Loading…
Vous êtes ici :  Accueil  >  CHRONIQUE FINANCIÈRE  >  Article le plus récent

Le consommateur numérique…

par   /   17 février 2016  /   Aucun commentaire


« Carte de crédit : chacun des petits rectangles de plastique, dont l’ensemble constitue un jeu de société de consommation, aussi appelé jeu de cash-cash… »
— Albert Brie

« L’argent plastique est l’image de la société qui l’a popularisé.
»
— Michel A. Di Iorio 

CHRONIQUE FINANCIÈRE de LA COULISSE   

Le consommateur numérique…

Une réflexion signée Michel A. Di Iorio  

On dit que les dépenses de consommation sont responsables de 60 % de l’économie canadienne, tandis que chez nos voisins du sud, elles comptent pour pas moins de 70 %, et la tendance semble vouloir se maintenir malgré l’austérité. En considérant les tendances à la consommation actuelles, on est en droit de se demander ce que l’avenir nous réserve, n’est-ce pas?

Ce n’est pas un secret de polichinelle que les tendances à la consommation du public québécois penchent vers le numérique, et elles s’accroissent depuis la fin du siècle dernier. À titre d’exemple, de 2005 à 2009 il y a eu une augmentation constante du taux de branchement à Internet des ménages québécois et canadiens, atteignant respectivement 16 % et 15 %. À compter de 2012, environ 80 % des foyers possédaient au moins un téléphone cellulaire, et 89 % possédaient un ordinateur. Il est donc évident que les tendances à la consommation évoluent, et qu’il va falloir s’ajuster si l’on veut éviter de sombrer sous la vague de consommation numérique.

Mise à part l’utilisation pointue d’un bureau satellite pour mieux répondre aux besoins de mandats spécifiques, j’ai réalisé la transition vers l’exploitation numérique dès la fondation de l’entreprise phare du groupe, soit Les mots justes, au tournant du siècle, mettant un terme à la façon traditionnelle de transiger avec notre clientèle. Depuis lors, la majorité de ma clientèle m’est référée de bouche à l’oreille, ainsi que par le biais de nos divers sites Internet.

Bien que je crois toujours aux méthodes traditionnelles de transiger avec le public, j’ai du me rendre à l’évidence que la technologie prenait de plus en plus d’envergure au sein du commerce. Pour répondre plus efficacement aux demandes qui m’étaient acheminées, je devais trouver un moyen accessible de maximiser mes interventions à distance pour répondre aux demandes d’une clientèle devenue cosmopolite, car l’accessibilité des nouvelles technologies a eu pour effet de réduire les distances, franchir les frontières, améliorer l’accessibilité en sabrant dans les frais d’interurbains, et de minimiser les coûts associés aux transactions outre-frontières.

Selon une récente enquête du CEFRIO, près de la moitié de la population québécoise possède maintenant un téléphone intelligent ou une tablette branchée sur Internet. Pendant ce temps-là, le groupe Desjardins nous annonce que plus de 660 G$ US de ventes par Internet sont attendus en 2017 aux États-Unis, et près de 440 G$ US au Canada et au Mexique. Ce n’est plus qu’un simple luxe de se prévaloir de ce forum public pour mousser ses ventes, c’est devenu une véritable obligation.

ccpc1

LES DÉTAILLANTS

Sur la foi des données publiées par Statistique Canada, plus de la moitié des entreprises du secteur privé au Canada avaient déjà un ou des sites Web (avec ou sans transaction) lors de leur enquête. Le Québec, quant à lui, comptait déjà environ 21 % de ses commerçants parmi les mieux préparés pour faire face à la concurrence, et ce nombre ne cesse d’augmenter régulièrement. Un dollar sur quatre était dépensé sur un site Web québécois en 2013.

À l’ère des discussions sur la disparition éventuelle de la monnaie en faveur de la transaction numérisée, il y a de quoi pour lancer un débat sur l’avenir du magasin de ventes au détail, les emplois permanents qui seront forcément perdus lors de cette transition. Les détaillants devront s’ajuster à ces nouvelles réalités, et l’ensemble des entreprises devra réexaminer leurs options avant que ce virage technologique les entraine dans une situation de désuétude. Ceux qui hésitent à emboîter le pas feraient mieux de se munir d’un site Web afin de se mettre à la page en même temps que les autres, sinon ils risquent la désuétude dans l’optique des acheteurs.

Dans une récente capsule publiée sur YOU TUBE que je vous invite d’ailleurs à visionner en cliquant ICIJEAN-MARC CHAPUT, coach et conférencier québécois bien connu, soulevait la question suivante: « Est-ce que nous devons changer une recette gagnante? » Sa réponse… « Oui! La vie est en changement continu, donc nous devons l’être aussi. Nous devons accepter la nécessité de continuer à changer pour évoluer et pour nous améliorer. Il ne s’agit pas forcément de faire toujours des gros changements, mais bien de faire des petits changements constants. Parce que plus ça change, plus ça avance… »

À tous, je souhaite une bonne réflexion, et des affaires prospères!

N’hésitez pas à commenter la présente réflexion, et à partager ce lien avec vos amis et collègues.

Michel A. Di Iorio
Rédacteur en chef et fondateur de 
LA COULISSE
Rédaction et publicité : 514.994.0967
info@lacoulisse.ca

PS — Pour faire partie de ma nouvelle liste de distribution, veuillez m’envoyer un courriel à : info@lacoulisse.ca avec la mention « abonnez-moi ». C’est gratuit.

Sources, références et lectures suggérées

Publicité dans LA COULISSE

pr-sample2

Pour jouir d’une visibilité privilégiée dans une revue spécialisée, lue par des collègues, partenaires, fournisseurs, compétiteurs et T/A (anciens, en devenir et actuels)… annoncez-vous dans « LA COULISSE ».  

La simplicité vaut son pesant d’or! Avec l’aide de « LA COULISSE », votre site Web peut être en ligne en moins de temps et à peu de frais pour véhiculer votre message! Communiquez avec nous au (514) 994-0967 pour connaitre nos forfaits Webs et/ou publicitaires. Nous offrons des forfaits pour tous les besoins/budgets, incluant une option Web gérée sur plateforme WordPress, accessible aux travailleurs autonomes et aux petits entrepreneurs.

« LA COULISSE » offre un topo sur le monde insolite du Québec entrepreneurial. Suivez-nous dans « LA COULISSE » à la recherche de novateurs québécois méconnus, et accédez à une multitude d’outils pour vous aider à lancer votre propre entreprise!

Nous connaissons tous la valeur d’une publicité efficace, mais peu de travailleurs autonomes disposent d’un budget publicitaire assez bien garni pour lancer leur nouvelle entreprise avec assurance.

La publicité, c’est souvent une affaire de gros sous, mais « LA COULISSE » ne voit pas les choses ainsi. Ses promoteurs savent combien il est difficile de se démarquer, faute de liquidités.

« LA COULISSE » lève le voile sur l’entrepreneur fantôme qui travaille de son garage, ou tout bêtement du coin de sa table de cuisine pour vous offrir une marchandise ou un service de qualité, à prix et à conditions avantageuses!

« LA COULISSE » vous propose des histoires insolites et cocasses, ainsi qu’un coup d’oeil privilégié sur les dessous du Québec entrepreneurial en vous présentant les novateurs méconnus du Québec.

Joignez-vous à « LA COULISSE » pour un bref survol du Québec de demain, grâce aux efforts conjugués des travailleurs autonomes et des entrepreneurs québécois d’aujourd’hui!

lacoulisse.ca (514) 994-0967

writers29

Vous avez une bonne plume?

Vous avez vécu une situation cocasse ou insolite, cueillie, murie, vieillie ou même pourrie dans l’univers du travail autonome? Si vous croyez que d’autres apprécieraient votre anecdote, rendez-vous ICI pour connaître les critères de soumission d’articles à « LA COULISSE ».

Faites connaître LA COULISSE à vos amis et collègues entrepreneurs / travailleurs autonomes… 

Vous avez apprécié ce billet? Aidez-moi à faire connaître LA COULISSE en partageant ce billet sur vos réseaux sociaux. Pour ce faire, vous n’avez qu’à cliquer sur les icônes des réseaux sociaux que vous utilisez.

Merci.

N.B. L’utilisation du genre masculin a été adoptée afin de faciliter la lecture et n’a aucune intention discriminatoire.

À propos de l'auteur...

Fondateur et rédacteur en chef de LA COULISSE

MICHEL A. DI IORIO, fondateur et rédacteur en chef de « LA COULISSE » a troqué, au tournant du siècle dernier, la vie publique et la notoriété pour exercer une carrière moins flamboyante, bien qu'aussi satisfaisante. À ces fins, et comme véhicule, il a fondé « LES MOTS JUSTES », d’où il exerce depuis lors la profession d'artisan des mots et traducteur. Il répond (par télétravail) aux besoins de sa clientèle; petits et plus gros... riches et moins riches... publics et privés. Il écrit et traduit pour ceux qui ne savent pas comment, qui ne peuvent pas, qui n’ont pas le temps ou qui ne sont tout simplement pas de très bons rédacteurs, laissant ses clients libres de poursuivre leurs activités principales.

 

Plus de 30 années à œuvrer dans les arènes politiques, commerciales et privées ont contribué au perfectionnement de ses compétences, faisant de lui un communicateur respecté, dont les avis et les conseils sont recherchés. Dix-sept de ces années furent consacrées aux services d’urgence, toutes branches confondues. Une plume fertile et le désir de redonner lui ont valu un siège au sein d’un nombre de comités de sélection de projets et de conseils d’administration d’associations régionales et de chambres de commerce. Ces opportunités, combinées à la notoriété acquise comme spécialiste de la communication en politique provinciale, ont contribué à paver le parcours menant à sa vocation d’écrivain public et traducteur. Ses compétences continuent de commander l’admiration et le respect de ses pairs.

 

Un visionnaire de la communication, Michel s’est adapté au marché évolutif à l'aube du nouveau millénaire en offrant un ensemble de services en communication, conçu pour les petites et moyennes entreprises, en misant sur une approche personnalisée, et le respect absolu des dates de tombée.

 

Il greffa à son offre un service d’hébergement Web géré, ainsi que les services connexes afin de mieux servir une clientèle évolutive, à la recherche de solutions clé en main facilement accessibles.

 

Depuis 2013, il rédige et publie le magazine « LA COULISSE » (lacoulisse.ca), qui offre un topo sur l'entrepreneur québécois du nouveau millénaire, ainsi qu'une vitrine sur les entrepreneurs obscurs qui n'ont pas pignon sur rue.

 

Il comprend parfaitement les enjeux politiques et les défis linguistiques associés aux affaires dans sa province natale, ainsi que dans le reste du Canada.

 

Pour « LES MOTS JUSTES », il n’y a tout simplement pas de meilleur choix!

 

Services : Conception-rédaction / traduction / révision de texte / réécriture (français / anglais / français), Services Web.

 

Michel possède une solide expérience de la communication commerciale, des services d’urgence et de la politique. Originaire du Québec, il maitrise les deux langues officielles du Canada avec autant de flair.

 

Que ce soit au Québec, en Amérique du Nord, ou ailleurs dans le monde, « LES MOTS JUSTES » de Michel A. Di Iorio seront à votre service pour véhiculer votre message...

 

LES MOTS JUSTES - Nous changeons le monde... un mot à la fois!

Laisser un commentaire

RECOMMANDATION DE LECTURE…

Livres de Minutes (originaux) de la Belmont Park Company Limited

Le making of «Cartierville et son parc Belmont ©» — Épisode 4

Suite… →
%d blogueurs aiment cette page :