Loading…
Vous êtes ici :  Accueil  >  CHRONIQUE FINANCIÈRE  >  Article le plus récent

Échec, ou échec et mat…

par   /   8 juin 2016  /   2 Commentaires

chess pieces-2

« Je vous dirai que je n’ai jamais eu d’échecs dans ma vie. Il n’y a pas eu d’échecs. Il y a eu des leçons épouvantables. » 
— Oprah Winfrey

D1

« Le véritable échec, c’est d’abandonner la partie… » — Michel A. Di Iorio 

LA CHRONIQUE FINANCIÈRE   

Échec, ou échec et mat…

Une réflexion à l’attention des travailleurs autonomes actuels et en devenir, signée Michel A. Di Iorio.  

Vous êtes-vous déjà senti au bout de la corde raide, sans la présence sécurisante d’un net de sécurité pour vous soustraire aux conséquences dévastatrices d’une chute libre? Si oui, sachez que vous n’êtes pas unique, car rares sont les travailleurs autonomes qui n’ont pas vécu l’angoisse d’une chute libre au moins une fois au cours de leurs vies, quand ce n’était pas à outrance. « Pourquoi alors se soumettre au tourment engendré quand il serait si facile de l’éviter », serait-on tenté de se demander?

Crier « échec et mat » à la fin d’une partie est le rêve absolu de tous les joueurs d’échecs, mais la plupart ne prononcent ces mots qu’à la suite d’un heureux concours de circonstances, voire presque par accident. Au bénéfice de ceux qui n’ont jamais joué aux échecs, l’expression « échec et mat » nous vient du persan et signifie que « le roi est mort, ou le roi est vaincu », ou encore « le roi est sans défense ». Si, comme moi, vous êtes un joueur d’échecs occasionnel, il vous est sans doute déjà arrivé, dans un moment éphémère d’effervescence débordante, de proférer cette expression pour vous rendre compte qu’une porte de sortie était demeurée jusqu’alors inaperçue.

Parallèlement, le travailleur autonome qui exerce son métier dans le cadre d’un modèle d’affaires cyclique peut parfois se sentir coincé entre son comptable et son banquier. Les issus peuvent alors se dissimuler dans un nuage déstabilisant de désespoir, bien qu’éphémère. L’étau cyclique d’un modèle d’affaires marginal peut devenir étouffant pour qui veut gagner sa vie en une ou deux saisons par année, laissant parfois d’autres options que de se serrer la ceinture pour passer outre la « crise » temporaire.

La dame et les fous, comme des requins, rôdent sur l’échiquier…

Je vous ai souvent parlé des « requins de la finance » ; ces banquiers qui rôdent comme des requins à la recherche d’une proie facile. Comme la dame et les fous sur le damier de la vie, ces requins sont à la recherche d’un profit mariné dans un bain de conditions favorables, alors j’exhorte les novices à se tenir à l’abri. Cependant, il y a quelques exceptions notables à la règle. Pour les besoins de ce billet, et en considérant que je ne possède pas toutes les réponses, je m’en tiendrai qu’à l’essentiel…

Les travailleurs autonomes sont souvent négligés par les requins de la finance, surtout durant la première phase d’exploitation d’une nouvelle entreprise, et c’est peut-être mieux ainsi… à moins d’être en cause, et la raison est assez claire. Les risques d’échec durant les cinq premières années sont à leur apogée. Comme la majorité des néophytes ne sont que fragmentairement parés contre les contingences de la finance, les banquiers préfèrent demeurer sur leur appétit, se contentant d’observer le batifolage naïf des profanes en eaux peu profondes avant de larguer une première bouée de sauvetage.

Les exceptions notables dont j’ai fait allusion ci-dessus relèvent principalement de :

  1. L’engagement financier et les actifs personnels que disposent le travailleur autonome, et dont il est prêt à risquer pour réaliser ses objectifs. Comme il s’agit d’une tranche assez large au chapitre du financement, je la laisserai volontiers aux professionnels de la finance qui se feront un plaisir de vous l’expliquer, et…
  2. Les besoins pointus à combler pour réaliser un profit rapide (une situation qui nous concerne tous, ici).

Dans le fond, il s’agit d’une des seules raisons que je considère valables pour s’endetter, car la logique justifiant l’endettement est claire. Je parle de s’endetter à court terme afin de réaliser un profit rapide potentiellement capable de contribuer positivement à assurer la viabilité de son entreprise, et par extension, un prochain repas.

Attention! Je n’encourage personne à s’endetter imprudemment, car les comptes arrivent toujours trop vite à mon goût. Mais, si la situation financière de votre entreprise est temporairement précaire, et qu’une occasion raisonnable se présente, un endettement transitoire peut parfois sauver les meubles en attendant des occasions plus sures.

Un de nos anciens profs nous disait toujours que dans le doute, il valait mieux s’abstenir que de s’engager dans un cul-de-sac, mais il ne jouait pas aux échecs. Pour les joueurs d’échecs, un cul-de-sac dissimule parfois une porte de sortie demeurée jusqu’alors inaperçue.

L’échec ne mène pas toujours au mat…

Allez, qu’en pensez-vous?

Tout le monde a une histoire à raconter. Si vous désirez partager les opportunités qui ont marqué votre parcours, je vous invite à commenter au bas de ce billet, ou sur les réseaux sociaux, et il me fera plaisir de vous répondre. Votre histoire pourrait aider un travailleur autonome en devenir. Je vous invite à la partager dans les pages de LA COULISSE.

Je vous souhaite une bonne réflexion, des affaires prospères, et une abondance de poussières de bonheur!

N’hésitez pas à commenter la présente réflexion, et à partager ce lien avec vos amis et collègues.

Michel A. Di Iorio
Rédacteur en chef et fondateur de 
LA COULISSE
Rédaction et publicité : 514.994.0967
info@lacoulisse.ca

PS — Pour faire partie de ma nouvelle liste de distribution, veuillez m’envoyer un courriel à : info@lacoulisse.ca avec la mention « abonnez-moi ». C’est gratuit!

Références et lectures complémentaires

Sources et guides

Médias écrits

Pour annoncer dans LA COULISSE, cliquez ICI

Publicité dans LA COULISSE

pr-sample2

Pour jouir d’une visibilité privilégiée dans une revue spécialisée, lue par des collègues, partenaires, fournisseurs, compétiteurs et T/A (anciens, en devenir et actuels)… annoncez-vous dans « LA COULISSE ».  

La simplicité vaut son pesant d’or! Avec l’aide de « LA COULISSE », votre site Web peut être en ligne en moins de temps et à peu de frais pour véhiculer votre message! Communiquez avec nous au (514) 994-0967 pour connaitre nos forfaits Webs et/ou publicitaires. Nous offrons des forfaits pour tous les besoins/budgets, incluant une option Web gérée sur plateforme WordPress, accessible aux travailleurs autonomes et aux petits entrepreneurs.

« LA COULISSE » offre un topo sur le monde insolite du Québec entrepreneurial. Suivez-nous dans « LA COULISSE » à la recherche de novateurs québécois méconnus, et accédez à une multitude d’outils pour vous aider à lancer votre propre entreprise!

Nous connaissons tous la valeur d’une publicité efficace, mais peu de travailleurs autonomes disposent d’un budget publicitaire assez bien garni pour lancer leur nouvelle entreprise avec assurance.

La publicité, c’est souvent une affaire de gros sous, mais « LA COULISSE » ne voit pas les choses ainsi. Ses promoteurs savent combien il est difficile de se démarquer, faute de liquidités.

« LA COULISSE » lève le voile sur l’entrepreneur fantôme qui travaille de son garage, ou tout bêtement du coin de sa table de cuisine pour vous offrir une marchandise ou un service de qualité, à prix et à conditions avantageuses!

« LA COULISSE » vous propose des histoires insolites et cocasses, ainsi qu’un coup d’oeil privilégié sur les dessous du Québec entrepreneurial en vous présentant les novateurs méconnus du Québec.

Joignez-vous à « LA COULISSE » pour un bref survol du Québec de demain, grâce aux efforts conjugués des travailleurs autonomes et des entrepreneurs québécois d’aujourd’hui!


                     D1

Service de la rédaction : 514-994-0967

Écrivez-nous à : info@lacoulisse.ca

Publicité : 514-994-0967

Service d’assistance au client : Cliquer sur l’image ci-dessous.

Service d’assistance au client

D1

Vous avez une bonne plume?

Vous avez vécu une situation cocasse ou insolite, cueillie, murie, vieillie ou même pourrie dans l’univers du travail autonome? Si vous croyez que d’autres apprécieraient votre anecdote, rendez-vous ICI pour connaître les critères de soumission d’articles à « LA COULISSE ».

Faites connaître LA COULISSE à vos amis et collègues entrepreneurs / travailleurs autonomes… 

Vous avez apprécié ce billet? Aidez-moi à faire connaître LA COULISSE en partageant ce billet sur vos réseaux sociaux. Pour ce faire, vous n’avez qu’à cliquer sur les icônes des réseaux sociaux que vous utilisez.

Merci.

N.B. L’utilisation du genre masculin a été adoptée afin de faciliter la lecture et n’a aucune intention discriminatoire.

À propos de l'auteur...

Fondateur et rédacteur en chef de LA COULISSE

MICHEL A. DI IORIO, fondateur et rédacteur en chef de « LA COULISSE » a troqué, au tournant du siècle dernier, la vie publique et la notoriété pour exercer une carrière moins flamboyante, bien qu'aussi satisfaisante. À ces fins, et comme véhicule, il a fondé « LES MOTS JUSTES », d’où il exerce depuis lors la profession d'artisan des mots et traducteur. Il répond (par télétravail) aux besoins de sa clientèle; petits et plus gros... riches et moins riches... publics et privés. Il écrit et traduit pour ceux qui ne savent pas comment, qui ne peuvent pas, qui n’ont pas le temps ou qui ne sont tout simplement pas de très bons rédacteurs, laissant ses clients libres de poursuivre leurs activités principales.

 

Plus de 30 années à œuvrer dans les arènes politiques, commerciales et privées ont contribué au perfectionnement de ses compétences, faisant de lui un communicateur respecté, dont les avis et les conseils sont recherchés. Dix-sept de ces années furent consacrées aux services d’urgence, toutes branches confondues. Une plume fertile et le désir de redonner lui ont valu un siège au sein d’un nombre de comités de sélection de projets et de conseils d’administration d’associations régionales et de chambres de commerce. Ces opportunités, combinées à la notoriété acquise comme spécialiste de la communication en politique provinciale, ont contribué à paver le parcours menant à sa vocation d’écrivain public et traducteur. Ses compétences continuent de commander l’admiration et le respect de ses pairs.

 

Un visionnaire de la communication, Michel s’est adapté au marché évolutif à l'aube du nouveau millénaire en offrant un ensemble de services en communication, conçu pour les petites et moyennes entreprises, en misant sur une approche personnalisée, et le respect absolu des dates de tombée.

 

Il greffa à son offre un service d’hébergement Web géré, ainsi que les services connexes afin de mieux servir une clientèle évolutive, à la recherche de solutions clé en main facilement accessibles.

 

Depuis 2013, il rédige et publie le magazine « LA COULISSE » (lacoulisse.ca), qui offre un topo sur l'entrepreneur québécois du nouveau millénaire, ainsi qu'une vitrine sur les entrepreneurs obscurs qui n'ont pas pignon sur rue.

 

Il comprend parfaitement les enjeux politiques et les défis linguistiques associés aux affaires dans sa province natale, ainsi que dans le reste du Canada.

 

Pour « LES MOTS JUSTES », il n’y a tout simplement pas de meilleur choix!

 

Services : Conception-rédaction / traduction / révision de texte / réécriture (français / anglais / français), Services Web.

 

Michel possède une solide expérience de la communication commerciale, des services d’urgence et de la politique. Originaire du Québec, il maitrise les deux langues officielles du Canada avec autant de flair.

 

Que ce soit au Québec, en Amérique du Nord, ou ailleurs dans le monde, « LES MOTS JUSTES » de Michel A. Di Iorio seront à votre service pour véhiculer votre message...

 

LES MOTS JUSTES - Nous changeons le monde... un mot à la fois!

2 Commentaires

  1. […] «Le véritable échec, c’est d’abandonner la partie…» Échec, ou échec et mat… […]

  2. […] «Le véritable échec, c’est d’abandonner la partie…» Échec, ou échec et mat… […]

RECOMMANDATION DE LECTURE…

Les réseaux

Les réseaux…

Suite… →
%d blogueurs aiment cette page :