Loading…
Vous êtes ici :  Accueil  >  En primeur  >  Article le plus récent

Le « BOUM » des boomers…

par   /   10 août 2016  /   Aucun commentaire

Boomer phone found on the Web« Je fais de la politique, pas en dépit du fait que j’ai des enfants, mais parce que, justement, j’ai des enfants. Ils me gardent les pieds sur terre. Je me demande toujours si ce que je fais est significatif, ou si je ne me contente que de jouer le jeu. »

Justin Trudeau


D1.

« J’ai compris qui j’étais en observant mes enfants et mes petits-enfants grandir… »
Michel A. Di Iorio

D1
Les COULIS de SAGESSE

Le « BOUM » des boomers

Une réflexion empirique à l’attention des travailleurs autonomes actuels et en devenir,
signée Michel A. Di Iorio.

Le « boum » des boomers se fera, à compter de cette année, entendre pour une deuxième fois lorsque les premiers boomers atteindront l’âge traditionnel de la retraite au Québec. Bien que certains ont réussi à se constituer un fonds de retraite respectable, d’autres luttent encore pour survivre. Le deuxième « boum » des baby-boomers ne passera pas inaperçu par les gens d’affaires ni par les générations X et Y qui en ont fait leur cheval de Troie pour personnifier quelques revendications populaires, notamment au chapitre très chaud de la gestion du patrimoine économique et environnementale.

C’est en prenant conscience de quelques arguments bien ciblés que j’ai décidé de remettre les pendules à l’heure au sujet de cette génération, devenue malgré elle le bouc émissaire bien involontaire de descendants parfois rapides sur la détente. Commençons par le dictionnaire qui explique que le mot boom [orthographe simplifiée : boum] dénote l’augmentation brutale d’une donnée en fonction d’observations et de statistiques effectuées avant cet accroissement dont la prévisibilité est fluctuante.

Belle définition, j’en conviens, mais ouvrons une parenthèse pour faire place au « boum » qui a suivi les grandes privations de la guerre de 39-45. On parlera donc plus spécifiquement de l’après-guerre (1946 — 1965), et de ses effets sur la jeunesse qui a suivi. Juste pour vous mettre un peu dans la sauce du moment, cette période a vu la réunification de couples et de familles séparés par l’effort de guerre. Elle a parrainé la réintégration domestique des femmes mobilisées pour combler les postes laissés vacants par les hommes au combat, et lorsque ces derniers ont réintégré leurs foyers conjugaux respectifs, une augmentation prévisible de la fécondité donna lieu à une vague de naissances sans précédent, suivie d’une période de déclin de la fécondité.

Les baby-boomers ont connu les opportunités et l’abondance d’une société en expansion rapide, dont l’éclosion de l’ère technologique, l’urbanisation des masses, la prolifération du transport motorisé, et l’apparition de banlieues-dortoirs. Les boomers étaient déterminés à s’offrir ce dont leurs parents s’étaient privés, et que ces derniers s’efforçaient, tant bien que mal à leur procurer, comme une éducation supérieure et une carrière solide.

J’admets volontiers qu’on s’est laissé bercer par la liberté apaisante de l’époque, mais ça nous offrait un répit des histoires de misère de nos ainés. Notre génération s’est révoltée contre la répression subie par nos parents, soufflant du même coup naissance à la musique qui a bercé les générations suivantes. Nous avons popularisé le rock and roll, formant les assises des « mosh pits » de nos enfants et des leurs. Nous avons dansé sur le jazz de Benny Goodman, groové avec les beatniks, batifolé avec les hippies à la musique de Jefferson Airplane, Bob Dylan et Pink Floyd, professant les bienfaits d’un retour à la terre. Nous avons contesté l’injustice, donnant un envol à la Révolution tranquille. Bref, nous avons profité des opportunités qui nous ont été offertes, et nous avons fait de notre mieux pour vous laisser un patrimoine plus riche que celui qui nous a été légué…

Le deuxième « BOUM… »

Même si l’accession à la retraite s’est faite avec une décennie de retard, ses membres sont collectivement plus en forme que les générations précédentes, selon les statistiques sur le vieillissement. Notre génération a dû s’ajuster à la réalité d’une « économie ascenseur » qui a vu les taux de rendement diminuer de façon substantielle, mettant fin au rêve de « Liberté 55 » pour le remplacer par une version alternative de « Liberté 60 — 65 » ou plus, selon la situation de chacun… ce qui nous amène à nous demander à quoi riment tous ces faits.

La réponse est que la génération des baby-boomers deviendra, dans les années à venir, une génération de consommation redoutable puisque ses membres seront appelés à franchir les rangs de consommateurs avertis afin de mieux passer le temps. Pensez-y… des centaines de milliers de boomers qui se retrouveront avec la responsabilité de magasiner de meilleurs prix, de meilleures aubaines et de meilleures conditions d’acquisition pour se rendre utile, jusqu’alors considérée la chasse gardée des conjointes à domicile. Ces dernières se feront dorénavant un plaisir de laisser « Monsieur » dénicher de meilleures affaires comme moyen de valorisation personnelle. Les autres (commerçants, professionnels et pourvoyeurs de services) n’auront plus qu’à se préparer au nouveau profil du client s’ils veulent s’assurer un achalandage continu.

Ce que je souhaitais illustrer avec l’image du boomer phone était le paradoxe de la technologie appliquée aux habitudes de consommation du client-boomer. Voilà, selon moi, le nouveau défi qui nous guette…

On dit qu’un homme averti en vaut deux! Voyons s’ils ont raison, maintenant…

À très bientôt!

Qu’en pensez-vous?

Tout le monde a une histoire à raconter. Si vous désirez partager les opportunités qui ont marqué votre parcours, je vous invite à commenter au bas de ce billet, ou sur les réseaux sociaux, et il me fera plaisir de vous répondre. Votre histoire pourrait aider un travailleur autonome en devenir. Je vous invite à la partager dans les pages de LA COULISSE.

Je vous souhaite une bonne réflexion, des affaires prospères, et une abondance de poussières de bonheur! Bonnes vacances estivales à tous!

N’hésitez pas à commenter la présente réflexion, et à partager ce lien avec vos amis et collègues.

Michel A. Di Iorio
Rédacteur en chef et fondateur de 
LA COULISSE
Rédaction et publicité : 514.994.0967
info@lacoulisse.ca

PS — Pour faire partie de ma nouvelle liste de distribution, veuillez m’envoyer un courriel à : info@lacoulisse.ca avec la mention « abonnez-moi ». C’est gratuit!

Références et lectures complémentaires

Sources et guides

Médias écrits

Pour annoncer dans LA COULISSE, cliquez ICI

Publicité dans LA COULISSE

pr-sample2

Pour jouir d’une visibilité privilégiée dans une revue spécialisée, lue par des collègues, partenaires, fournisseurs, compétiteurs et T/A (anciens, en devenir et actuels)… annoncez-vous dans « LA COULISSE ».  

La simplicité vaut son pesant d’or! Avec l’aide de « LA COULISSE », votre site Web peut être en ligne en moins de temps et à peu de frais pour véhiculer votre message! Communiquez avec nous au (514) 994-0967 pour connaitre nos forfaits Webs et/ou publicitaires. Nous offrons des forfaits pour tous les besoins/budgets, incluant une option Web gérée sur plateforme WordPress, accessible aux travailleurs autonomes et aux petits entrepreneurs.

« LA COULISSE » offre un topo sur le monde insolite du Québec entrepreneurial. Suivez-nous dans « LA COULISSE » à la recherche de novateurs québécois méconnus, et accédez à une multitude d’outils pour vous aider à lancer votre propre entreprise!

Nous connaissons tous la valeur d’une publicité efficace, mais peu de travailleurs autonomes disposent d’un budget publicitaire assez bien garni pour lancer leur nouvelle entreprise avec assurance.

La publicité, c’est souvent une affaire de gros sous, mais « LA COULISSE » ne voit pas les choses ainsi. Ses promoteurs savent combien il est difficile de se démarquer, faute de liquidités.

« LA COULISSE » lève le voile sur l’entrepreneur fantôme qui travaille de son garage, ou tout bêtement du coin de sa table de cuisine pour vous offrir une marchandise ou un service de qualité, à prix et à conditions avantageuses!

« LA COULISSE » vous propose des histoires insolites et cocasses, ainsi qu’un coup d’oeil privilégié sur les dessous du Québec entrepreneurial en vous présentant les novateurs méconnus du Québec.

Joignez-vous à « LA COULISSE » pour un bref survol du Québec de demain, grâce aux efforts conjugués des travailleurs autonomes et des entrepreneurs québécois d’aujourd’hui!


                     D1

Service de la rédaction : 514-994-0967

Écrivez-nous à : info@lacoulisse.ca

Publicité : 514-994-0967

Service d’assistance au client : Cliquer sur l’image ci-dessous.

Service d’assistance au client

D1

Vous avez une bonne plume?

Vous avez vécu une situation cocasse ou insolite, cueillie, murie, vieillie ou même pourrie dans l’univers du travail autonome? Si vous croyez que d’autres apprécieraient votre anecdote, rendez-vous ICI pour connaître les critères de soumission d’articles à « LA COULISSE ».

Faites connaître LA COULISSE à vos amis et collègues entrepreneurs / travailleurs autonomes… 

Vous avez apprécié ce billet? Aidez-moi à faire connaître LA COULISSE en partageant ce billet sur vos réseaux sociaux. Pour ce faire, vous n’avez qu’à cliquer sur les icônes des réseaux sociaux que vous utilisez.

Merci.

N.B. L’utilisation du genre masculin a été adoptée afin de faciliter la lecture et n’a aucune intention discriminatoire.

À propos de l'auteur...

Fondateur et rédacteur en chef de LA COULISSE

MICHEL A. DI IORIO, fondateur et rédacteur en chef de « LA COULISSE » a troqué, au tournant du siècle dernier, la vie publique et la notoriété pour exercer une carrière moins flamboyante, bien qu'aussi satisfaisante. À ces fins, et comme véhicule, il a fondé « LES MOTS JUSTES », d’où il exerce depuis lors la profession d'artisan des mots et traducteur. Il répond (par télétravail) aux besoins de sa clientèle; petits et plus gros... riches et moins riches... publics et privés. Il écrit et traduit pour ceux qui ne savent pas comment, qui ne peuvent pas, qui n’ont pas le temps ou qui ne sont tout simplement pas de très bons rédacteurs, laissant ses clients libres de poursuivre leurs activités principales.

 

Plus de 30 années à œuvrer dans les arènes politiques, commerciales et privées ont contribué au perfectionnement de ses compétences, faisant de lui un communicateur respecté, dont les avis et les conseils sont recherchés. Dix-sept de ces années furent consacrées aux services d’urgence, toutes branches confondues. Une plume fertile et le désir de redonner lui ont valu un siège au sein d’un nombre de comités de sélection de projets et de conseils d’administration d’associations régionales et de chambres de commerce. Ces opportunités, combinées à la notoriété acquise comme spécialiste de la communication en politique provinciale, ont contribué à paver le parcours menant à sa vocation d’écrivain public et traducteur. Ses compétences continuent de commander l’admiration et le respect de ses pairs.

 

Un visionnaire de la communication, Michel s’est adapté au marché évolutif à l'aube du nouveau millénaire en offrant un ensemble de services en communication, conçu pour les petites et moyennes entreprises, en misant sur une approche personnalisée, et le respect absolu des dates de tombée.

 

Il greffa à son offre un service d’hébergement Web géré, ainsi que les services connexes afin de mieux servir une clientèle évolutive, à la recherche de solutions clé en main facilement accessibles.

 

Depuis 2013, il rédige et publie le magazine « LA COULISSE » (lacoulisse.ca), qui offre un topo sur l'entrepreneur québécois du nouveau millénaire, ainsi qu'une vitrine sur les entrepreneurs obscurs qui n'ont pas pignon sur rue.

 

Il comprend parfaitement les enjeux politiques et les défis linguistiques associés aux affaires dans sa province natale, ainsi que dans le reste du Canada.

 

Pour « LES MOTS JUSTES », il n’y a tout simplement pas de meilleur choix!

 

Services : Conception-rédaction / traduction / révision de texte / réécriture (français / anglais / français), Services Web.

 

Michel possède une solide expérience de la communication commerciale, des services d’urgence et de la politique. Originaire du Québec, il maitrise les deux langues officielles du Canada avec autant de flair.

 

Que ce soit au Québec, en Amérique du Nord, ou ailleurs dans le monde, « LES MOTS JUSTES » de Michel A. Di Iorio seront à votre service pour véhiculer votre message...

 

LES MOTS JUSTES - Nous changeons le monde... un mot à la fois!

Laisser un commentaire

RECOMMANDATION DE LECTURE…

Quelques régurgitées…

Suite… →
%d blogueurs aiment cette page :