Loading...
You are here:  Home  >  Billets soumis par les membres  >  Current Article

Non, j’irai pas me trouver une job, bon!

By   /  6 mai 2015  /  Commentaires fermés sur Non, j’irai pas me trouver une job, bon!

    Print       Email

Job

« Non, j’irai pas me trouver une job, bon! »

Vous êtes en démarrage d’entreprise, depuis le temps que vous vous promettiez de goûter à la liberté! Fini les horaires de fous, la course de tortue dans le Pont-Tunnel, le Kraft Dinner auquel vous avez ajouté des légumes et du poulet en lanières pour vous donner bonne conscience!

À vous le choix de vous lever à 8 h, ou non; la disponibilité pour arriver à la garderie avant la fermeture; la sécurité morale de savoir que personne ne peut vous mettre à la porte, vous êtes le patron!

Vous avez sans doute lu ça quelque part : s’assumer comme entrepreneur implique trois étapes principales :

  • L’excitation : vous tenez le bon filon, vous avez le savoir-faire, l’enthousiasme et la détermination qu’il faut, rien ne peut vous arriver, autre que le succès!
  • Le retour sur terre : la lune de miel est finie. Ça fait maintenant trois mois que vous avez fait votre promotion sur Facebook, LinkedIn, Twitter; vous en avez parlé à tous vos amis, vous avez distribué les 1000 cartes d’affaires que vous aviez fait imprimer… rien ne se passe.
  • La décision : vous êtes à une croisée des chemins. Vous avez une décision à prendre : vous rectifiez le tir, car manifestement ce que vous avez fait auparavant n’a donné aucun résultat, ou vous fermez boutique en une tentative désespérée de sauver les meubles.

Tout ça vous semble familier? Rien de surprenant, c’est le lot de la majorité des nouveaux entrepreneurs ou travailleurs autonomes en démarrage. Que doit-on comprendre? D’autres sont passés au travers, pourquoi pas vous? Reprenons chacun des éléments qui précèdent :

L’excitation

Bien sûr, vous êtes excité, vos pieds ne touchent plus à terre à cause de la nouvelle perception que vous avez de vous-même : vous êtes un entrepreneur! Cette phase, aussi euphorisante qu’elle soit, apporte son lot de dangers auxquels peu échappent. Ceci est particulièrement vrai pour un employé salarié qui passe de ce statut à entrepreneur, sans transition. Cela peut être occasionné par une perte d’emploi, une démission, une incapacité à exercer le métier occupé jusque-là. C’est aussi vrai de ceux qui, après mûre réflexion, prennent la décision de travailler pour eux-mêmes plutôt que pour un autre. L’enthousiasme y est, la confiance y est, mais qu’en est-il de la préparation? Le fonds de roulement est-il constitué? L’étude de marché et l’évaluation du temps nécessaire pour dégager des profits ont-elles été faites? Il y a fort à parier qu’en plus d’une préparation inexistante, les questions essentielles sont restées sans réponse. C’est comme se lancer dans le vide sans parachute! Bien vite, l’excitation cède le pas au doute; c’est là qu’on « revient sur terre ».

Le retour sur terre

Ce doute qui s’est installé porte, justement, sur les questions essentielles mentionnées plus haut, mais pas de la bonne manière : le marché doit être saturé sinon ce ne serait pas si ardu; une semaine passe, puis un mois, puis trois, heureusement qu’il y a les prestations de chômage pour payer l’épicerie; le temps manque, les factures s’accumulent faute de revenus et les créanciers s’impatientent. Constat d’échec? « Ben voyons donc, absolument pas, c’est juste que… »

La famille s’en mêle, pas toujours ouvertement, bien sûr, mais parfois les regards sont interrogateurs, appuyés. Des soupirs exaspérés accueillent nos affirmations de réussite imminente, et ce, tellement souvent qu’on finit par ne plus en parler. Constat d’échec? Peut-être… La remise en question s’impose d’elle-même, une décision est à prendre.

La décision

Si notre cerveau était un ordinateur, froid et calculateur, analysant les situations et circonstances selon un algorithme précis, ce serait facile. Mais ce n’est pas le cas. La décision sera influencée non seulement par notre rationalité, mais aussi par nos sentiments, l’orgueil et l’estime de soi amochée se livrant une bataille épique.

Lectures positives, formations, conférences de motivation, tout converge vers la même conclusion : pour réussir en affaires, il faut persévérer! Cela veut-il dire pour autant qu’il faut cesser de manger à sa faim et mettre en péril la sécurité financière de notre famille? Pas du tout! Il y a plusieurs chemins vers le succès. L’un d’eux exige beaucoup d’humilité, il faut « piler sur son orgueil » et laisser dire nos détracteurs qui n’y verront qu’un recul : retourner en emploi pour repartir, mais de la bonne façon, cette fois. C’est connu : quand, de la prochaine vente dépend le paiement du loyer, le démarchage devient une manœuvre désespérée. C’est loin d’être optimal et pas du tout garant de succès!

« L’excitation », c’est bien. C’est d’ailleurs le combustible qu’il faut pour se lancer. Le « retour sur terre », quant à lui, doit être vu comme un bilan d’étape, le moment de rectifier ce qui doit l’être, prendre les bonnes habitudes et perdre les mauvaises, gagner en discipline, etc. Si, malgré ça, le manque de revenus devient invalidant, le retour en emploi (ne serait-ce qu’à temps partiel) est la « décision » à prendre pour l’instant. Il faut considérer ce « recul » comme une étape de plus à franchir avant l’atteinte de notre objectif d’entreprise. Vous êtes le patron de votre entreprise.

À ce titre, libre à vous de vendre des heures de service contre salaire pour constituer le fonds de roulement qui vous a tant manqué auparavant. Le retour en emploi peut et doit être un outil facilitant pour l’entreprise dont vous êtes le gestionnaire. Changez votre perspective et voyez cela non plus comme un échec, mais comme une stratégie gagnante!

lyne-29-dc3a9c-14

  Lyne Goulet

  Pour l’Amour des Mots (et des chiffres)
lgouletpadm.wordpress.com
pourlamourdesmots@outlook.com
  450-502-3418


Pour l’Amour des Mots (et des chiffres)
, votre ressource de choix en rédaction, correction et révision de textes français, tenue de livres et comptabilité générale.

    Print       Email

About the author

Fondateur et rédacteur en chef de LA COULISSE

MICHEL A. DI IORIO, fondateur et rédacteur en chef de « LA COULISSE » a troqué, au tournant du siècle dernier, la vie publique et la notoriété pour exercer une carrière moins flamboyante, bien qu'aussi satisfaisante. À ces fins, et comme véhicule, il a fondé « LES MOTS JUSTES », d’où il exerce depuis lors la profession d'artisan des mots et traducteur. Il répond (par télétravail) aux besoins de sa clientèle; petits et plus gros... riches et moins riches... publics et privés. Il écrit et traduit pour ceux qui ne savent pas comment, qui ne peuvent pas, qui n’ont pas le temps ou qui ne sont tout simplement pas de très bons rédacteurs, laissant ses clients libres de poursuivre leurs activités principales.

 

Plus de 30 années à œuvrer dans les arènes politiques, commerciales et privées ont contribué au perfectionnement de ses compétences, faisant de lui un communicateur respecté, dont les avis et les conseils sont recherchés. Dix-sept de ces années furent consacrées aux services d’urgence, toutes branches confondues. Une plume fertile et le désir de redonner lui ont valu un siège au sein d’un nombre de comités de sélection de projets et de conseils d’administration d’associations régionales et de chambres de commerce. Ces opportunités, combinées à la notoriété acquise comme spécialiste de la communication en politique provinciale, ont contribué à paver le parcours menant à sa vocation d’écrivain public et traducteur. Ses compétences continuent de commander l’admiration et le respect de ses pairs.

 

Un visionnaire de la communication, Michel s’est adapté au marché évolutif à l'aube du nouveau millénaire en offrant un ensemble de services en communication, conçu pour les petites et moyennes entreprises, en misant sur une approche personnalisée, et le respect absolu des dates de tombée.

 

Il greffa à son offre un service d’hébergement Web géré, ainsi que les services connexes afin de mieux servir une clientèle évolutive, à la recherche de solutions clé en main facilement accessibles.

 

Depuis 2013, il rédige et publie le magazine « LA COULISSE » (lacoulisse.ca), qui offre un topo sur l'entrepreneur québécois du nouveau millénaire, ainsi qu'une vitrine sur les entrepreneurs obscurs qui n'ont pas pignon sur rue.

 

Il comprend parfaitement les enjeux politiques et les défis linguistiques associés aux affaires dans sa province natale, ainsi que dans le reste du Canada.

 

Pour « LES MOTS JUSTES », il n’y a tout simplement pas de meilleur choix!

 

Services : Conception-rédaction / traduction / révision de texte / réécriture (français / anglais / français), Services Web.

 

Michel possède une solide expérience de la communication commerciale, des services d’urgence et de la politique. Originaire du Québec, il maitrise les deux langues officielles du Canada avec autant de flair.

 

Que ce soit au Québec, en Amérique du Nord, ou ailleurs dans le monde, « LES MOTS JUSTES » de Michel A. Di Iorio seront à votre service pour véhiculer votre message...

 

LES MOTS JUSTES - Nous changeons le monde... un mot à la fois!

You might also like...

Dans la foulée du déménagement…

Read More →