Loading…
Vous êtes ici :  Accueil  >  Billets soumis par les membres  >  Article le plus récent

La retraite des boomers…

par   /   25 février 2015  /   Aucun commentaire

« On est attaché à sa profession comme on l’est à son pays : par des liens aussi complexes, souvent ambivalents, et dont on ne saisit généralement toute l’importance que lorsqu’ils viennent à se rompre, par suite de l’exil ou de l’émigration dans le cas du pays d’origine, avec le départ à la retraite dans le cas du métier. » — Primo Levi
« La retraite était comme un baiser de vampire qui entraînait ceux qui y survivaient dans le monde des morts vivants. » — Stephen King
LA CHRONIQUE des MEMBRES

La retraite des boomers…

Qu’ils y soient parvenus par la peau des fesses ou sur un coussin de velours, la plupart des boomers ne profiteront pas de la retraite dorée promise, car ils devront continuer à bosser pour joindre l’utile à l’agréable. Comme un chien enragé, le mythe de la Liberté 55 les a rattrapés dans le tournant, anéantissant toute perspective d’une retraite dorée. Pour les enfants de l’après-guerre, une retraite sans soucis est devenue illusoire…

Pendant les années 1980, un slogan de marketing insidieux est venu séduire les cerveaux spongieux d’une génération de travailleurs comme s’il s’agissait d’une maladie virulente. En échange d’un placement mensuel, le slogan promettait de nous libérer des petites misères quotidiennes de la vie dès l’âge magique de cinquante-cinq ans. Nous aspirions à vivre notre retraite en bord de mer, nous prélassant sous un soleil complice, mais la conjoncture économique a mis fin à tout ça, nous obligeant à redoubler d’efforts pour ne pas tout perdre.

Les plus prévoyants ont continué d’investir dans les régimes de retraite, les marchés boursiers et l’immobilier, mais plusieurs ont abandonné cette solution, pour faute d’incitatifs convaincants dans une conjoncture économique alimentée de pensions alimentaires et de faillites. Pour eux c’était le chaos. Prévisiblement, la perspective d’une retraite confortable est devenue chimérique.

Si vous êtes de ceux qui ont réussi à prendre leur retraite à 55 ans, vous avez peut-être connu les revers de votre retraite dite « dorée ». Les boomers ont été élevés avec une forte éthique du travail. En revanche, ceux qui ont réussi à prendre leur retraite à 55, qui ont fait leur croisière autour du monde, qui ont fini de rénover leur résidence et leur jardin… mêmes deux fois plutôt qu’une, s’ennuient pour mourir, et ils sont loin d’être morts. Ils préfèrent continuer à travailler plutôt que de mourir d’ennui.

Ayant fait le tour du jardin plus d’une fois, ils connaissent à fond les rouages du commerce et des métiers de service de leurs industries respectives. Dans bien des cas, ils furent à la fois instigateurs et témoins de l’évolution de l’environnement de travail, de l’avènement des nouvelles technologies, et l’intégration pratique de nouvelles techniques. Ils sont expérimentés, intuitifs et dédiés à la notion du travail accompli, alors certains employeurs préfèrent les retenir quelques années de plus avant de se défaire de ces ressources, ne serait-ce que pour assurer une relève.

Habitués à un agenda bien rempli, les revenants se voient souvent confrontés à l’ennui, à la déception, et dans les pires cas, à des ressources insuffisantes pour assurer une retraite confortable. Aux prises avec une retraite plutôt médiocre, certains préfèrent retourner sur le marché du travail afin de s’occuper, quitte à servir des hamburgers, livrer de la pizza, ou accueillir les clients à l’entrée d’un magasin à grande surface, tandis que d’autres préfèrent le défi qu’une nouvelle direction peut offrir.

Les mieux nantis qui n’ont pas de plan spécifique pour meubler les heures qui passent aiment parfois se vouer à des causes impliquant le bénévolat, voire le mentorat. D’autres utilisent ce temps privilégié, ainsi que les ressources accumulées au fil des ans, pour lancer une microentreprise qui leur permettra de réaliser un rêve longuement muri, tandis qu’une faible minorité au cœur altruiste tentera de bonifier sa contribution à la société qui l’a nourri.

Et vous… avez-vous une cause qui vous tient à cœur, ou un exploit que vous tenez à réaliser, et pourquoi?

Racontez-nous votre histoire?   

Michel A. Di Iorio, fondateur de LA COULISSE

Sources et références

Pour jouir d’une visibilité privilégiée dans une revue spécialisée, lue par des collègues, partenaires, fournisseurs, compétiteurs et T/A (anciens, en devenir et actuels)… annoncez dans « LA COULISSE ».  

La simplicité vaut son pesant d’or! Avec « LA COULISSE », votre site Web peut être en ligne en moins de temps et à peu de frais pour véhiculer votre message! Communiquez avec nous au (514) 994-0967 pour connaitre nos forfaits Webs et publicitaires. Nous offrons des forfaits pour tous les budgets, incluant une option Web sur plateforme WordPress, accessible aux travailleurs autonomes et aux petits entrepreneurs.

« LA COULISSE » offre un topo gratuit sur le monde insolite du Québec entrepreneurial. Suivez-nous dans la coulisse à la recherche de novateurs québécois méconnus du nouveau millénaire, et découvrez une multitude d’outils pour vous aider à réaliser votre rêve de lancer votre propre entreprise!

Nous connaissons tous la valeur d’une publicité efficace, mais peu de travailleurs autonomes disposent d’un budget publicitaire bien garni pour lancer leur nouvelle entreprise avec assurance.

La publicité, c’est souvent une affaire de gros sous, mais « LA COULISSE » ne voit pas les choses ainsi. Ses promoteurs savent combien il est difficile de se démarquer, faute de liquidités.

« LA COULISSE » lève le voile sur l’entrepreneur fantôme qui travaille de son garage, ou tout bêtement du coin de sa table de cuisine pour vous offrir une marchandise ou un service de qualité, à prix et à conditions avantageuses!

« LA COULISSE » vous propose des histoires insolites et cocasses, ainsi qu’un coup d’oeil privilégié sur les dessous du Québec entrepreneurial en vous présentant les novateurs méconnus du Québec.

Joignez-vous à « LA COULISSE » pour un bref survol du Québec de demain, grâce aux efforts conjugués des travailleurs autonomes et des entrepreneurs québécois d’aujourd’hui!

lacoulisse.ca (514) 994-0967

Vous avez une bonne plume?

Vous avez vécu une situation cocasse ou insolite, cueillie, murie, vieillie ou même pourrie dans l’univers du travail autonome? Si vous croyez que d’autres apprécieraient votre anecdote, rendez-vous ICI pour connaître les critères de soumission d’articles à « LA COULISSE ».

Faites connaître LA COULISSE à vos amis et collègues entrepreneurs / travailleurs autonomes… 

Vous avez apprécié ce billet? Aidez-moi à faire connaître LA COULISSE en partageant ce billet sur vos réseaux sociaux. Pour ce faire, vous n’avez qu’à cliquer sur les icônes des réseaux sociaux que vous utilisez.

Merci.

À propos de l'auteur...

Fondateur et rédacteur en chef de LA COULISSE

MICHEL A. DI IORIO, fondateur et rédacteur en chef de « LA COULISSE » a troqué, au tournant du siècle dernier, la vie publique et la notoriété pour exercer une carrière moins flamboyante, bien qu'aussi satisfaisante. À ces fins, et comme véhicule, il a fondé « LES MOTS JUSTES », d’où il exerce depuis lors la profession d'artisan des mots et traducteur. Il répond (par télétravail) aux besoins de sa clientèle; petits et plus gros... riches et moins riches... publics et privés. Il écrit et traduit pour ceux qui ne savent pas comment, qui ne peuvent pas, qui n’ont pas le temps ou qui ne sont tout simplement pas de très bons rédacteurs, laissant ses clients libres de poursuivre leurs activités principales.

 

Plus de 30 années à œuvrer dans les arènes politiques, commerciales et privées ont contribué au perfectionnement de ses compétences, faisant de lui un communicateur respecté, dont les avis et les conseils sont recherchés. Dix-sept de ces années furent consacrées aux services d’urgence, toutes branches confondues. Une plume fertile et le désir de redonner lui ont valu un siège au sein d’un nombre de comités de sélection de projets et de conseils d’administration d’associations régionales et de chambres de commerce. Ces opportunités, combinées à la notoriété acquise comme spécialiste de la communication en politique provinciale, ont contribué à paver le parcours menant à sa vocation d’écrivain public et traducteur. Ses compétences continuent de commander l’admiration et le respect de ses pairs.

 

Un visionnaire de la communication, Michel s’est adapté au marché évolutif à l'aube du nouveau millénaire en offrant un ensemble de services en communication, conçu pour les petites et moyennes entreprises, en misant sur une approche personnalisée, et le respect absolu des dates de tombée.

 

Il greffa à son offre un service d’hébergement Web géré, ainsi que les services connexes afin de mieux servir une clientèle évolutive, à la recherche de solutions clé en main facilement accessibles.

 

Depuis 2013, il rédige et publie le magazine « LA COULISSE » (lacoulisse.ca), qui offre un topo sur l'entrepreneur québécois du nouveau millénaire, ainsi qu'une vitrine sur les entrepreneurs obscurs qui n'ont pas pignon sur rue.

 

Il comprend parfaitement les enjeux politiques et les défis linguistiques associés aux affaires dans sa province natale, ainsi que dans le reste du Canada.

 

Pour « LES MOTS JUSTES », il n’y a tout simplement pas de meilleur choix!

 

Services : Conception-rédaction / traduction / révision de texte / réécriture (français / anglais / français), Services Web.

 

Michel possède une solide expérience de la communication commerciale, des services d’urgence et de la politique. Originaire du Québec, il maitrise les deux langues officielles du Canada avec autant de flair.

 

Que ce soit au Québec, en Amérique du Nord, ou ailleurs dans le monde, « LES MOTS JUSTES » de Michel A. Di Iorio seront à votre service pour véhiculer votre message...

 

LES MOTS JUSTES - Nous changeons le monde... un mot à la fois!

Laisser un commentaire

RECOMMANDATION DE LECTURE…

Livres de Minutes (originaux) de la Belmont Park Company Limited

Le making of «Cartierville et son parc Belmont ©» — Épisode 4

Suite… →
%d blogueurs aiment cette page :