Loading…
Vous êtes ici :  Accueil  >  En primeur  >  Article le plus récent

À vos marques…

par   /   14 mars 2018  /   Commentaires fermés sur À vos marques…

Entrepreneur dans l'âme, ou artisan du bonheur?

« Lorsqu’un commerçant affirme que le client est roi, méfiez-vous de la guillotine. »
— Robert Sabatier

« L’opportunisme, c’est l’art de profiter, tandis que l’altruisme est un geste de partage. »
— Michel A. Di Iorio

LES COULIS de SAGESSE

Réflexion personnelle sur le travail indépendant, sur la vente, et le service à la clientèle… signée Michel A. Di Iorio.

À vos marques…

(Temps de lecture = moins de 5 minutes)

OK, mettons que vous avez fait vos devoirs. Vous pouvez maintenant palper le pouls de votre commerce en devenir. Vous avez complété votre étude de marché, et vous avez déterminé avec précision ses besoins, et les lacunes à combler avant son lancement. Vous êtes persuadé de sa viabilité dans un milieu compétitif, et les résultats semblent concluants. Votre étude confirme que l’emplacement de votre future place d’affaires possède le potentiel pour attirer un volume de trafic convenable pour assurer vos frais d’exploitation, tout en vous laissant suffisamment de marge pour survivre.

Jusque-là… pas de problèmes, mais quelque chose vous nargue les tripes, et vous vous demandez si vous n’auriez pas oublié quelque chose? 

Votre plan d’affaires révèle les orientations de votre projet en livrant un aperçu de l’entreprise que vous projetez lancer, le profil de votre clientèle, les hauts et les bas de votre secteur d’activité, les produits ou services que vous envisagez offrir à votre clientèle; bref… vous avez réussi à déterminer votre proposition unique de vente (USP), et tout semble baigner dans l’huile, mais vous revenez à votre plan d’affaires, cherchant la bébitte noire qui vous élude.

Bref… vous êtes sûr que votre plan d’affaires démontre la quasi-certitude de la viabilité de votre projet d’affaires, mais cet intrus vous toise encore les tripes, remettant en question votre domaine choisi d’activité, et vous vous demandez pourquoi…

Quand mes tripes ne cessent de se tortiller à la suggestion de réaliser un projet d’entreprise, je me pose une kyrielle de questions pour déterminer le pourquoi véritable de mon désir de lancer un nouveau commerce, remettant tout en cause. Ce n’est pas une mauvaise chose en soi, pourvu que ça ne vous paralyse pas. Ça aide à remettre les choses en perspective.

Demandez-vous d’abord ce que votre projet d’entreprise vise à accomplir? Pourquoi désirez-vous lancer une entreprise, au juste? Est-ce pour répondre à une problématique connue qui préoccupe votre clientèle cible, une problématique pour laquelle vous êtes doué, formé, équipé et disponible pour éradiquer, améliorer ou contourner afin de bonifier le mieux-être de votre clientèle? Ou, souhaitez-vous simplement faire un peu de fric sur le dos de consommateurs innocents, avides de la dernière nouveauté hollywoodienne, ou qui sont des admirateurs avides de la nouvelle mode, ou peut-être sur le dos d’amateurs d’un nouveau style, un nouveau produit fétiche, ou une autre opportunité quelconque?

Êtes-vous opportuniste, altruiste, ou un mélange des deux ? C’est une question qui se pose, et rassurez-vous qu’il n’y a pas de bonne ou de mauvaise réponse. Où l’on se situe en marge de cette question déterminera le genre de commerçant que vous serez, et aidera votre banquier à mieux comprendre vos objectifs.

Il s’agit selon moi de déterminer si vous faites ça viscéralement pour répondre à un besoin impératif d’aider votre prochain, ou si vous cherchez plutôt à profiter d’une situation, d’une tendance, ou d’une occasion en or, et la raison est bien simple à comprendre. Si vous vous attaquez à la résolution d’une problématique, et que votre apport prend plus d’importance pour vous que vos profits, c’est que vous êtes probablement un altruiste d’ans l’âme, et que votre projet de commerce cherchera avant tout à améliorer le sort de son prochain, sans égard (dans une certaine mesure du moins) à sa rentabilité. Ce genre de commerçant s’attardera aux besoins essentiels de sa clientèle, comme il les perçoit. Quelques exemples (liste sommaire) pourraient inclure l’épicier, et les métiers de l’alimentation, la médecine et les technologies qui en dépendent, les magasins, les ateliers, et les usines qui dépendent d’un quart de métier, comme une plomberie, un ébénisterie, une quincaillerie, etc.

À l’opposé, l’opportuniste (liste très sommaire) cherchera à profiter des occasions profitables plutôt que les occasions de rendre service. Je ne porte aucun jugement ici, car c’est normal, voire nécessaire même, de vouloir être récompensé pour ses efforts, assurant par le fait-même la pérennité de l’entreprise. Quelques exemples du commerçant opportuniste incluent le commerçant qui change de gamme de produits régulièrement, répondant à ce qui est en vogue, ou à des besoins opportuns, comme un avocat, un dentiste, un tenancier de bar, un vendeur de nouveautés, etc. L’opportuniste cherche une opportunité pour y réaliser un profit.

Maintenant, plusieurs de ces commerces appartiennent à des commerçants, professionnels, artisans et entrepreneurs qui réunissent les deux qualités à la fois, alors ce n’est ni bien ni moins bien d’appartenir à l’un ou à l’autre de ces deux groupes, mais c’est utile de connaitre sa motivation profonde pour entreprendre un commerce plutôt qu’un autre, et ça aide à mieux déterminer ses véritables besoins en termes de financement, de matériel, d’équipement, d’outillage, de locaux, de formation, d’appuis et de main-d’œuvre, selon le cas.      

Conclusion

J’ai appris très jeune qu’un épicier ne manquera jamais de clients, à moins d’être trop gourmand pour la bourse des clients qu’il veut servir, car tout le monde doit manger pour survivre, et nous ne sommes pas tous des enfants de cultivateurs. La majorité d’entre nous doivent fréquenter les épiceries afin de nous procurer les aliments que nous consommons. Le seul bémol pour l’épicier sera la concurrence directe, et plusieurs ont déjà instauré une politique de prix le plus bas sur présentation d’une preuve à l’appui, alors ce n’est plus qu’une question de caprice du consommateur qui garantit la réussite commerciale de l’épicier.

À l’opposé, même s’il fournit un service essentiel, un garagiste se retrouvera rapidement à jouer aux échecs avec son mécanicien si ses prix sont trop exorbitants, sa réputation est entachée, ou si son service est trop lent. Comme ce n’est pas tout le monde qui possède une voiture, et que le bassin de clientèle à servir est limité, le garagiste intelligent ajustera ses services et ses prix pour tenir compte de sa concurrence. C’est une question de perspective.

Il s’agit de nous situer convenablement dans un créneau qui répond bien à nos valeurs, ainsi qu’aux besoins et caprices de notre clientèle, selon le cas.  

Les mots justes… un rappel amical!

http://les-mots-justes.net - Services de rédaction et de traduction

LA GAFFE ET LA SOLUTION…

La gaffe, si elle existe, est de ne pas se donner la peine de faire cet exercice dès le début des démarches en vue de lancer son projet de commerce, se fiant plutôt aux résultats obtenus pour déterminer les valeurs à prioriser.  

La solution, selon moi, consiste à revoir notre feuille de réponse pour voir si l’on n’aurait pas oublié de bien définir sa mission, en citant les valeurs à prioriser par l’entreprise, et l’objectif qui vous incite à persévérer.  

La contrainte, si contrainte il y a, est liée à l’oubli, la paresse, ou l’ignorance du commerçant en devenir.       

Mon opinion personnelle — J’ai la conviction que si nous ne définissons pas notre mission préalablement au lancement de l’entreprise, nous ne pourrons convaincre notre clientèle que nous sommes mieux que quiconque offre un produit ou un service comparable, et nous risquons de nous confondre dans le firmament aux yeux de la clientèle.

Les nouvelles technologies, et spécifiquement le commerce électronique (e-commerce) limitent, et dans certains cas éliminent le contact direct entre le client et le commerçant, alors le défi consiste à mettre le client en confiance en lui offrant un service à la clientèle hors pair… et comme il y a encore un trou béant dans ce domaine, ce seront les pionniers qui récolteront la plus grosse part de l’assiette de profits.

Et la vie continue… 

Aux futurs entrepreneurs, il y a toujours moyen de mettre les chances de réussite de votre côté en vous préparant adéquatement tout d’abord, et en évaluant la pertinence des outils et liens qui vous sont offerts ICI.

Mise en garde

Prenez garde de ne pas laisser votre témérité mettre la sécurité de vos proches ni la vôtre en péril, car il n’existe aucune police d’assurance contre l’échec, et le parcours du travailleur autonome est parsemé d’embûches contre lesquelles vous feriez mieux de vous préparer.

Il n’est pas de mon intention d’endosser un quelconque service ou organisme en rédigeant ce billet. Mon intention fut de vous soumettre ma perspective sur les questions soulevées, et de vous offrir quelques pistes de solutions pour vous aider à voir plus clair.

Voilà l’essentiel de ma réflexion. Je vous souhaite la sagesse de Confucius, la vision de Murphy, la chance de Midas, et le temps de vous tricoter le succès que vous convoitez.

Pour les travailleurs autonomes en devenir ou actuels, je vous offre les liens ci-dessous pour vous aider dans vos démarches de recherche.

Mot de la fin… (RESSOURCES)

Pour vous aider dans vos recherches, LA COULISSE met à votre disposition une multitude de liens vers des sites de ressources légales, gouvernementales, techniques, financières, outils en ligne… ICI, ICI et ICI! L’accès vers ces ressources depuis notre site Internet est offert gratuitement, et n’arrêtez pas de lire, car les sections ci-après offrent des outils supplémentaires.

Voilà, c’est à vous de jouer maintenant!

Merci de m’avoir lu. Je vous souhaite une bonne réflexion, une démarche fructueuse, et surtout… une bonne vie!

Michel A. Di Iorio, fondateur de LA COULISSE

Qu’en pensez-vous?

Tout le monde a une histoire à raconter. Si vous désirez partager les opportunités qui ont marqué votre parcours, écrivez-moi à info@lacoulisse.ca, ou sur les réseaux sociaux. N’ayez crainte, il me fera plaisir de vous répondre avec diligence. Votre histoire pourrait aider un travailleur autonome en devenir, alors je vous invite à la partager avec nous dans LA COULISSE.

Je vous souhaite une bonne réflexion, des affaires prospères, et une abondance de poussières de bonheur!

N’hésitez pas à commenter la présente réflexion, et à partager ce lien avec vos amis et collègues.

Michel A. Di Iorio
Rédacteur en chef et fondateur de 
LA COULISSE
Rédaction et publicité : 514.994.0967

info@lacoulisse.ca

PS — Pour faire partie de ma nouvelle liste de distribution, veuillez m’envoyer un courriel à : info@lacoulisse.ca avec la mention « abonnez-moi ». C’est gratuit!

Références et lectures complémentaires

Sources et guides

Médias écrits

Pour annoncer dans LA COULISSE, cliquez ICI

Publicité dans LA COULISSE

pr-sample2

Pour jouir d’une visibilité privilégiée dans une revue spécialisée, lue par des collègues, partenaires, fournisseurs, compétiteurs et T/A (anciens, en devenir et actuels)… annoncez-vous dans « LA COULISSE ».  

La simplicité vaut son pesant d’or! Avec l’aide de « LA COULISSE », votre site Web peut être en ligne en moins de temps et à peu de frais pour véhiculer votre message! Communiquez avec nous au (514) 994-0967 pour connaitre nos forfaits Webs et/ou publicitaires. Nous offrons des forfaits pour tous les besoins/budgets, incluant une option Web gérée sur plateforme WordPress, accessible aux travailleurs autonomes et aux petits entrepreneurs.

« LA COULISSE » offre un topo sur le monde insolite du Québec entrepreneurial. Suivez-nous dans « LA COULISSE » à la recherche de novateurs québécois méconnus, et accédez à une multitude d’outils pour vous aider à lancer votre propre entreprise!

Nous connaissons tous la valeur d’une publicité efficace, mais peu de travailleurs autonomes disposent d’un budget publicitaire assez bien garni pour lancer leur nouvelle entreprise avec assurance.

La publicité, c’est souvent une affaire de gros sous, mais « LA COULISSE » ne voit pas les choses ainsi. Ses promoteurs savent combien il est difficile de se démarquer, faute de liquidités.

« LA COULISSE » lève le voile sur l’entrepreneur fantôme qui travaille de son garage, ou tout bêtement du coin de sa table de cuisine pour vous offrir une marchandise ou un service de qualité, à prix et à conditions avantageuses!

« LA COULISSE » vous propose des histoires insolites et cocasses, ainsi qu’un coup d’oeil privilégié sur les dessous du Québec entrepreneurial en vous présentant les novateurs méconnus du Québec.

Joignez-vous à « LA COULISSE » pour un bref survol du Québec de demain, grâce aux efforts conjugués des travailleurs autonomes et des entrepreneurs québécois d’aujourd’hui!


                     D1

Service de la rédaction : 514-994-0967

Écrivez-nous à : info@lacoulisse.ca

Publicité : 514-994-0967

Service d’assistance au client : Cliquer sur l’image ci-dessous.

Puis-je vous aider?

Service d’assistance au client

D1

Pour jouir d’une visibilité privilégiée dans une revue spécialisée, lue par des collègues, partenaires, fournisseurs, compétiteurs et T/A (anciens, en devenir et actuels)… annoncez-vous dans « LA COULISSE ».  

La simplicité vaut son pesant d’or! Avec « LA COULISSE », votre site Web peut être en ligne en moins de temps et à peu de frais pour véhiculer votre message! Communiquez avec nous au (514) 994-0967 pour connaitre nos forfaits Webs et publicitaires. Nous offrons des forfaits pour tous les budgets, incluant une option Web sur plateforme WordPress, accessible aux travailleurs autonomes et aux petits entrepreneurs.

« LA COULISSE » offre un topo gratuit sur le monde insolite du Québec entrepreneurial. Suivez-nous dans la coulisse à la recherche de novateurs québécois méconnus du nouveau millénaire, et découvrez une multitude d’outils pour vous aider à réaliser votre rêve de lancer votre propre entreprise!

Nous connaissons tous la valeur d’une publicité efficace, mais peu de travailleurs autonomes disposent d’un budget publicitaire bien garni pour lancer leur nouvelle entreprise avec assurance.

La publicité, c’est souvent une affaire de gros sous, mais « LA COULISSE » ne voit pas les choses ainsi. Ses promoteurs savent combien il est difficile de se démarquer, faute de liquidités.

« LA COULISSE » lève le voile sur l’entrepreneur fantôme qui travaille de son garage, ou tout bêtement du coin de sa table de cuisine pour vous offrir une marchandise ou un service de qualité, à prix et à conditions avantageuses!

« LA COULISSE » vous propose des histoires insolites et cocasses, ainsi qu’un coup d’oeil privilégié sur les dessous du Québec entrepreneurial en vous présentant les novateurs méconnus du Québec.

Joignez-vous à « LA COULISSE » pour un bref survol du Québec de demain, grâce aux efforts conjugués des travailleurs autonomes et des entrepreneurs québécois d’aujourd’hui!

lacoulisse.ca (514) 994-0967

Vous avez une bonne plume?

Vous avez vécu une situation cocasse ou insolite, cueillie, murie, vieillie ou même pourrie dans l’univers du travail autonome? Si vous croyez que d’autres apprécieraient votre anecdote, rendez-vous ICI pour connaître les critères de soumission d’articles à « LA COULISSE ».

Faites connaître LA COULISSE à vos amis et collègues entrepreneurs / travailleurs autonomes… 

Vous avez apprécié ce billet? Aidez-moi à faire connaître LA COULISSE en partageant ce billet sur vos réseaux sociaux. Pour ce faire, vous n’avez qu’à cliquer sur les icônes des réseaux sociaux que vous utilisez.

Merci.

À propos de l'auteur...

Fondateur et rédacteur en chef de LA COULISSE

MICHEL A. DI IORIO, fondateur et rédacteur en chef de « LA COULISSE » a troqué, au tournant du siècle dernier, la vie publique et la notoriété pour exercer une carrière moins flamboyante, bien qu'aussi satisfaisante. À ces fins, et comme véhicule, il a fondé « LES MOTS JUSTES », d’où il exerce depuis lors la profession d'artisan des mots et traducteur. Il répond (par télétravail) aux besoins de sa clientèle; petits et plus gros... riches et moins riches... publics et privés. Il écrit et traduit pour ceux qui ne savent pas comment, qui ne peuvent pas, qui n’ont pas le temps ou qui ne sont tout simplement pas de très bons rédacteurs, laissant ses clients libres de poursuivre leurs activités principales.

 

Plus de 30 années à œuvrer dans les arènes politiques, commerciales et privées ont contribué au perfectionnement de ses compétences, faisant de lui un communicateur respecté, dont les avis et les conseils sont recherchés. Dix-sept de ces années furent consacrées aux services d’urgence, toutes branches confondues. Une plume fertile et le désir de redonner lui ont valu un siège au sein d’un nombre de comités de sélection de projets et de conseils d’administration d’associations régionales et de chambres de commerce. Ces opportunités, combinées à la notoriété acquise comme spécialiste de la communication en politique provinciale, ont contribué à paver le parcours menant à sa vocation d’écrivain public et traducteur. Ses compétences continuent de commander l’admiration et le respect de ses pairs.

 

Un visionnaire de la communication, Michel s’est adapté au marché évolutif à l'aube du nouveau millénaire en offrant un ensemble de services en communication, conçu pour les petites et moyennes entreprises, en misant sur une approche personnalisée, et le respect absolu des dates de tombée.

 

Il greffa à son offre un service d’hébergement Web géré, ainsi que les services connexes afin de mieux servir une clientèle évolutive, à la recherche de solutions clé en main facilement accessibles.

 

Depuis 2013, il rédige et publie le magazine « LA COULISSE » (lacoulisse.ca), qui offre un topo sur l'entrepreneur québécois du nouveau millénaire, ainsi qu'une vitrine sur les entrepreneurs obscurs qui n'ont pas pignon sur rue.

 

Il comprend parfaitement les enjeux politiques et les défis linguistiques associés aux affaires dans sa province natale, ainsi que dans le reste du Canada.

 

Pour « LES MOTS JUSTES », il n’y a tout simplement pas de meilleur choix!

 

Services : Conception-rédaction / traduction / révision de texte / réécriture (français / anglais / français), Services Web.

 

Michel possède une solide expérience de la communication commerciale, des services d’urgence et de la politique. Originaire du Québec, il maitrise les deux langues officielles du Canada avec autant de flair.

 

Que ce soit au Québec, en Amérique du Nord, ou ailleurs dans le monde, « LES MOTS JUSTES » de Michel A. Di Iorio seront à votre service pour véhiculer votre message...

 

LES MOTS JUSTES - Nous changeons le monde... un mot à la fois!

RECOMMANDATION DE LECTURE…

Adapter ou disparaitre…

Suite… →
%d blogueurs aiment cette page :