael Sabia, président de la Caisse de dépôt et placement du Québec, « Entre 2013 et 2018, le nombre de propriétaires d’entreprises diminuera à 155.600 – une décroissance de 20.200 ». Eh bien… ce n’est pas rien, ça!

Selon Alexandra Dawson, chargée de cours du John Molson School of Business, il y a une corrélation entre l’éducation et les intentions entrepreneuriales. Un facteur à considérer est lié, selon elle, au changement de garde. « Les tendances démographiques, non seulement au Québec et dans le reste du Canada, mais également dans le reste du monde démontrent que les baby boomers (propriétaires de commerces) vieillissent. »

Une récente étude de la CIBC confirme que 30 % des propriétaires de commerces au Canada cèderont le contrôle de leurs entreprises au cours des cinq prochaines années. Sur les dix prochaines années, ce pourcentage pourrait grimper pour atteindre les 50 %.

Saviez-vous qu’environ 70 % des commerces au Québec sont des entreprises familiales, dont la succession est douteuse, au mieux. Les tendances à la baisse seraient-ils imputables à la retraite anticipée des baby boomers qui n’ont pas de relève pour la suite des choses?

http://les-mots-justes.net - Services de rédaction et de traduction

La solution…

Dans le meilleur des mondes, les parents, comme les familles de cultivateurs de jadis, génèreraient plusieurs enfants, dont les plus vieux assureraient la relève lorsque le moment serait venu, mais il y a, selon moi, très peu de chances que cela se produise de mon vivant. Les familles de cultivateurs confirmeront le déclin de cette tendance depuis la Révolution tranquille et l’augmentation délirante du coût de la vie. Les statistiques au Québec révèlent qu’environ le quart des jeunes de 18-25 ans déclarent une intention de lancer leur propre entreprise, mais dans les faits il n’y a qu’une infime minorité (genre 7,4 %) qui passe à l’acte.

La recherche démontre une corrélation directe entre les intentions et l’acte, devenant le meilleur indicateur, selon madame Dawson, du comportement éventuel des jeunes, incluant leurs tendances entrepreneuriales. La solution repose donc sur trois facteurs principaux :

  1. Les valeurs inculquées et les attitudes personnelles envers l’épanouissement de soi, l’accumulation de richesse, le stress associé et l’autonomie désirée.
  2. La perception générale de sa communauté et son réseau social sur ses intentions de carrière.
  3. La faisabilité d’exécuter le comportement prévu, ou la confiance de pouvoir mener à terme son projet.

Ce n’est pas surprenant en soi, car ces trois facteurs ont toujours fait partie de la recette, même s’il n’y a pas de garantie ferme que nos jeunes vont nécessairement emboiter le pas. La disponibilité d’occasions propices, le financement disponible, les conditions acceptables, et des choix plus faciles sont tous des facteurs déterminants, selon moi, de ce que nos jeunes décideront de faire, dont l’importance d’effectuer une bonne mise au point sur la disponibilité de ressources sur lesquelles ils pourront s’appuyer.

Si la tendance se maintient…

Si l’entrepreneuriat n’est pas intégré dans le curriculum scolaire, si l’encouragement positif par la valorisation de l’innovation et la reconnaissance de l’excellence ne sont pas au rendez-vous, les générations futures dépendront du tiers monde. Contrairement aux immigrés qui occupent des emplois saisonniers offerts par les pays dits « développés », nos jeunes préfèrent courir après des Pokémon…

Merci de m’avoir lu!

Partager mon X

Je veux partager mon X avec vous qui suivez l’aventure du magazine LA COULISSE depuis son lancement en 2013! Pour y arriver, je vous offre, par le biais de mes billets hebdomadaires, des liens utiles vers des outils pratiques en ligne, et un véhicule pour distribuer votre histoire parmi les travailleurs autonomes actuels et en devenir. Que ces derniers se retrouvent sur Linked-In, Facebook, Twitter, Google+, Pinterest, Reddit, Tumblr ou Pocket, rassurez-vous que LA COULISSE y cultive une présence en y publiant des billets hebdomadaires, des billets occasionnels signés par ses membres contributeurs, ainsi que mes anecdotes.

À titre d’information, le magazine LA COULISSE double son lectorat chaque année depuis sa fondation. Parmi celle-ci se retrouvent d’autres travailleurs indépendants, des chasseurs de têtes, des professionnels, des représentants de divers ministères, des chefs d’entreprise de toutes tailles, des annonceurs, des représentants de compagnies de publicité, des artistes, des paramédics, des policiers, des pompiers, des fonctionnaires, etc.

Je vous offre un lectorat digne de lire vos histoires que je vous invite à me soumettre en cliquant d’abord sur les critères de sélection. Une fois que vous aurez pris connaissance de nos critères de sélection, vous n’avez qu’à me les transmettre par courriel, en y incluant vos coordonnées afin que je puisse communiquer avec vous au besoin. Veuillez noter que je ne communiquerai qu’avec les auteurs dont les histoires auront été retenues.

J’ai hâte de vous lire…

Qu’en pensez-vous?

Tout le monde a une histoire à raconter. Si vous désirez partager les opportunités qui ont marqué votre parcours, je vous invite à commenter au bas de ce billet, ou sur les réseaux sociaux, et il me fera plaisir de vous répondre. Votre histoire pourrait aider un travailleur autonome en devenir. Je vous invite à la partager dans les pages de LA COULISSE.

Je vous souhaite une bonne réflexion, des affaires prospères, et une abondance de poussières de bonheur!

N’hésitez pas à commenter la présente réflexion, et à partager ce lien avec vos amis et collègues.

Michel A. Di Iorio
Rédacteur en chef et fondateur de 
LA COULISSE
Rédaction et publicité : 514.994.0967
info@lacoulisse.ca

PS — Pour faire partie de ma nouvelle liste de distribution, veuillez m’envoyer un courriel à : info@lacoulisse.ca avec la mention « abonnez-moi ». C’est gratuit!

Références et lectures complémentaires

Sources et guides

Médias écrits

Pour annoncer dans LA COULISSE, cliquez ICI

Publicité dans LA COULISSE

pr-sample2

Pour jouir d’une visibilité privilégiée dans une revue spécialisée, lue par des collègues, partenaires, fournisseurs, compétiteurs et T/A (anciens, en devenir et actuels)… annoncez-vous dans « LA COULISSE ».  

La simplicité vaut son pesant d’or! Avec l’aide de « LA COULISSE », votre site Web peut être en ligne en moins de temps et à peu de frais pour véhiculer votre message! Communiquez avec nous au (514) 994-0967 pour connaitre nos forfaits Webs et/ou publicitaires. Nous offrons des forfaits pour tous les besoins/budgets, incluant une option Web gérée sur plateforme WordPress, accessible aux travailleurs autonomes et aux petits entrepreneurs.

« LA COULISSE » offre un topo sur le monde insolite du Québec entrepreneurial. Suivez-nous dans « LA COULISSE » à la recherche de novateurs québécois méconnus, et accédez à une multitude d’outils pour vous aider à lancer votre propre entreprise!

Nous connaissons tous la valeur d’une publicité efficace, mais peu de travailleurs autonomes disposent d’un budget publicitaire assez bien garni pour lancer leur nouvelle entreprise avec assurance.

La publicité, c’est souvent une affaire de gros sous, mais « LA COULISSE » ne voit pas les choses ainsi. Ses promoteurs savent combien il est difficile de se démarquer, faute de liquidités.

« LA COULISSE » lève le voile sur l’entrepreneur fantôme qui travaille de son garage, ou tout bêtement du coin de sa table de cuisine pour vous offrir une marchandise ou un service de qualité, à prix et à conditions avantageuses!

« LA COULISSE » vous propose des histoires insolites et cocasses, ainsi qu’un coup d’oeil privilégié sur les dessous du Québec entrepreneurial en vous présentant les novateurs méconnus du Québec.

Joignez-vous à « LA COULISSE » pour un bref survol du Québec de demain, grâce aux efforts conjugués des travailleurs autonomes et des entrepreneurs québécois d’aujourd’hui!


                     D1

Service de la rédaction : 514-994-0967

Écrivez-nous à : info@lacoulisse.ca

Publicité : 514-994-0967

Service d’assistance au client : Cliquer sur l’image ci-dessous.

Puis-je vous aider?

Service d’assistance au client

D1

Vous avez une bonne plume?

Vous avez vécu une situation cocasse ou insolite, cueillie, murie, vieillie ou même pourrie dans l’univers du travail autonome? Si vous croyez que d’autres apprécieraient votre anecdote, rendez-vous ICI pour connaître les critères de soumission d’articles à « LA COULISSE ».

Faites connaître LA COULISSE à vos amis et collègues entrepreneurs / travailleurs autonomes… 

Vous avez apprécié ce billet? Aidez-moi à faire connaître LA COULISSE en partageant ce billet sur vos réseaux sociaux. Pour ce faire, vous n’avez qu’à cliquer sur les icônes des réseaux sociaux que vous utilisez.

Merci.

N.B. L’utilisation du genre masculin a été adoptée afin de faciliter la lecture et n’a aucune intention discriminatoire.

À propos de l'auteur...

Fondateur et rédacteur en chef de LA COULISSE

MICHEL A. DI IORIO, fondateur et rédacteur en chef de « LA COULISSE » a troqué, au tournant du siècle dernier, la vie publique et la notoriété pour exercer une carrière moins flamboyante, bien qu'aussi satisfaisante. À ces fins, et comme véhicule, il a fondé « LES MOTS JUSTES », d’où il exerce depuis lors la profession d'artisan des mots et traducteur. Il répond (par télétravail) aux besoins de sa clientèle; petits et plus gros... riches et moins riches... publics et privés. Il écrit et traduit pour ceux qui ne savent pas comment, qui ne peuvent pas, qui n’ont pas le temps ou qui ne sont tout simplement pas de très bons rédacteurs, laissant ses clients libres de poursuivre leurs activités principales.

 

Plus de 30 années à œuvrer dans les arènes politiques, commerciales et privées ont contribué au perfectionnement de ses compétences, faisant de lui un communicateur respecté, dont les avis et les conseils sont recherchés. Dix-sept de ces années furent consacrées aux services d’urgence, toutes branches confondues. Une plume fertile et le désir de redonner lui ont valu un siège au sein d’un nombre de comités de sélection de projets et de conseils d’administration d’associations régionales et de chambres de commerce. Ces opportunités, combinées à la notoriété acquise comme spécialiste de la communication en politique provinciale, ont contribué à paver le parcours menant à sa vocation d’écrivain public et traducteur. Ses compétences continuent de commander l’admiration et le respect de ses pairs.

 

Un visionnaire de la communication, Michel s’est adapté au marché évolutif à l'aube du nouveau millénaire en offrant un ensemble de services en communication, conçu pour les petites et moyennes entreprises, en misant sur une approche personnalisée, et le respect absolu des dates de tombée.

 

Il greffa à son offre un service d’hébergement Web géré, ainsi que les services connexes afin de mieux servir une clientèle évolutive, à la recherche de solutions clé en main facilement accessibles.

 

Depuis 2013, il rédige et publie le magazine « LA COULISSE » (lacoulisse.ca), qui offre un topo sur l'entrepreneur québécois du nouveau millénaire, ainsi qu'une vitrine sur les entrepreneurs obscurs qui n'ont pas pignon sur rue.

 

Il comprend parfaitement les enjeux politiques et les défis linguistiques associés aux affaires dans sa province natale, ainsi que dans le reste du Canada.

 

Pour « LES MOTS JUSTES », il n’y a tout simplement pas de meilleur choix!

 

Services : Conception-rédaction / traduction / révision de texte / réécriture (français / anglais / français), Services Web.

 

Michel possède une solide expérience de la communication commerciale, des services d’urgence et de la politique. Originaire du Québec, il maitrise les deux langues officielles du Canada avec autant de flair.

 

Que ce soit au Québec, en Amérique du Nord, ou ailleurs dans le monde, « LES MOTS JUSTES » de Michel A. Di Iorio seront à votre service pour véhiculer votre message...

 

LES MOTS JUSTES - Nous changeons le monde... un mot à la fois!

Laisser un commentaire

RECOMMANDATION DE LECTURE…

Quelques régurgitées…

Suite… →
%d blogueurs aiment cette page :