Loading…
Vous êtes ici :  Accueil  >  En primeur  >  Article le plus récent

Autonome par dessein, ou par destin?

par   /   17 mai 2017  /   1 Commentaire

Autonome par choix

«Le seul endroit où le succès vient avant le travail, c’est dans le dictionnaire.»
— Vidal Sassoon

«Si c’était facile, tout le monde le ferait..
— Michel A. Di Iorio

La salle des nouvelles 

Autonome par dessein, ou par destin?

Une réflexion empirique à l’intention de travailleurs autonomes actuels et en devenir,
signée Michel A. Di Iorio 

Autonome par dessein, ou destin? Cette question nous porte à réfléchir, n’est-ce pas? Mettons notre égo de côté pour un moment, et posons-nous la question en version non filtrée… et ça vous dit quoi, alors? Je me suis posé cette question en scrutant mes souvenirs, certificats, images et découpures de journaux qui traitaient de mon choix de carrière, dans le cadre d’une remise en question périodique, et l’évidence même de ma réponse est venue me sidérer. 

Convaincu, comme j’imagine la majorité d’entre vous doivent l’être, que notre destin est coulé à l’avance et à notre insu, je n’ai jamais questionné ce que je considérais jusqu’à maintenant être une évidence même, mais… les affaires étant ce qu’ils sont, je profite de petits répits occasionnels pour défricher les fils d’araignée qui ont élu domicile dans mon cerveau, et j’avoue que les choses que j’y découvre me perplexent; parfois ils arrivent même à m’étonner.

C’est pendant une récente séance de jonglerie mentale swifferisée que j’ai enfin compris que j’avais fait un choix conscient et réfléchi de changer de direction; que ce n’était pas qu’un vulgaire concours de circonstances qui a tracé ma voie!

Les apparences sont souvent trompeuses, mais la réalité est insolite. La poursuite d’une carrière en soins préhospitaliers dans un contexte pionnier de première instance me semblait bien évident comme choix de carrière lorsque j’étais jeune homme; j’avais une famille à faire vivre, et un enfant malade (comme Bob Cratchit). Mon instinct paternel me poussait dans cette direction à l’époque, et tant qu’à faire, aussi bien tout faire pour devenir un pilier du système. Je m’étais attribué comme mission personnelle de sauver mon fils. J’ai conservé ce poste jusqu’en novembre 1986, date à laquelle j’ai subi un accident de travail qui m’a rendu inapte à reprendre mes fonctions, et dont j’ai conservé les séquelles douloureuses.

J’ai donc suivi un cheminement qui m’a permis de vivre de ma plume, un désir secret que je chérissais depuis que ma mère m’avait appris à calligraphier mon nom en lettres attachées. Je rédigeais des essais littéraires, griffonnais de la poésie, des chansons et des nouvelles sur des napperons en papier au resto. Bref, j’écrivais de tout, partout, et tout le temps. Je cherchais des occasions d’écriture en fondant, entre autres, un club social qui me nommerait secrétaire afin que je puisse retranscrire ses minutes. Je traduisais des documents, je retranscrivais des dictionnaires de termes techniques spécialisés; j’étais même devenu comme un genre de «Cyrano» du coin… ouais, ouais… comme le maître-chanteur de pomme… mais, par écrit. Tout ce qu’il me manquait était le nez. Mes amis profitèrent de ma plume bavarde pour la rédaction de lettres d’excuses/demandes de pardon les lendemains de veille, et de poésie fleurie à l’attention de leurs blondes pour la Saint-Valentin. Ils ne se doutaient guère que je recevais leurs blondes les samedis après-midi pour rédiger les répliques de ces dernières… ah, le pouvoir incroyable des mots!

Les opportunités…

La vie se charge de nous placer devant diverses opportunités susceptibles de changer nos vies, selon nos circonstances particulières, mais elle se désintéresse des choix que nous faisons. Elle se contente d’observer pendant qu’on se tortille comme des haricots sauteurs du Mexique (haricots qui gigotent, car ils contiennent de petits vers qui les dévorent de l’intérieur en gigotant) à trancher la question de l’heure. Pour un bref instant, nous réussissions à captiver son attention… mais elle se dissipe aussitôt pour se confondre dans la cohue…

La question se pose, à savoir si l’on devient travailleur autonome par dessein, ou le devient-on par la grâce du destin. Je répondrais qu’à moins de nous nommer Jobs, Gates, Zuckerberg, Page, et cie., ou d’être né d’un père qui nous voit déjà comme le prochain président, premier ministre ou comme le joueur sur qui on compte pour remporter la coupe Stanley, il y a de fortes chances que nous soyons l’auteur de notre destin. Être l’auteur de notre propre destin, c’est un peu comme décider de la direction, la couleur et la saveur que nous voulons lui inculquer.

http://les-mots-justes.net - Services de rédaction et de traduction

La gaffe, et la solution…

La gaffe, si elle existe, est de penser que nous ne sommes que les malheureuses victimes d’une situation que nous ne pouvons plus tolérer, ou qui n’est pas/plus à notre avantage, selon son point de vue. Nous sommes les maitres de nos vies. Nous avons la chance de vivre dans un pays qui nous accorde des droits que nous prenons trop souvent pour acquis, comme la liberté d’expression, la liberté de choix, de religion, d’association; d’éducation, le droit de gagner sa vie honorablement, d’être heureux, de vivre en communauté ou seul, à sa guise.

Nous avons, ici au Canada, le privilège de pouvoir choisir notre profession/métier/art en fonction de nos forces, nos désirs et nos moyens (euh, ouais… difficile d’y échapper à celle-là!) Les moyens ne sont pas équitablement accessibles, pénalisant une fois de plus les moins nantis. Un système capitaliste ne reconnait pas la notion d’opportunité égale, car ce n’est simplement pas à son avantage de le faire. La question demeure donc ambiguë… du moins, la réponse à ladite question.

La solution consiste, en premier lieu et comme bien d’autres choses, à changer mentalité. Je sais que je me répète souvent, mais le message va finir par passer, NOUS NE SOMMES PAS NÉS POUR UN PETIT PAIN et c’est nous qui décidons. Nous décidons de ce qui nous accommode le mieux, ce qui ne fait pas/plus notre affaire, ce qui nous coûte le moins, et de ce qui nous touche de plus près.

Au risque de me faire chicaner, la vie est comme un jeu de dés à six côtés, une caractéristique logique prévisible qui se réserve un petit volet cabalistique. Je m’explique… vous êtes assis à la table de jeu, et le croupier vous passe vos dernières cartes, que vous vous empressez à examiner. Vous réalisez avec stupeur que vous détenez une main gagnante, mais la crainte de confronter l’inconnu vous gèle sur place… et l’opportunité vous glisse entre les doigts de pied comme les graines de sable d’une plage préférée.

Vous regardez les cartes du gagnant, et vous constatez que si vous aviez joué votre main, vous auriez gagné… (conjugué au conditionnel présent).

La vie est aussi fragile qu’elle l’est courte. La denrée dont vous disposez, et dont la valeur est la plus grande est votre temps. Nul ne sait de combien de temps il dispose, sa vie pouvant prendre fin à tout moment, rendant chaque inspiration précieuse, chaque instant vécu merveilleux, et chaque sourire inestimable.

De deux choix, le premier implique moins d’efforts à déployer, et je sais déjà qu’environ 95 % des gens qui remarqueront l’existence d’une nouvelle annonce vont préférer continuer leur trajet plutôt que de tenter de noter les coordonnées, ou la marque de l’annonceur. C’est plus facile de ne rien faire que de faire un effort. La loi de l’inertie le remporte à presque tout coup!

Le deuxième de deux implique se lever tous les matins, retourner ses messages, payer ses comptes fournisseurs, régler les problèmes en suspens depuis la veille, servir sa clientèle, atteindre ses objectifs de productivité, et une fois que vous aurez atteint ces objectifs, faites quelque chose de spécial et créez quelque chose, résolvez une problématique fatigante, et rendez vos clients heureux.

À vous de choisir…

Mise en garde

Prenez garde de ne pas laisser votre témérité mettre la sécurité de vos proches ni la vôtre en péril, car il n’existe aucune police d’assurance contre l’échec, et le parcours du travailleur autonome est parsemé d’embûches contre lesquelles vous feriez mieux de vous préparer.

Il n’est pas de mon intention d’endosser un quelconque service ou organisme en rédigeant ce billet. Mon intention fut de vous soumettre ma perspective sur les questions soulevées, et de vous offrir quelques pistes de solutions pour vous aider à voir plus clair.

Voilà l’essentiel de ma réflexion. Je vous souhaite la sagesse de Confucius, la vision de Murphy, la chance de Midas, et le temps de vous tricoter le succès que vous convoitez.

Pour les travailleurs autonomes en devenir ou actuels, je vous offre les liens ci-dessous pour vous aider dans vos démarches de recherche.

Mot de la fin… (RESSOURCES)

Pour vous aider dans vos recherches, LA COULISSE met à votre disposition une multitude de liens vers des sites de ressources légales, gouvernementales, techniques, financières, outils en ligne… ICI, ICI et ICI! L’accès vers ces ressources depuis notre site Internet est offert gratuitement, et n’arrêtez pas de lire, car les sections ci-après offrent des outils supplémentaires.

Voilà, c’est à vous de jouer maintenant!

Merci de m’avoir lu. Je vous souhaite une bonne réflexion, une démarche fructueuse, et surtout… une bonne vie!

Michel A. Di Iorio, fondateur de LA COULISSE

Partager mon «X»

Je veux partager mon « X » avec vous qui suivez l’aventure du magazine LA COULISSE depuis son lancement en 2013! Pour y arriver, je vous offre par l’intermédiaire de mes billets hebdomadaires des liens utiles vers des outils pratiques en ligne, et un véhicule pour distribuer votre histoire parmi les travailleurs autonomes actuels et en devenir. Que ces derniers se retrouvent sur Linked-In, Facebook, Twitter, Google+, Pinterest, Reddit, Tumblr ou Pocket, LA COULISSE y cultive une présence en y publiant des billets hebdomadaires, des billets occasionnels signés par ses membres contributeurs, ainsi que des anecdotes tirées du vécu.

À titre d’information, le magazine LA COULISSE double son lectorat chaque année depuis sa fondation. Le magazine s’adresse à un lectorat varié, qui inclut des travailleurs indépendants actuels et en devenir, des journalistes, des chasseurs de têtes, des professionnels, des représentants de divers ministères, des chefs d’entreprise de toutes tailles, des annonceurs, des représentants de compagnies de publicité, des artistes, des agences, des paramédics, des policiers, des pompiers, des fonctionnaires, etc.

Je vous offre un lectorat sérieux qui ne demande qu’à lire vos histoires, que je vous invite à me soumettre en cliquant d’abord sur les critères de sélection afin de vous assurer de respecter ses énoncés. Une fois que vous en aurez pris connaissance, vous n’aurez qu’à me transmettre votre texte par courriel, en prenant soin d’inclure vos coordonnées afin que je puisse communiquer avec vous, au besoin. Veuillez noter que je ne communiquerai qu’avec les auteurs dont les histoires auront été retenues.

Ah oui, j’allais oublier… cette opportunité de partager mon « X » vous est offerte sans frais!

J’ai hâte de vous lire…

Qu’en pensez-vous?

Tout le monde a une histoire à raconter. Si vous désirez partager les opportunités qui ont marqué votre parcours, écrivez-moi à info@lacoulisse.ca, ou sur les réseaux sociaux. N’ayez crainte, il me fera plaisir de vous répondre avec diligence. Votre histoire pourrait aider un travailleur autonome en devenir, alors je vous invite à la partager avec nous dans LA COULISSE.

Je vous souhaite une bonne réflexion, des affaires prospères, et une abondance de poussières de bonheur!

N’hésitez pas à commenter la présente réflexion, et à partager ce lien avec vos amis et collègues.

Michel A. Di Iorio
Rédacteur en chef et fondateur de 
LA COULISSE
Rédaction et publicité : 514.994.0967
info@lacoulisse.ca

PS — Pour faire partie de ma nouvelle liste de distribution, veuillez m’envoyer un courriel à : info@lacoulisse.ca avec la mention « abonnez-moi ». C’est gratuit!

Références et lectures complémentaires

Sources et guides

Médias écrits

Pour annoncer dans LA COULISSE, cliquez ICI

Publicité dans LA COULISSE

pr-sample2

Pour jouir d’une visibilité privilégiée dans une revue spécialisée, lue par des collègues, partenaires, fournisseurs, compétiteurs et T/A (anciens, en devenir et actuels)… annoncez-vous dans « LA COULISSE ».  

La simplicité vaut son pesant d’or! Avec l’aide de « LA COULISSE », votre site Web peut être en ligne en moins de temps et à peu de frais pour véhiculer votre message! Communiquez avec nous au (514) 994-0967 pour connaitre nos forfaits Webs et/ou publicitaires. Nous offrons des forfaits pour tous les besoins/budgets, incluant une option Web gérée sur plateforme WordPress, accessible aux travailleurs autonomes et aux petits entrepreneurs.

« LA COULISSE » offre un topo sur le monde insolite du Québec entrepreneurial. Suivez-nous dans « LA COULISSE » à la recherche de novateurs québécois méconnus, et accédez à une multitude d’outils pour vous aider à lancer votre propre entreprise!

Nous connaissons tous la valeur d’une publicité efficace, mais peu de travailleurs autonomes disposent d’un budget publicitaire assez bien garni pour lancer leur nouvelle entreprise avec assurance.

La publicité, c’est souvent une affaire de gros sous, mais « LA COULISSE » ne voit pas les choses ainsi. Ses promoteurs savent combien il est difficile de se démarquer, faute de liquidités.

« LA COULISSE » lève le voile sur l’entrepreneur fantôme qui travaille de son garage, ou tout bêtement du coin de sa table de cuisine pour vous offrir une marchandise ou un service de qualité, à prix et à conditions avantageuses!

« LA COULISSE » vous propose des histoires insolites et cocasses, ainsi qu’un coup d’oeil privilégié sur les dessous du Québec entrepreneurial en vous présentant les novateurs méconnus du Québec.

Joignez-vous à « LA COULISSE » pour un bref survol du Québec de demain, grâce aux efforts conjugués des travailleurs autonomes et des entrepreneurs québécois d’aujourd’hui!


                     D1

Service de la rédaction : 514-994-0967

Écrivez-nous à : info@lacoulisse.ca

Publicité : 514-994-0967

Service d’assistance au client : Cliquer sur l’image ci-dessous.

Puis-je vous aider?

Service d’assistance au client

D1

Vous avez une bonne plume?

Vous avez vécu une situation cocasse ou insolite, cueillie, murie, vieillie ou même pourrie dans l’univers du travail autonome? Si vous croyez que d’autres apprécieraient votre anecdote, rendez-vous ICI pour connaître les critères de soumission d’articles à « LA COULISSE ».

Faites connaître LA COULISSE à vos amis et collègues entrepreneurs / travailleurs autonomes… 

Vous avez apprécié ce billet? Aidez-moi à faire connaître LA COULISSE en partageant ce billet sur vos réseaux sociaux. Pour ce faire, vous n’avez qu’à cliquer sur les icônes des réseaux sociaux que vous utilisez.

Merci.

N.B. L’utilisation du genre masculin a été adoptée afin de faciliter la lecture et n’a aucune intention discriminatoire.

À propos de l'auteur...

Fondateur et rédacteur en chef de LA COULISSE

MICHEL A. DI IORIO, fondateur et rédacteur en chef de « LA COULISSE » a troqué, au tournant du siècle dernier, la vie publique et la notoriété pour exercer une carrière moins flamboyante, bien qu'aussi satisfaisante. À ces fins, et comme véhicule, il a fondé « LES MOTS JUSTES », d’où il exerce depuis lors la profession d'artisan des mots et traducteur. Il répond (par télétravail) aux besoins de sa clientèle; petits et plus gros... riches et moins riches... publics et privés. Il écrit et traduit pour ceux qui ne savent pas comment, qui ne peuvent pas, qui n’ont pas le temps ou qui ne sont tout simplement pas de très bons rédacteurs, laissant ses clients libres de poursuivre leurs activités principales.

 

Plus de 30 années à œuvrer dans les arènes politiques, commerciales et privées ont contribué au perfectionnement de ses compétences, faisant de lui un communicateur respecté, dont les avis et les conseils sont recherchés. Dix-sept de ces années furent consacrées aux services d’urgence, toutes branches confondues. Une plume fertile et le désir de redonner lui ont valu un siège au sein d’un nombre de comités de sélection de projets et de conseils d’administration d’associations régionales et de chambres de commerce. Ces opportunités, combinées à la notoriété acquise comme spécialiste de la communication en politique provinciale, ont contribué à paver le parcours menant à sa vocation d’écrivain public et traducteur. Ses compétences continuent de commander l’admiration et le respect de ses pairs.

 

Un visionnaire de la communication, Michel s’est adapté au marché évolutif à l'aube du nouveau millénaire en offrant un ensemble de services en communication, conçu pour les petites et moyennes entreprises, en misant sur une approche personnalisée, et le respect absolu des dates de tombée.

 

Il greffa à son offre un service d’hébergement Web géré, ainsi que les services connexes afin de mieux servir une clientèle évolutive, à la recherche de solutions clé en main facilement accessibles.

 

Depuis 2013, il rédige et publie le magazine « LA COULISSE » (lacoulisse.ca), qui offre un topo sur l'entrepreneur québécois du nouveau millénaire, ainsi qu'une vitrine sur les entrepreneurs obscurs qui n'ont pas pignon sur rue.

 

Il comprend parfaitement les enjeux politiques et les défis linguistiques associés aux affaires dans sa province natale, ainsi que dans le reste du Canada.

 

Pour « LES MOTS JUSTES », il n’y a tout simplement pas de meilleur choix!

 

Services : Conception-rédaction / traduction / révision de texte / réécriture (français / anglais / français), Services Web.

 

Michel possède une solide expérience de la communication commerciale, des services d’urgence et de la politique. Originaire du Québec, il maitrise les deux langues officielles du Canada avec autant de flair.

 

Que ce soit au Québec, en Amérique du Nord, ou ailleurs dans le monde, « LES MOTS JUSTES » de Michel A. Di Iorio seront à votre service pour véhiculer votre message...

 

LES MOTS JUSTES - Nous changeons le monde... un mot à la fois!

1 Commentaire

  1. […] «Si c’était facile, tout le monde le ferait…» Autonome par dessein, ou par destin? […]

Laisser un commentaire

RECOMMANDATION DE LECTURE…

Livres de Minutes (originaux) de la Belmont Park Company Limited

Le making of «Cartierville et son parc Belmont ©» — Épisode 4

Suite… →
%d blogueurs aiment cette page :