Loading…
Vous êtes ici :  Accueil  >  En primeur  >  Article le plus récent

Entrepreneur dans l’âme, ou artisan du bonheur?

par   /   7 mars 2018  /   Commentaires fermés sur Entrepreneur dans l’âme, ou artisan du bonheur?

Entrepreneur dans l'âme, ou artisan du bonheur?

«  Je ne suis pas un couturier, je suis un artisan, un fabricant de bonheur. »
— Yves Saint-Laurent

« Même le bonheur a un prix… »
— Michel A. Di Iorio

SALLE de NOUVELLES

Réflexion personnelle sur le travail indépendant, sur la vente, et le service à la clientèle… signée Michel A. Di Iorio.

Entrepreneur dans l’âme, ou artisan du bonheur?

(Temps de lecture = moins de 5 minutes — Suite de « Mon avenir, et mon destin… »)

Pour donner suite à mon billet de la semaine dernière, je vous offre comme anecdote un volet moins connu de ma vie, car c’est grâce à lui que je suis devenu l’homme que je suis…

La première entreprise que j’ai exploitée à mon compte fut un service illicite de distribution de feuillets paroissiaux dans la localité où je demeurais (mea-culpa). À l’âge de sept ans, j’avais déjà compris que je pouvais m’approvisionner en feuillets (produits) à l’église locale, et l’expérience démontra que je pouvais demander jusqu’à dix sous par feuillet pour le service de livraison à la porte, un montant non négligeable en 1959. Mon commerce illicite n’a duré que quelques semaines avant que la tante chez qui je demeurais ne découvre le pot aux roses et m’oblige à confronter monsieur le curé, muni de la totalité de mon butin, que j’ai dû lui rendre avec explications détaillées et aveux, sans oublier la pénitence qu’il ne manqua pas de m’infliger pour mon larcin. Telle fut ma première expérience, et ma première leçon des affaires…

Étrangement, ma tante s’est moins attardée sur la malhonnêteté de ma piraterie que sur la raison et les résultats de mon geste. Comprenant que mon larcin avait quand même la qualité d’avoir rendu service aux gens âgés du quartier, elle décida d’exploiter comme leçon à m’apprendre que l’argent n’était ni la seule ni la meilleure raison d’entreprendre. Elle se servit donc de mon larcin pour m’enseigner les bienfaits du bénévolat, et sa leçon prit racine. Grâce à son intervention, j’avais appris à rendre service aux autres, et j’aimais ça.

Le bénévolat est devenu pour moi un passe-temps plus qu’agréable, me permettant de toucher la vie de gens qui en avaient vraiment besoin. J’aimais ça rendre les gens heureux. Ça me procurait une plus grande satisfaction personnelle que pouvait le faire un chèque de paie surgonflé, alors j’ai continué à en faire, même si je devais transgresser les principes rigides de mon père, qui ne voyait dans le bénévolat qu’une perte de temps et d’énergie. 

Mon père était du genre à toujours contester les motifs de mes choix. Ce n’était pas une mauvaise chose en soi, mais tout était assujetti à son obsession avec un profit mesurable en nombre de dollars rapportés, sinon il considérait que je perdais mon temps, et en entendre parler était indigne de son intérêt. Même si je bossais à deux et même trois emplois simultanément pour arrondir mes fins de mois, je n’arrivais pas à mériter son respect, car il considérait que je « perdais mon temps » à effectuer du bénévolat.  

La rentabilité d’une activité était le seul gabarit dont il disposait pour évaluer mon progrès. À la longue, j’ai compris qu’il venait d’une autre génération, d’une époque plus difficile, et que son expérience de vie était radicalement différente de la mienne, alors j’ai lâché prise. Comme je m’étais éloigné assez jeune pour moins souffrir de ses rebuffades et ses critiques, il n’a jamais vraiment compris ce que je faisais dans la vie. Les rares fois que je lui confiais les détails d’un projet qui me tenait à cœur, il me demandait combien d’argent ça pouvait rapporter. J’avais beau lui expliquer que la valeur de mon implication ne se mesurait pas qu’en dollars, il arrivait difficilement à concilier ma situation personnelle avec ma situation financière, et à regret, nous nous sommes éloignés l’un de l’autre.  

Entrepreneur dans l'âme, ou artisan du bonheur?

Conclusion

Après l’accident de travail qui m’obligea à réorienter ma carrière de paramédic, j’ai tenté ma chance dans le monde des affaires, ce qui m’a conduit à la profession de spécialiste en communication et artisan des mots (rédacteur et traducteur). Je ne suis pas devenu riche et célèbre comme mon père aurait souhaité, bien que mon nom et mon image furent médiatisés plus de fois que ceux de gens beaucoup plus riches et célèbres que moi. Mon compte en banque n’a jamais fait l’envie de ces gens, mais j’ai touché des vies, et j’ai reçu plus de remerciements qu’eux dans les yeux et les accolades de gens que j’ai eu le bonheur de toucher quand ils en avaient le plus besoin.

Et, si mon père pouvait encore m’entendre, je lui regarderais tout droit dans les yeux, et je lui dirais, « Voici la source de ma richesse, Papa. Même si elle ne m’assure pas une retraite aussi dodue que celle de gens riches et célèbres que j’ai côtoyé durant ma carrière, elle a comme mérite de m’appartenir. Personne ne pourra jamais m’en dérober. »

Je partage cette anecdote avec vous pour souligner la leçon apprise dans mon enfance. Suivez votre cœur, et demandez-vous ce que vous regretterez le plus à la fin de votre temps parmi nous. Et n’oubliez pas que la vie continue…  

Les mots justes… un rappel amical!

http://les-mots-justes.net - Services de rédaction et de traduction

LA GAFFE ET LA SOLUTION…

La gaffe, si elle existe pour moi, fût de perdre mon énergie à tenter de m’expliquer à un père qui ne pouvait accepter ni comprendre qu’il puisse exister des alternatives à la richesse pour dévêtir le bonheur dans mon cœur.

Dans le fond, je crois que son admiration était simplement inaccessible pour moi… et ça m’a manqué. 

La solution pour moi fut d’apprendre à lâcher prise, et de vivre ma vie à ma guise, selon mon échelle de valeurs, sans m’attarder aux cahots qui m’étaient réservés dans le tournant (eh oui, il y en a eu plus d’un, dont certains furent infranchissables). Je le dis souvent pourtant que nous n’avons qu’une vie à vivre, mais nous avons de multiples chances de la réussir. J’ai fini par suivre mes propres conseils.  

La contrainte, si contrainte il y a, est de douter de soi-même, de ses raisons et de ses habiletés à tirer son épingle du jeu de la vie. C’est humain, mais c’est paralysant.      

Mon opinion personnelle — J’ai la conviction que nos voies sont tracées d’avance, mais je suis d’avis que nous avons la possibilité d’inverser la vapeur si nous y croyons assez pour prendre le saut. Ce n’est pas pour tout le monde de prendre ce saut, j’en conviens, car le prix peut être difficile à digérer, voire impossible dans certains cas. C’est une question très personnelle à laquelle je ne crois pas qu’il existe de bonne ou de mauvaise réponse. C’est à chacun de nous de tracer son itinéraire…

Et la vie continue… 

Aux futurs entrepreneurs, il y a toujours moyen de mettre les chances de réussite de votre côté en vous préparant adéquatement tout d’abord, et en évaluant la pertinence des outils et liens qui vous sont offerts ICI.

Mise en garde

Prenez garde de ne pas laisser votre témérité mettre la sécurité de vos proches ni la vôtre en péril, car il n’existe aucune police d’assurance contre l’échec, et le parcours du travailleur autonome est parsemé d’embûches contre lesquelles vous feriez mieux de vous préparer.

Il n’est pas de mon intention d’endosser un quelconque service ou organisme en rédigeant ce billet. Mon intention fut de vous soumettre ma perspective sur les questions soulevées, et de vous offrir quelques pistes de solutions pour vous aider à voir plus clair.

Voilà l’essentiel de ma réflexion. Je vous souhaite la sagesse de Confucius, la vision de Murphy, la chance de Midas, et le temps de vous tricoter le succès que vous convoitez.

Pour les travailleurs autonomes en devenir ou actuels, je vous offre les liens ci-dessous pour vous aider dans vos démarches de recherche.

Mot de la fin… (RESSOURCES)

Pour vous aider dans vos recherches, LA COULISSE met à votre disposition une multitude de liens vers des sites de ressources légales, gouvernementales, techniques, financières, outils en ligne… ICI, ICI et ICI! L’accès vers ces ressources depuis notre site Internet est offert gratuitement, et n’arrêtez pas de lire, car les sections ci-après offrent des outils supplémentaires.

Voilà, c’est à vous de jouer maintenant!

Merci de m’avoir lu. Je vous souhaite une bonne réflexion, une démarche fructueuse, et surtout… une bonne vie!

Michel A. Di Iorio, fondateur de LA COULISSE

Qu’en pensez-vous?

Tout le monde a une histoire à raconter. Si vous désirez partager les opportunités qui ont marqué votre parcours, écrivez-moi à info@lacoulisse.ca, ou sur les réseaux sociaux. N’ayez crainte, il me fera plaisir de vous répondre avec diligence. Votre histoire pourrait aider un travailleur autonome en devenir, alors je vous invite à la partager avec nous dans LA COULISSE.

Je vous souhaite une bonne réflexion, des affaires prospères, et une abondance de poussières de bonheur!

N’hésitez pas à commenter la présente réflexion, et à partager ce lien avec vos amis et collègues.

Michel A. Di Iorio
Rédacteur en chef et fondateur de 
LA COULISSE
Rédaction et publicité : 514.994.0967

info@lacoulisse.ca

PS — Pour faire partie de ma nouvelle liste de distribution, veuillez m’envoyer un courriel à : info@lacoulisse.ca avec la mention « abonnez-moi ». C’est gratuit!

Références et lectures complémentaires

Sources et guides

Médias écrits

Pour annoncer dans LA COULISSE, cliquez ICI

Publicité dans LA COULISSE

pr-sample2

Pour jouir d’une visibilité privilégiée dans une revue spécialisée, lue par des collègues, partenaires, fournisseurs, compétiteurs et T/A (anciens, en devenir et actuels)… annoncez-vous dans « LA COULISSE ».  

La simplicité vaut son pesant d’or! Avec l’aide de « LA COULISSE », votre site Web peut être en ligne en moins de temps et à peu de frais pour véhiculer votre message! Communiquez avec nous au (514) 994-0967 pour connaitre nos forfaits Webs et/ou publicitaires. Nous offrons des forfaits pour tous les besoins/budgets, incluant une option Web gérée sur plateforme WordPress, accessible aux travailleurs autonomes et aux petits entrepreneurs.

« LA COULISSE » offre un topo sur le monde insolite du Québec entrepreneurial. Suivez-nous dans « LA COULISSE » à la recherche de novateurs québécois méconnus, et accédez à une multitude d’outils pour vous aider à lancer votre propre entreprise!

Nous connaissons tous la valeur d’une publicité efficace, mais peu de travailleurs autonomes disposent d’un budget publicitaire assez bien garni pour lancer leur nouvelle entreprise avec assurance.

La publicité, c’est souvent une affaire de gros sous, mais « LA COULISSE » ne voit pas les choses ainsi. Ses promoteurs savent combien il est difficile de se démarquer, faute de liquidités.

« LA COULISSE » lève le voile sur l’entrepreneur fantôme qui travaille de son garage, ou tout bêtement du coin de sa table de cuisine pour vous offrir une marchandise ou un service de qualité, à prix et à conditions avantageuses!

« LA COULISSE » vous propose des histoires insolites et cocasses, ainsi qu’un coup d’oeil privilégié sur les dessous du Québec entrepreneurial en vous présentant les novateurs méconnus du Québec.

Joignez-vous à « LA COULISSE » pour un bref survol du Québec de demain, grâce aux efforts conjugués des travailleurs autonomes et des entrepreneurs québécois d’aujourd’hui!


                     D1

Service de la rédaction : 514-994-0967

Écrivez-nous à : info@lacoulisse.ca

Publicité : 514-994-0967

Service d’assistance au client : Cliquer sur l’image ci-dessous.

Puis-je vous aider?

Service d’assistance au client

D1

Vous avez une bonne plume?

Vous avez vécu une situation cocasse ou insolite, cueillie, murie, vieillie ou même pourrie dans l’univers du travail autonome? Si vous croyez que d’autres apprécieraient votre anecdote, rendez-vous ICI pour connaître les critères de soumission d’articles à « LA COULISSE ».

Faites connaître LA COULISSE à vos amis et collègues entrepreneurs / travailleurs autonomes… 

Vous avez apprécié ce billet? Aidez-moi à faire connaître LA COULISSE en partageant ce billet sur vos réseaux sociaux. Pour ce faire, vous n’avez qu’à cliquer sur les icônes des réseaux sociaux que vous utilisez.

Merci.

N.B. L’utilisation du genre masculin a été adoptée afin de faciliter la lecture et n’a aucune intention discriminatoire.

À propos de l'auteur...

Fondateur et rédacteur en chef de LA COULISSE

MICHEL A. DI IORIO, fondateur et rédacteur en chef de « LA COULISSE » a troqué, au tournant du siècle dernier, la vie publique et la notoriété pour exercer une carrière moins flamboyante, bien qu'aussi satisfaisante. À ces fins, et comme véhicule, il a fondé « LES MOTS JUSTES », d’où il exerce depuis lors la profession d'artisan des mots et traducteur. Il répond (par télétravail) aux besoins de sa clientèle; petits et plus gros... riches et moins riches... publics et privés. Il écrit et traduit pour ceux qui ne savent pas comment, qui ne peuvent pas, qui n’ont pas le temps ou qui ne sont tout simplement pas de très bons rédacteurs, laissant ses clients libres de poursuivre leurs activités principales.

 

Plus de 30 années à œuvrer dans les arènes politiques, commerciales et privées ont contribué au perfectionnement de ses compétences, faisant de lui un communicateur respecté, dont les avis et les conseils sont recherchés. Dix-sept de ces années furent consacrées aux services d’urgence, toutes branches confondues. Une plume fertile et le désir de redonner lui ont valu un siège au sein d’un nombre de comités de sélection de projets et de conseils d’administration d’associations régionales et de chambres de commerce. Ces opportunités, combinées à la notoriété acquise comme spécialiste de la communication en politique provinciale, ont contribué à paver le parcours menant à sa vocation d’écrivain public et traducteur. Ses compétences continuent de commander l’admiration et le respect de ses pairs.

 

Un visionnaire de la communication, Michel s’est adapté au marché évolutif à l'aube du nouveau millénaire en offrant un ensemble de services en communication, conçu pour les petites et moyennes entreprises, en misant sur une approche personnalisée, et le respect absolu des dates de tombée.

 

Il greffa à son offre un service d’hébergement Web géré, ainsi que les services connexes afin de mieux servir une clientèle évolutive, à la recherche de solutions clé en main facilement accessibles.

 

Depuis 2013, il rédige et publie le magazine « LA COULISSE » (lacoulisse.ca), qui offre un topo sur l'entrepreneur québécois du nouveau millénaire, ainsi qu'une vitrine sur les entrepreneurs obscurs qui n'ont pas pignon sur rue.

 

Il comprend parfaitement les enjeux politiques et les défis linguistiques associés aux affaires dans sa province natale, ainsi que dans le reste du Canada.

 

Pour « LES MOTS JUSTES », il n’y a tout simplement pas de meilleur choix!

 

Services : Conception-rédaction / traduction / révision de texte / réécriture (français / anglais / français), Services Web.

 

Michel possède une solide expérience de la communication commerciale, des services d’urgence et de la politique. Originaire du Québec, il maitrise les deux langues officielles du Canada avec autant de flair.

 

Que ce soit au Québec, en Amérique du Nord, ou ailleurs dans le monde, « LES MOTS JUSTES » de Michel A. Di Iorio seront à votre service pour véhiculer votre message...

 

LES MOTS JUSTES - Nous changeons le monde... un mot à la fois!

RECOMMANDATION DE LECTURE…

Adapter ou disparaitre…

Suite… →
%d blogueurs aiment cette page :