Loading…
Vous êtes ici :  Accueil  >  En primeur  >  Article le plus récent

L’émerveillement…

par   /   4 avril 2018  /   Commentaires fermés sur L’émerveillement…

Michel A. Di Iorio, fondateur de LA COULISSE

« La sagesse commence dans l’émerveillement! »
— Socrate

« L’émerveillement ouvre une fenêtre sur l’impossible! »
— Michel A. Di Iorio 

 Les COULIS de SAGESSE

L’émerveillement…

Une réflexion à l’intention du travailleur autonome qui nécessite un temps de lecture de moins de 5 minutes.

J’associe l’engouement à l’émerveillement devant notre adoption de la technologie, et ce jumelage soulève des questions dans mon esprit qui n’ont pas été adressées à ma satisfaction, alors j’en ai tiré quelques conclusions alarmantes. Au risque d’en froisser quelques-uns ce matin, les millénaires sont devenus, par notre faute, une génération d’engourdis sur un plan pragmatique. Un pédiatre de renom affirmait ce matin que plus nous exposerons nos jeunes aux nouvelles technologies, et moins qu’ils en sauront sur le plan pratico-pratique. Si ce paradoxe semble absurde à première vue, sa véracité devient plus évidente en y réfléchissant un peu.

Prenez par exemple la difficulté éprouvée par nos jeunes à exécuter les calculs mentaux d’usage pour remettre le bon change au client. Ils doivent se fier de plus en plus aux fonctions automatisées de leurs caisses enregistreuses pour déterminer le bon montant à remettre au client, vu qu’ils ne mémorisent plus les fonctions mathématiques de base (tables, etc.) comme devaient le faire leurs ainés. L’accès à volonté à presque n’importe quoi via Internet a créé une génération de dépendants, car la technologie a éliminé le « besoin » de mémoriser ne serait-ce que des formules mathématiques de base (nous avons maintenant des calculettes), des règles de grammaire (nous avons des logiciels d’aide à la rédaction et des traducteurs robotisés imparfaits, mais rapides), des faits historiques (nous avons la mémoire de Google), et j’en passe.

Bref, l’avènement d’Internet a éradiqué la nécessité de tout mémoriser, car l’exercice est devenu obsolète, créant par la platebande une génération de handicapés lors d’une panne technologique ou électrique. Prenez un petit moment pour saisir la portée des conséquences de ce que je viens de vous énoncer… 

Sur une envolée parallèle, quatre emplois sur dix, y compris dans les métiers qualifiés, risquent d’être automatisés dans les vingt ans à venir, selon une récente étude, et certains prédisent que ce rythme de croissance ira en s’accélérant. Nous allons donc nous retrouver à brève échéance devant une situation inquiétante. Dans l’éventualité d’un conflit majeur, d’un désastre naturel, d’une tempête solaire, ou d’une panoplie de causes aussi imprévisibles qu’inattendues, nous risquons de nous retrouver à l’âge de pierre, car nous aurons perdu nos moyens devant la fausse sécurité offerte par une technologie qui ne fonctionnera peut-être plus. En d’autres mots, nous sacrifions notre savoir au profit de la technologie, et nos habiletés au profit de la robotisation — deux sujets brulants qui alimenteront mes billets à venir.

Bon, c’est assez les mauvaises nouvelles pour aujourd’hui. Ce qui me préoccupait ce matin était le lien entre l’émerveillement et le succès d’un travailleur autonome, mais comme vous voyez, il est assez facile de se laisser distraire par la portée des mots dans le cadre d’un sujet aussi brulant que la technologie.

Pourquoi l’émerveillement? Parce que l’émerveillement du travailleur autonome se compare à l’émerveillement de l’enfant devant la découverte. En début de billet, je disais avoir regardé une émission télé ce matin, et comme j’écoute Salut Bonjour tous les matins, je ne pouvais faire autrement que de remarquer l’émerveillement presque enfantin d’un de ses animateurs, en l’occurrence je nomme Mathieu Roy, le passionné de sport et de technologie. Cet amateur de marathons et de compétitions Iron Man est aussi, depuis peu, un jeune papa.

Son émerveillement fait de lui un éternel enfant qui se réjouit à nous faire rire tous les matins en nous présentant une évaluation privilégiée sur les diverses trouvailles qui l’ont fait sourire, une belle qualité que possédait aussi son prédécesseur, François Charron, chroniqueur techno et Internet, et un entrepreneur hors pair. J’ai observé que même parmi les entrepreneurs à succès, cette qualité était commune (Steve Jobs, Sir Richard Branson, Tony Robbins, Jean-Marc Chaput, Jim Carrey, et une multitude d’autres). Les noms précités, avec tout le respect que je leur dois, partagent deux grandes qualités : l’émerveillement d’un enfant, et grâce à leur « marginalité », ils ne se prennent pas trop au sérieux, mais ils savent faire bouger les choses et les gens…   

SE PRENDRE AU SÉRIEUX

Les personnages cités ci-dessus ont tous connu un niveau de succès enviable parce qu’ils se croyaient capables de réussir, même si confrontés par l’opinion parfois divergente de membres de leurs entourages respectifs. Ils ont entretenu la faim qui les a propulsés vers le succès, et soyons parfaitement honnêtes : pour devenir entrepreneur, ça prend aussi une bonne dose de folie. La différence entre les uns et les autres : les uns sont véritablement dérangés, souffrant d’hallucinations frôlant parfois la psychose, les autres sont des marginaux dont les visions font d’eux des visionnaires.   

Les mots justes… un rappel amical!

http://les-mots-justes.net - Services de rédaction et de traduction

LA GAFFE ET LA SOLUTION…

La gaffe, si elle existe, est de se croire visionnaire en l’absence de preuves liées à ses succès antérieurs. Il n’y a pas de mal à essayer de se faire du bien, mais il faut savoir faire la différence entre un rêve et un plan.  

La solution consiste à mettre toutes les chances de son bord en se préparant adéquatement. Sortez des sentiers battus avant de foncer dans le tas les yeux et les poings fermés.    

La contrainte, si contrainte il y a, est de se laisser abattre par l’opinion populaire.       

Mon opinion personnelle — Je crois qu’il faut effectivement être un peu fou pour tenter l’aventure du travail indépendant, surtout si on n’a rien devant soi. Le risque de perdre son temps et ses quelques avoirs est grand, et il est tellement plus simple de se laisser tenter par un emploi qui nous rémunère en échange de nos labeurs. N’oublions pas que l’échec est une grande école que nous devons apprivoiser avant de crier haut et fort que nous avons réussi.

Et la vie continue… 

Aux futurs entrepreneurs, il y a toujours moyen de mettre les chances de réussite de votre côté en vous préparant adéquatement tout d’abord, et en évaluant la pertinence des outils et liens qui vous sont offerts ICI.

Mise en garde

Prenez garde de ne pas laisser votre témérité mettre la sécurité de vos proches ni la vôtre en péril, car il n’existe aucune police d’assurance contre l’échec, et le parcours du travailleur autonome est parsemé d’embûches contre lesquelles vous feriez mieux de vous préparer.

Il n’est pas de mon intention d’endosser un quelconque service ou organisme en rédigeant ce billet. Mon intention fut de vous soumettre ma perspective sur les questions soulevées, et de vous offrir quelques pistes de solutions pour vous aider à voir plus clair.

Voilà l’essentiel de ma réflexion. Je vous souhaite la sagesse de Confucius, la vision de Murphy, la chance de Midas, et le temps de vous tricoter le succès que vous convoitez.

Pour les travailleurs autonomes en devenir ou actuels, je vous offre les liens ci-dessous pour vous aider dans vos démarches de recherche.

Mot de la fin… (RESSOURCES)

Pour vous aider dans vos recherches, LA COULISSE met à votre disposition une multitude de liens vers des sites de ressources légales, gouvernementales, techniques, financières, outils en ligne… ICI, ICI et ICI! L’accès vers ces ressources depuis notre site Internet est offert gratuitement, et n’arrêtez pas de lire, car les sections ci-après offrent des outils supplémentaires.

Voilà, c’est à vous de jouer maintenant!

Merci de m’avoir lu. Je vous souhaite une bonne réflexion, une démarche fructueuse, et surtout… une bonne vie!

Michel A. Di Iorio, fondateur de LA COULISSE

Qu’en pensez-vous?

Tout le monde a une histoire à raconter. Si vous désirez partager les opportunités qui ont marqué votre parcours, écrivez-moi à info@lacoulisse.ca, ou sur les réseaux sociaux. N’ayez crainte, il me fera plaisir de vous répondre avec diligence. Votre histoire pourrait aider un travailleur autonome en devenir, alors je vous invite à la partager avec nous dans LA COULISSE.

Je vous souhaite une bonne réflexion, des affaires prospères, et une abondance de poussières de bonheur!

N’hésitez pas à commenter la présente réflexion, et à partager ce lien avec vos amis et collègues.

Michel A. Di Iorio
Rédacteur en chef et fondateur de 
LA COULISSE
Rédaction et publicité : 514.994.0967

info@lacoulisse.ca

PS — Pour faire partie de ma nouvelle liste de distribution, veuillez m’envoyer un courriel à : info@lacoulisse.ca avec la mention « abonnez-moi ». C’est gratuit!

Merci!

Michel A. Di Iorio, fondateur de LA COULISSE

Références et lectures complémentaires

Sources et guides

Médias écrits

Pour annoncer dans LA COULISSE, cliquez ICI

Publicité dans LA COULISSE

pr-sample2

Pour jouir d’une visibilité privilégiée dans une revue spécialisée, lue par des collègues, partenaires, fournisseurs, compétiteurs et T/A (anciens, en devenir et actuels)… annoncez-vous dans « LA COULISSE ».  

La simplicité vaut son pesant d’or! Avec « LA COULISSE », votre site Web peut être en ligne en moins de temps et à peu de frais pour véhiculer votre message! Communiquez avec nous au (514) 994-0967 pour connaitre nos forfaits Webs et publicitaires. Nous offrons des forfaits pour tous les budgets, incluant une option Web sur plateforme WordPress, accessible aux travailleurs autonomes et aux petits entrepreneurs.

« LA COULISSE » offre un topo gratuit sur le monde insolite du Québec entrepreneurial. Suivez-nous dans la coulisse à la recherche de novateurs québécois méconnus du nouveau millénaire, et découvrez une multitude d’outils pour vous aider à réaliser votre rêve de lancer votre propre entreprise!

Nous connaissons tous la valeur d’une publicité efficace, mais peu de travailleurs autonomes disposent d’un budget publicitaire bien garni pour lancer leur nouvelle entreprise avec assurance.

La publicité, c’est souvent une affaire de gros sous, mais « LA COULISSE » ne voit pas les choses ainsi. Ses promoteurs savent combien il est difficile de se démarquer, faute de liquidités.

« LA COULISSE » lève le voile sur l’entrepreneur fantôme qui travaille de son garage, ou tout bêtement du coin de sa table de cuisine pour vous offrir une marchandise ou un service de qualité, à prix et à conditions avantageuses!

« LA COULISSE » vous propose des histoires insolites et cocasses, ainsi qu’un coup d’oeil privilégié sur les dessous du Québec entrepreneurial en vous présentant les novateurs méconnus du Québec.

Joignez-vous à « LA COULISSE » pour un bref survol du Québec de demain, grâce aux efforts conjugués des travailleurs autonomes et des entrepreneurs québécois d’aujourd’hui!

lacoulisse.ca (514) 994-0967

writers29

Vous avez une bonne plume?

Vous avez vécu une situation cocasse ou insolite, cueillie, murie, vieillie ou même pourrie dans l’univers du travail autonome? Si vous croyez que d’autres apprécieraient votre anecdote, rendez-vous ICI pour connaître les critères de soumission d’articles à « LA COULISSE ».

Faites connaître LA COULISSE à vos amis et collègues entrepreneurs / travailleurs autonomes… 

Vous avez apprécié ce billet? Aidez-moi à faire connaître LA COULISSE en partageant ce billet sur vos réseaux sociaux. Pour ce faire, vous n’avez qu’à cliquer sur les icônes des réseaux sociaux que vous utilisez.

Merci.

N.B. L’utilisation du genre masculin a été adoptée afin de faciliter la lecture et n’a aucune intention discriminatoire.

À propos de l'auteur...

Fondateur et rédacteur en chef de LA COULISSE

MICHEL A. DI IORIO, fondateur et rédacteur en chef de « LA COULISSE » a troqué, au tournant du siècle dernier, la vie publique et la notoriété pour exercer une carrière moins flamboyante, bien qu'aussi satisfaisante. À ces fins, et comme véhicule, il a fondé « LES MOTS JUSTES », d’où il exerce depuis lors la profession d'artisan des mots et traducteur. Il répond (par télétravail) aux besoins de sa clientèle; petits et plus gros... riches et moins riches... publics et privés. Il écrit et traduit pour ceux qui ne savent pas comment, qui ne peuvent pas, qui n’ont pas le temps ou qui ne sont tout simplement pas de très bons rédacteurs, laissant ses clients libres de poursuivre leurs activités principales.

 

Plus de 30 années à œuvrer dans les arènes politiques, commerciales et privées ont contribué au perfectionnement de ses compétences, faisant de lui un communicateur respecté, dont les avis et les conseils sont recherchés. Dix-sept de ces années furent consacrées aux services d’urgence, toutes branches confondues. Une plume fertile et le désir de redonner lui ont valu un siège au sein d’un nombre de comités de sélection de projets et de conseils d’administration d’associations régionales et de chambres de commerce. Ces opportunités, combinées à la notoriété acquise comme spécialiste de la communication en politique provinciale, ont contribué à paver le parcours menant à sa vocation d’écrivain public et traducteur. Ses compétences continuent de commander l’admiration et le respect de ses pairs.

 

Un visionnaire de la communication, Michel s’est adapté au marché évolutif à l'aube du nouveau millénaire en offrant un ensemble de services en communication, conçu pour les petites et moyennes entreprises, en misant sur une approche personnalisée, et le respect absolu des dates de tombée.

 

Il greffa à son offre un service d’hébergement Web géré, ainsi que les services connexes afin de mieux servir une clientèle évolutive, à la recherche de solutions clé en main facilement accessibles.

 

Depuis 2013, il rédige et publie le magazine « LA COULISSE » (lacoulisse.ca), qui offre un topo sur l'entrepreneur québécois du nouveau millénaire, ainsi qu'une vitrine sur les entrepreneurs obscurs qui n'ont pas pignon sur rue.

 

Il comprend parfaitement les enjeux politiques et les défis linguistiques associés aux affaires dans sa province natale, ainsi que dans le reste du Canada.

 

Pour « LES MOTS JUSTES », il n’y a tout simplement pas de meilleur choix!

 

Services : Conception-rédaction / traduction / révision de texte / réécriture (français / anglais / français), Services Web.

 

Michel possède une solide expérience de la communication commerciale, des services d’urgence et de la politique. Originaire du Québec, il maitrise les deux langues officielles du Canada avec autant de flair.

 

Que ce soit au Québec, en Amérique du Nord, ou ailleurs dans le monde, « LES MOTS JUSTES » de Michel A. Di Iorio seront à votre service pour véhiculer votre message...

 

LES MOTS JUSTES - Nous changeons le monde... un mot à la fois!

RECOMMANDATION DE LECTURE…

Action et détraction…

Suite… →
%d blogueurs aiment cette page :